Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



28 juin 2005 2 28 /06 /juin /2005 00:00

 

 

Un tel site sacré associé au culte de la Vierge compte évidemment au Moyen Age un certain nombre de reliques exceptionnelles et de faits miraculeux.

 

 

Le lieu fort

 

Dans la crypte s’ouvre le puits des Saints-Forts près duquel se trouvent un autel et une niche qui abritait jadis une Vierge noire.

 

Le culte de cette figure remontait aux Gaulois.

On suppose que c’était alors une représentation de Belisama, la déesse mère.

 

L’ensemble, appelé « lieu fort », peut-être parce que la population s’y réfugiait en cas de danger, a alimenté bien des légendes.

 

Les malades venaient y coucher pour chercher la guérison.

 

Lors d’une grande épidémie aux alentours de l’an 1000, l’évêque Fulbert aurait été soigné par une goutte de lait que la Vierge aurait posée sur sa bouche.

 

 

Le voile de la Vierge

 

En 876, le roi Charles le Chauve vient en pèlerinage et offre le « voile de la Vierge » : une chemise que Marie aurait portée durant sa grossesse, et qui fut plus tard sauvée dans l’incendie de la fin du XIIe siècle.

 

La relique était en effet précieuse : en 911, lorsque Chartres fut assiégée par le duc normand Rollon, le clergé tenta une sortie en portant, telle une bannière, la précieuse chemise.

 

Les Normands, pris de panique, abandonnèrent aussitôt le siège de la ville, pourtant prête à tomber.

 

 

Et les autres reliques

 

Chartres possédait au Moyen Age d’autres reliques vénérées : outre la goutte de lait de Fulbert, soigneusement conservée, le trésor contenait des restes des saints Piat et Taurin, invoqués respectivement, et suivant les besoins, pour obtenir le beau temps ou de la pluie…

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires