Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 14:08

 

 

Shampoings, crèmes, savons :

 

Paraben, triclosan, alkyphénols… Ces noms ne vous disent rien ? Pourtant vous vous en passez tous les jours sur le visage. Derrière les promesses des crèmes, se cachent des produits aux effets nocifs avérés : de la simple irritation aux maladies plus graves.

Au réveil, on se lave le visage de deux noisettes de gel nettoyant. On applique ensuite lotion tonifiante, crème de jour, BB crème, rouge à lèvres. La journée, on se repoudre. Et le soir, quelques cotons imbibés de démaquillant, lotion et crème de nuit. Sans parler des masques, gommages, peelings… Si l’on compte les ingrédients de chaque flacon, c’est plus d’une centaine de substances que notre épiderme ingère chaque jour. Mais sait-on vraiment ce qu’on fait boire à notre peau ? Quand on se penche sur l’étiquette, surgit un pavé de mots imprononçables, quasi illisibles : benzophénone, nonylphénol, paraffinum liquidum, butylhydroxyanisole… Les beautistas les plus green savent qu’elles les évitent en ne choisissant que les produits tamponnés du logo Ecocert, l’exigeant organisme qui certifie tous les cosmétiques propres. Mais, pour celles qui ne sont pas encore passées au bio, voici en dix leçons, notre petit guide des substances à éviter à tout prix dans notre beauty vanity.

· Les agents occlusifs

Ils se fixent sur les cheveux et la peau et forment un film autour de ceux-ci.
Le danger : À court terme, les étiquettes tiennent leurs promesses : ils gainent le cheveu et la peau. Après utilisation, la chevelure paraît plus brillante, plus souple, plus légère, la peau plus lisse. Mais le soi-disant « ingrédient-soin » s’avère n’être qu’un « cache-misère » : il ne soigne en rien. Au contraire, ils recouvrent derme et toison, et finit par les étouffer. Les agents occlusifs les plus courants, les silicones, en plus d’étouffer, nécessitent de 400 à 500 ans pour se dégrader. Un bilan plutôt lourd pour l’environnement. Dans la même catégorie, on trouve aussi les ammoniums quaternaires – substituts des silicones et ingrédients chouchous des produits capillaires lavants.
Mais en tête des occlusifs les plus nocifs, figure la terrible huile minérale. Dérivée du pétrole, et donc polluante pour la nature, elle empêche l’écoulement naturel du sébum. Ce qui provoque la sécheresse. De plus, l’huile minérale n’est pas biocompatible. C’est-à-dire que la peau ne la reconnaît pas. Elle ne l’absorbe donc pas, et la rejette même à coup de réactions cutanées, qui peuvent aller de la simple irritation jusqu’à l’eczéma. On la retrouve souvent dans les cosmétiques de teint. Sur l’étiquette

Sur l’étiquette

Silicone : dimethicone, dimethiconol, cyclopentasiloxane, phényldiméthylpolysioxane…
Ammoniums quaternaires : cetrimonium, stearalkonium chloride, behentrimonium methosulfate
Huiles minérales : paraffinum liquidum, petrolatum, ceresin, mineral oil

· Les parabens

Conservateurs, les parabens sont des anti-bactériens efficaces contre les champignons et les moisissures.
Le danger : allergies, irritations… Depuis quelques années, des études ont fait lumière sur cet ingrédient nocif, qui pénètre très rapidement dans le corps. De plus, le paraben est suspecté d’être cancérigène.
Sur l’étiquette : butylparaben, parahydroxybenzoate de méthyle, methylparaben, 4-hydroxybenzoate de propyl, éthylparaben, isopropylparaben

Les sulfates

Sur la liste des bêtes noires des beautistas les plus pointues, le sulfate arrive juste après le paraben. Et pour cause, cet agent moussant se trouve en grande quantité dans quasiment tous les cosmétiques lavants : shampooing, savon, gel douche, gel nettoyant visage…

Le danger : cet agréable nuage de mousse est en fait un tensioactif au fort pouvoir dégraissant, dont l’utilisation fréquente assèche la peau, jusqu’à supprimer carrément sa barrière naturelle. Du coup, la peau, comme à nue, laisse pénétrer plus facilement les éléments extérieurs.
Sur l’étiquette : laurylsulfate de sodium, sodium laureth sulfate, ammonium lauryl sulfate

Les éthers de glycol

Ce sont des solvants que l’on retrouve dans la peinture, les colles, encres et vernis mais également dans les produits ménagers, les cosmétiques et les médicaments.
Le danger : Très toxiques, les éthers de glycol ne sont pas biodégradables. Ils restent dans l’organisme et ne disparaissent pas une fois déversés dans la nature. Plus grave, ils passent la barrière de l’épiderme et même celle du placenta. Et sont soupçonnés d’être à l’origine de cancers et de troubles de la reproduction chez l’humain.
Sur l’étiquette : phénoxyéthanol, phénoxytol

Controversés depuis quelques années, les filtres UV chimiques que contiennent crèmes et huiles solaires ont pour mission de protéger l’épiderme des méfaits du soleil.
Le danger : Dans la mer, ils décolorent les coraux – contaminés, ceux-ci meurent par la suite. Ils sont des perturbateurs endocriniens. Une fois l’épiderme traversé, ils se glissent dans le sang, l’urine et même le lait maternel. Doit-on bannir les solaires de notre trousse de beauté ? Non. Il suffit juste de choisir les bons, composés de filtres minéraux.
Sur l’étiquette : benzophénone, benzyl salicylate, butyl methoxydibenzoylmethane, PABA, titanium dioxide, camphor benzalkonium methosulfate

Antibactérien et conservateur, on retrouve l’ingrédient dans divers produits, comme les dentifrices, les bains de bouche, les mousses à raser ou encore les déodorants.
Le danger : Comme les filtres UV, c’est un perturbateur endocrinien. En outre, il provoque aussi un ralentissement du développement cérébral, la diminution de la production d’œstrogènes et pourrait même être cancérigène.
Sur l’étiquette : triclosan, éther de diphényle d’hydroxyle, trichloro, carbanilide

· On les retrouve dans les antitranspirants et les soins lavants (démaquillant, peeling, etc..). Leur mission : resserrer les portes et limiter l’évacuation de la transpiration et du sébum.
Le danger : Ils bouchent les pores et les empêchent donc de respirer. Les résultats des études menées sur ces sels ne sont pas encore concluants, mais ils pourraient être à l’origine du cancer du sein, et de malformations osseuses.
Sur l’étiquette : aluminium chlorohydrate, aluminium stearate, aluminum sulfate…

Ce sont des émulsifiants. C’est-à-dire des agents qui permettent le mélange de liquides non miscibles, tels que l’eau et l’huile. Ils sont utilisés dans les cosmétiques, ainsi que dans les détergents ou les emballages plastiques.
Le danger : Troisième perturbateur endocrinien de la liste, il a une action néfaste sur les hormones et les organes reproducteurs. D’ailleurs, tout comme pour les parabens, la règlementation européenne a fixé des seuils stricts de dosage, en particulier sur les produits en contact avec l’alimentation – plus susceptibles d’atteindre l’organisme, donc.
Sur l’étiquette : octylphénol, nonylphénol, éthylphénol, amylphénol

Tout comme les alkylphénols, ce sont des émulsifiants que l’on utilise dans les crèmes et dans les gels.
Le danger : Ces agents ne sont pas particulièrement nocifs. Le problème réside dans leur processus de fabrication, qui intègre le l’oxyde éthylène, un gaz très toxique, polluant et cancérigène. Ces substances agressives pour la peau assèchent l’épiderme. Parmi les composés d’éthylène, on retrouve notamment les sulfates et les PEG.
Sur l’étiquette : sodium laureth sulfate, ammonium laureth sulfate, PEG, dimethicone copolyol, butoxynol, ceteareth-60 myristyl glycol

Ces antioxydants sont ajoutés aux matières huileuses pour les empêcher de rancir, et de voir leur qualité altérée.
Le danger : À long terme, ces substances se révèlent toxiques. Lors des tests effectués sur des animaux, des altérations du système immunitaire sont apparues, ainsi que des problèmes au foie, à la glande thyroïde, aux reins, aux poumons.
Sur l’étiquette : BHT, butylhydroxytoluène, BHA, butylhydroxyanisole

 

http://madame.lefigaro.fr/beaute/shampooing-creme-savon-liste-noire-ingredients-nocifs-240414-851102

Publié le 24 avril 2014

 

 

Repost 0
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 16:56

 

 

Vos amis aussi proches que de la famille ? C'est génétiquement prouvé !

 
 
Selon une étude américaine publiée lundi, les individus ont tendance à choisir des amis qui leur sont génétiquement proches et n'ont aucun lien de parenté. Dans un même milieu social, on peut ainsi trouver 1% de gènes similaires.

 

Qui n'a jamais dit ou entendu : "il est comme mon frère", "elle est un peu de la famille" ou le traditionnel "nous sommes comme les deux doigts de la main" ? Non, avoir des liens avec certains amis plus forts qu'avec certains membres de sa famille éloignée n'est pas anodin. Selon des chercheurs américains, cela s'expliquerait même très facilement.
Une étude publiée lundi dans les Comptes rendus de l'Académie nationale des Sciences se fonde sur une large base de données du Framingham Heart Study, dans l'état du Massachusetts. Cette base regroupe près d'un million et demi de marqueurs génétiques de personnes et de leurs connaissances. Les chercheurs en ont étudié 1932 individus. Ils ont comparé des amis sans lien de parenté par paire, et des personnes totalement étrangères l'une à l'autre. Et il en résulte que nous chercherions des amis ayant des marqueurs génétiques communs aux nôtres.

Choisir des amis qui ressemblent à notre famille

Aucun détecteur de liens familiaux, même lointains, là-dessous. Selon les scientifiques, des individus appartenant au même cercle social partageraient environ 1% de gènes similaires. Bien plus que deux personnes prises aléatoirement dans la rue ou sans lien d'amitié. Un pourcentage "du niveau de celles de cousins au quatrième degré", explique l'étude. Bien que très faible, ce taux est "significatif" pour les généticiens, note Nicholas Christakis, professeur de sociologie, de biologie de l'évolution et de médecine à l'Université Yale et co-auteur des travaux.

Pour les besoins de l'étude, le panel étudié était majoritairement composé de blancs ou de personnes d'origine européenne. "D'une certaine manière, nous parvenons, parmi une myriade de possibilités, à choisir comme amis des gens qui ressemblent à notre famille", ajoute Christakis. Dans leurs conclusions, les chercheurs ont analysé que les liens génétiques étaient bien plus forts qu'un simple rapprochement ethnique ou de partage d'ancêtres. Qui se ressemble - même un peu génétiquement - s'assemble donc réellement.

 

Edité par M.D.S.
le 14 juillet 2014 à 22h11 , mis à jour le 15 juillet 2014 à 08h37.

Repost 0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 17:10
 
 
Du pénis de cheval, le chef Xiao Shan dit qu'il est l'ingrédient le plus délicat de son bouillon d'organes génitaux, un régime "végétarien" auquel on prête souvent, en Asie, des vertus aphrodisiaques.
 
 
 

Des pénis de cheval, d'âne, de cerf, de chien et de bouc (de droite à gauche)  AFP/Archives

Des pénis de cheval, d'âne, de cerf, de chien et de bouc (de droite à gauche)

AFP/Archives

 

"Tant la texture que le goût (du pénis de cheval) sont agréables. C'est également bon pour la santé", affirme le cuisinier, héritier d'une longue tradition familiale.

Phallus et testicules d'âne, de bouc, de chien, de taureau et de cerf complètent le ragoût proposé pour 200 dollars dans son restaurant pékinois. On peut y déguster aussi les parties du bélier, du yak, mais aussi du serpent et du phoque, pourvus de deux pénis chacun.
Les organes sont découpés avant d'être joliment disposés sur un lit de laitue dans un plat en verre.
Selon une responsable de Guolizhuang, l'unique chaîne de restaurants chinoise spécialisée, sa carte insolite est très populaire auprès des hommes d'affaires et des fonctionnaires.
L'immense majorité des clients sont des hommes en quête de virilité qui espèrent améliorer leurs performances sexuelles.
"Les Chinois croient qu'on peut revitaliser certaines parties du corps en les nourrissant avec le même organe" pris sur un animal, justifie Li Yanzhi. "Manger des pénis et des testicules rend un homme plus fort et lui garantit une vie sexuelle épanouie".
Ces croyances n'ont jamais été étayées scientifiquement mais elles restent vives en Asie.
"Les hommes le consomment pour être vigoureux au lit"
A Lahore, la capitale économique du Pakistan, on consomme le Takatak, sorte de ragoût composé de coeur, de cervelle, de reins et de gonades de bouc et de bélier.
"Les hommes le consomment pour être vigoureux au lit", raconte le chef Faher Hayat, qui rehausse le tout d'oignons, tomates, gingembre, poivre et coriandre.
En Indonésie, pays musulman le plus peuplé du monde, on affectionne pour les mêmes raisons le sang frais de serpent.
Dans la vieille ville de Jakarta, les clients choisissent pour 70.000 roupies (environ 4,5 euros) un reptile vivant. Le vendeur lui coupe la tête et récupère le sang dans une tasse de thé ou un verre.
Une cuillère de miel est ajoutée au breuvage pour en adoucir l'amertume. Prescrit pour la libido, le sang de serpent serait aussi bénéfique dans le traitement du diabète et de la tension artérielle.
A Pékin, Wei Jingsheng, 47 ans, est un client régulier de la cuisine... testiculaire.
"Ca marche très bien", assure cet entrepreneur en BTP. "Depuis que j'en consomme, je ne perds plus mes cheveux et maintenant je me sens plein d'énergie du matin au soir. Avant, je devais me coucher à minuit pour être en forme. C'est fini. Chaque aspect de ma vie est devenu fantastique".
Réputé pour avoir de multiples partenaires sexuels, le cerf est particulièrement prisé. "Un pénis de cerf a le même pouvoir que trois pénis de taureau", assure Du Yuemei.
Nutritionniste attitrée du restaurant, elle va d'une table à l'autre informer les commensaux des propriétés de chaque organe, évoquant malicieusement les exploits sexuels de la faune sauvage.
Une fois les clients avisés, une serveuse plonge les appendices émincés dans une soupe de coeur de cerf et de bouillon de canard.
Les verges de taureau et de bouc sont les premières sorties du pot fumant sur le feu. Alors, quel est le goût de la verge?
Celle du taureau rappelle simplement la viande de boeuf, n'était sa texture plus ferme qui la rend difficile à avaler.
La verge de bouc est à la fois flasque, caoutchouteuse et légèrement filandreuse, un peu comme un bâton de réglisse sans saveur.
L'âne est fade, alors que le cheval est dense et de fait l'élément le plus fort du plat.
Le cerf est lui aussi pénible à la mastication tandis que le chien sauvage de Russie s'avère nettement plus épicé.
Les testicules en revanche se révèlent moelleux, entre tofu et pâté.
Le chien est le seul produit importé du restaurant pékinois --et le seul animal doté d'un os pénien: celui-ci, retiré de la viande servie, est offert aux clients à la fin du repas dans une petite boîte rouge...
Publié le vendredi 4 octobre 2013 
 
Repost 0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 20:24
 
Merci à Wakeup- d'avoir mis la vidéo sur le net.
 
Je cite :
 
"Sophie, 2 ans, regarde la télé 1 heure par jour. Cela double ses chances de présenter des troubles attentionnels en grandissant. Lubin, 3 ans, regarde la télé 2 heures par jour. Cela triple ses chances d’être en surpoids. Kevin, 4 ans, regarde des programmes jeunesse violents comme DragonBall Z. Cela quadruple ses chances de présenter des troubles du comportement quand il sera à l’école primaire.
Silvia, 7 ans, regarde la télé 1 heure par jour. Cela augmente de plus d’un tiers ses chances de devenir une adulte sans diplôme. Lina, 15 ans, regarde des séries comme Desperate Housewives. Cela triple ses chances de connaître une grossesse précoce non désirée.
Entre 40 et 60 ans, Yves a regardé la télé 1 heure par jour. Cela augmente d’un tiers ses chances de développer la maladie d’Alzheimer.
Henri, 60 ans, regarde la télé 4 heures par jour. René, son jumeau, se contente de la moitié. Henri a 2 fois plus de chances de mourir d’un infarctus que René.
Chaque mois, les revues scientifiques internationales publient des dizaines de résultats de ce genre. Pour les spécialistes, dont fait partie l’auteur, il n’y a plus de doute : la télévision est un fléau.
Elle exerce une influence profondément négative sur le développement intellectuel, les résultats scolaires, le langage, l’attention, l’imagination, la créativité, la violence, le sommeil, le tabagisme, l’alcoolisme, la sexualité, l’image du corps, le comportement alimentaire, l’obésité et l’espérance de vie.
Ces faits sont niés avec un aplomb fascinant par l’industrie audiovisuelle et son armée d’experts complaisants.
La stratégie n’est pas nouvelle : les cigarettiers l’avaient utilisée, en leur temps, pour contester le caractère cancérigène du tabac..."
 

 
 
 

Repost 0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 09:00

 

 

  SANT 1~1

  

 

* Alimentation

  

 

- Les dangers de l'huile de palme

 

- Additifs alimentaires - Poisons mortels

- Conférence vidéo de Corrinne Gouget sur les additifs alimentaires : l'Aspartame & Co

- Corinne Gouget : Aspartame et additifs alimentaires (conférence)    

 

 

- Sucre : une poudre blanche qui rend accro !

- Aspartame, alerte rouge

 

 

- Gélatine de porc

   

- Tribute to Chicken McNuggets (trash food)

Y’a bon les chicken nuggets !

 

 

- L'aluminium et la maladie d'Alzheimer

 

- Le fluorure de sodium est un poison

- Le fluor dangereux pour la santé

 

 

- La sève de bouleau bio

 

  

- L'emballage qui tue  

 

- Pièces à conviction : Assiettes tous risques

 

- Envoyé Spécial : Remballez, c'est pesé !  

   

 

- Alex Jones, Nourriture, le grand secret

- Alex Jones : du lithium pour vous calmer

- Alerte au Bisphénol A (BPA) et nourriture morte

 

 

- Jeffrey Smith, la menace OGM

 

 

  toilesxk3.gif

 

 

 

Cosmétiques

 

 

- Le danger des crèmes solaires

- The Story of Cosmetics (2010) en Français 

 

 

  toilesxk3.gif

  

 

 

* Grippe et vaccin H1N1

 

 
- Opération pandémie
- Grippe porcine


- Le vaccin de la peur
- Vaccin contre la grippe H1N1
- Danger : vaccin Baxter en France (H1N1)
- Du mercure dans le vaccin
- Grippe A : personne ne veut de ce vaccin 
-
Ce que l'on nous cache avec le vaccin H1N1

- La vaccination dés la rentrée à ALBI et ailleurs (de grés ou de force ?) 


-
Roselyne Bachelot, tu mens...

- Grippe A : l'accord qui fait des vagues

- Ministre de la santé polonaise sur le vaccin H1N1
- L’Etat offre aux labos une protection béton !  

Preuve d'une arme de destruction massive
      --->A 13 minutes 15, vaccin GSK anti grippe A  

- Plan dépopulation
- RMC : le vaccin H1N1 dans celui de la Grippe Saisonnière !


-
Silence, on vaccine


 

- Pour le refus de vaccinations de nos enfants (avec lettres types)
-
Vaccination dans les établissements scolaires, sans votre autorisation (+ lettre type pour le refus de vaccination de nos enfants) 

-
Attention vaccins dangereux

- Humour avec Stéphane Guillon : Roselyne et la grippe A

 

 

  toilesxk3.gif

 

 

* Les ondes, les médias, etc.

 

 

- Wifi, un danger pour la santé

- Des preuves définitives de la nocivité des ondes des téléphones portables  

 

- Michel Desmurget, TV Lobotomie: La vérité scientifique sur les effets de la télévision

 

 

 

toilesxk3.gif

  

 

* Livres *

 

 

- Danger additifs alimentaires de Corinne Gouget 

 

 

 

toilesxk3.gif

 

Repost 0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 18:54
 
Merci à Wakeup- pour la vidéo.

Je cite :
"Aspartame, glutamate monosodique, acésulfame K, édulcorants, colorants et autres additifs addictifs, excitotoxique, Corinne lutte depuis de longues années contre ces poisons dans nos assiettes qui ne subsistent que grâce à l'avidité exponentielle des lobbies et des gouvernements corrompus qui nous mentent.
 
Conférence de presse de Corinne Gouget du 26-02-2012
 
 

Repost 0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 16:34

 

http://www.santarome.fr/art/medium/1327309358.jpg

 

La sève de bouleau est connue en Europe Occidentale depuis le XIIème siècle pour ses vertus dépuratives et revitalisantes.

 

Santarome Laboratoire
Cure de 21 jours
3 bouteilles de 500 ml

100% pure sève sans conservateur, sans pasteurisation, sans alcool

Déconseiller aux femmes enceintes

 

Un verre de 70 ml de Sève de bouleau Bio, à boire pure chaque matin, à jeun.
Après ouverture, la bouteille se conserve une semaine au réfrigérateur.


J'ai testé. En apparence, on dirait de l'eau. La sève de bouleau a un petit goût qui n'est pas désagréable.
J'avais fais une cure l'année dernière, mais cette année, je ne peux pas renouveller l'expérience. En tout cas, ça m'avait fait du bien.

 

Si vous avez déjà testé, n'hésitez pas à dire votre opinion.

 

Repost 0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 21:28
 
On en parle ici aussi !
 
Merci à Wakeup- pour la vidéo, traduit par Traduit par hussardelamort
 
 

Repost 0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 17:30
Repost 0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 07:59

 

Merci à Wakeup-

 

 


Repost 0