Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



16 mai 2005 1 16 /05 /mai /2005 00:00

 

 

Beaucoup de scientifiques s'étonnèrent qu'une telle chose puisse exister.

Tout cela sortait du cadre de la pure raison et de la plus élémentaire logique.

 

Les médiums et les adeptes du spiritisme croyaient eux dur comme fer qu'ils parvenaient réellement à communiquer avec les morts.

Les scientifiques, eux, n'ont guère besoin de croyance. Ce qu'il leur faut, ce sont des preuves 

Certains scientifiques assistèrent donc à des séances de spiritisme organisées par les plus grands médiums. Les noms de savants qui crurent vite à la réalité de ces phénomènes donnent même le tournis : Oliver Lodge, Camille Flammarion, Charles Richet, William Crooks,...

 

Ils assistèrent à des phénomènes bien étranges et à- priori inexplicables : apparitions de fantômes, lévitation, bruits inexpliqués, messages de l'au-delà...

 

D'autres scientifiques et non des moindres (Chevreul, Faraday) conclurent par contre à l'absence d'étrangeté et tirèrent des conclusions négatives.

  

Peu de scientifiques ont cru au spiritisme. On peut même dire que les scientifiques n'ont jamais pu démontrer de manière expérimentale la réalité de la communication avec les morts.

 

Ils conclurent avec beaucoup de bons sens que toutes les expérimentations spirites semblaient se baser sur des trucages ou des illusions.

En effet, à chaque fois que les méthodes de contrôle destinées à éliminer toutes fraudes étaient sérieuses, les phénomènes spirites disparaissaient.

  

Pourtant, et cela va sembler curieux à beaucoup, le spiritisme a fait avancer la recherche scientifique. Il faut ici donc analyser ce phénomène extrêmement bizarre que les initiés appellent l'écriture automatique.

 

Certains médiums ou prétendus tels, affirment que les esprits sont capables de communiquer à travers leur personne. Il suffirait que le médium en transe se saisisse d'un crayon et les esprits prendraient le contrôle du corps du médium et écriraient des messages par son intermédiaire.

 

Ce système rudimentaire fut ensuite remplacé par une planchette en bois, dite planchette oui-ja ; a trois roulettes et sur laquelle est fixé un crayon.

Les participants devaient poser leur main sur la planchette qui se mettait en mouvement sous l'influence des "esprits".

 

Les esprits parvenaient ainsi à écrire des messages de l'au-delà.

Beaucoup de ces séances de oui-ja étaient évidemment truquées. Mais pas toutes. Et c'est ici que la science entre en jeu.

 

Plusieurs chercheurs dans les années 1850 comme le comte de Gasparin ou le célèbre Chevreul pensaient que ces phénomènes étaient dus à l'inconscient.

Les psychiatres étudièrent cela avec beaucoup d'attention et les travaux se multiplièrent.

 

L'ouvrage qui fit le mieux le point sur la question fut celui du Français Pierre Janet en 1889 "L'automatisme psychologique".

Une partie importante de ce livre était consacré au spiritisme.

 

Selon Janet, les analyses des expériences d'écriture automatique étaient primordiales pour mieux connaître le psychisme humain.

Il affina alors la notion de subconscient.

L'écriture automatique et le oui-ja s'expliqueraient uniquement par des actes inconscients.

 

Les médiums souffriraient aussi du symptôme de dédoublement de personnalité les poussant à entrer dans la peau d'une personne décédée.

 

Les autres participants aux séances de spiritisme, entraînés par le médium, ne faisaient que pousser inconsciemment sur le guéridon spirite ou la planchette.

Partager cet article

Repost 0

commentaires