Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 18:24

 

De nature sceptique, et ce depuis toujours, je n'avais jamais cru à la réalité des ovnis, n'en ayant jamais vus. Mais je ne demandais qu'à changer d'avis, si l'un d'eux voulait bien me faire le plaisir de se montrer à moi. Depuis cette journée d'octobre 1974, où j'étais exténuée après avoir conduit sur des centaines de miles le long de l'Alaska Highway avec mon amie Nuria Hanson, je ne le suis plus.
Nuria et moi avions assisté à une réunion de l'Association chrétienne copte d'Amérique à Kalamazoo, dans le Michigan. Hamid Bey, le responsable, m'avait donné sa bénédiction pour le trajet de retour : "Guide-là, protège-là, et aide-la à voir ta lumière."
Pendant que nous parcourions les 1500 miles (2413,500 km) qui nous séparaient d'Anchorage, le temps se gâta. Nous avions dépassé Fort Nelson, en Colombie Britannique, et la route se couvrit de verglas, tandis qu'un brouillard épais réduisait notre visibilité à quelques mètres. La prochaine auberge était distante de 30 miles (48,27 km) et nous étions impatientes de nous reposer. J'avais l'impression d'avoir lutté avec la voiture, à chaque mile de gagné, montant et descendant des collines abruptes, négociant des virages serrés, et la peur d'une embardée qui nous aurait projetées dans le vide ne nous quittait pas.
Nous aperçumes alors une lumière sur le flanc d'une montagne que nous prîmes tout d'abord pour une balise destinée aux avions. La lumière s'approcha de nous dans un mouvement fluctuant jusqu'à arrêter sa course entre nous et la montagne; elle était maintenant trois fois plus grosse qu'une pleine lune. En la voyant planer, nous savions que ce ne pouvait être un avion, ni même un hélicoptère. Elle nous faisait penser à un chapeau melon, avec des hublots tout autour près du "bord". Nous pouvions même distinguer le haut en forme de dôme, qui bien que n'étant pas éclairé était visible grâce à la lumière reflétée par les hublots.
"Waouh !" m'exclamai-je. "A tous les coups, c'est une soucoupe volante, Nuria !"
Nous l'observâmes pendant un long moment avant de nous décider à reprendre la route. Soudain, je me rendis compte que la voiture ne m'opposait plus aucune résistance. A dire vrai, je ne conduisais pas; elle avançait toute seule ! Je lâchais le volant, tout en gardant mes mains juste au-dessus pour ne pas que Nuria s'en aperçût. Je n'avais nul besoin d'intervenir quand un virage se présentait. Je découvris aussi que je ne pouvais modifier la vitesse quand bien même j'appuyais très fort sur l'accélérateur.
Finalement, Nuria s'en aperçut : "Puisque tu n'as pas besoin de manoeuvrer, profites-en pour mettre les mains sur tes genoux !"
Ce que je fis. La vitesse était constante et la voiture continuait de négocier les virages sans aucune difficulté. Nous n'étions pas plus intriguées que cela. Nous passions un agréable moment, emplies d'une douce sérénité. Une lumière paraissait envelopper la voiture et lorsque nous baissâmes les vitres et sortîmes la tête pour regarder vers le ciel, nous apercûmes, pour la première fois de notre vie, un nuage tout ce qu'il y avait de plus joli et floconneux. De la lumière émanait de lui. Nous étions d'avis que l'OVNI aperçu plus tôt devait nous guider, nous protéger, et conduire la voiture. Quelle charmante attention de sa part; c'était vraiment très gentil.
En fin de compte, nous fîmes une halte à une auberge près de Muncho Lake pour nous dégourdir les jambes. Comme nous revenions, un jeune homme brun et barbu quittant la route marcha vers nous à grands pas.
- Puisque vous prenez la route, puis-je espérer monter avec vous ? demanda-t-il.
- J'ai bien peur qu'il n'y ait pas de place, dis-je. Comme vous pouvez le voir, l'arrière de la voiture est chargé de bagages et nous n'avons que des sièges-baquets à l'avant, juste de la place pour deux.
Il ne nous vint pas à l'idée, à Nuria et moi, de lui demander d'où il était sorti, pourquoi il était vêtu seulement d'une chemise et d'un pantalon, sans pardessus ni chapeau, ou encore pourquoi il n'avait pas de bottes (en caoutchouc par exemple), pour protéger ses chaussures de ville dans le style Oxford. La température était de quelques degrés au-dessus de zéro, et à cette altitude, le sol se couvrait de neige.
Je lui demandai s'il allait loin.
- A la prochaine auberge, répondit-il, ajoutant qu'il y travaillait. C'est à environ 80 miles seulement (128,72 km).
- A condition que Nuria s'assoie sur vos genoux, ou que vous vous asseyiez sur ses genoux. Si vous êtes d'accord, il n'y a pas de problème.
Cela lui convenait parfaitement. A ma grande surprise il s'assit sur les genoux de Nuria, plutôt que de lui proposer le contraire, ce que beaucoup d'hommes auraient fait. Mais je ne tarderais pas à comprendre la raison pour laquelle il agissait ainsi. Etant donné qu'il était très grand et que le plafond de la voiture était trop bas pour lui, nous parcourûmes ces 80 miles (128,72 km) tandis qu'il avait le dos courbé. Je n'arrêtais pas de penser qu'il me rappelait quelqu'un. Il en était de même pour Nuria, me dira-t-elle plus tard. Mais le moment était mal choisi pour lui poser des questions car je devais me concentrer sur la conduite.
Au bout de plusieurs minutes, je demandai au jeune homme comment il s'appelait.
ll se pencha et plongea intensément son regard dans le mien pendant quelques secondes. Puis il dit :
- Je m'appelle Gordon.
Ce n'est que plus tard que je fus frappée par la signification de ce prénom.
Après avoir parcouru environ 5 miles (8,045 km), Nuria s'éclaircit la gorge et demanda à Gordon :
- Comment se fait-il que je ne vous sente pas ?
- Que voulez-vous dire ?
- Gordon ! Vous êtes assis sur mes genoux depuis que nous roulons et vous ne pesez rien du tout ! Comment est-ce possible ?
Il se mit à rire.
- Oh, je suis très léger. Je ne pèse que quelques grammes. C'est vous qui vous imaginez que je ne pèse rien du tout.
Aussi incroyable que cela nous paraisse aujourd'hui, nous trouvâmes cette explication très plausible. Mais j'étais sûre qu'il devait pâtir de cette position très inconfortable et je le lui dis. Il m'assura qu'il était très à l'aise.
Je lui dis qu'il serait plus à son aise s'il s'asseyait sur la console entre les deux sièges-baquets. Je tendis le bras vers l'arrière et ramenai un oreiller.
Tout en le plaçant sur la console, j'insistais pour qu'il s'y assît afin de se reposer. Il s'exécuta, et s'installa de façon à nous entourer de ses bras, qui reposaient sur les sièges-baquets.
Peu après j'aperçus la lumière de l'OVNI sur notre gauche; celle-là même que nous avions vue plus tôt.
- Hey, Nuria, revoilà notre "étoile".
Elle proposa de nous arrêter pour pouvoir l'observer afin de savoir ce qu'elle voulait cette fois. Nous sortîmes toutes deux de la voiture, mais Gordon resta à l'intérieur. La lumière, "que l'on voyait" juste sous la cime des arbres, ne bougeait pas. Tout à coup, elle avança très rapidement, et s'arrêta.
Cherchant confirmation que nous n'avions pas rêvé, je me tournai vers Gordon :
- Là ! Tu l'as bien vue, n'est-ce pas ? Elle s'est avancée, oui ou non ?
- Eh bien, ou elle a avancé, plaisanta-t-il, ou alors les arbres ont fait un bond pour la dépasser pour ensuite reculer.
Nous reprîmes la route et nous lui racontâmes tout ce que nous avions vu cette nuit.
- Croyez-vous en ces choses qu'on appelle soucoupes volantes ? demanda-t-il. Croyez-vous qu'il y ait de la vie ailleurs que sur cette planète ?
- Jusqu'à cette nuit, j'étais sûre que non, dis-je, mais maintenant que nous les avons vues, je sais qu'elles existent. Quant à une vie ailleurs, ce serait stupide de notre part de penser que nous sommes les seuls dans tout l'univers.
Il nous demanda ensuite si nous croyions aux anges.
- D'après vous, à quoi ressemblent-ils ? Pensez-vous qu'ils apparaissent avec un halo et des ailes d'oiseaux ?
Nous répondîmes que certainement, nous croyions en ces guides angéliques, quel que soit le nom qu'on leur donne.
- Quant à leur apparence, dis-je, eh bien, tu sais que la Bible nous prévient de ne rejeter personne parce qu'il se pourrait que nous "ayons affaire à des anges à notre insu". Après tout si quelque original venait vers toi entouré d'un halo et avec des ailes, tu serais parfaitement conscient qu'il s'agit d'un ange. Il est probable que ces images que l'on dessinait il y a longtemps et qui les représentaient avec des ailes n'avaient d'autre but que de nous indiquer leur nature céleste. On pourrait en conclure que les anges ne se distinguent pas des personnes ordinaires.
- Sais-tu que tu as raison sur tous les points ? Quiconque aide son prochain, après tout, est un ange.
Tout au long du trajet je prenais de plus en plus conscience de l'étrangeté de la situation. J'avais du mal à me l'expliquer précisément, mais je finis par comprendre ce qui me tracassait au sujet de Gordon. Il n'était pas assis sur l'oreiller, il était juste assis... quelques centimètres au-dessus !
Paniquée, j'agitai ma main sous lui, de façon à vérifier que je ne m'étais pas trompée. Bien évidemment, je pouvais promener ma main entre lui et l'oreiller, touchant celui-ci mais pas lui. Il n'avait pas l'air de s'en rendre compte.
Incapable d'appréhender la situation, je présumai qu'il devait se maintenir grâce à ses bras, qu'il avait posés sur les dos des sièges.
- Tu dois être terriblement mal à l'aise à devoir te maintenir dans cette position, remarquai-je.
- Je puis t'assurer que je suis parfaitement à mon aise, insista-t-il.
- Mais tes bras doivent te faire mal après tout ce temps passé dans cette position.
- D'accord, puisque tu insistes.
Sur ce, il releva les bras et croisa les mains sur ses genoux sans même s'affaler sur l'oreiller.
Je fus saisie de terreur. Je voulais désespérément crier, hurler, m'égosiller pour appeler à l'aide. J'avais le souffle coupé et faillis m'étrangler de peur. Mais avant que je puisse proférer un son, Gordon se pencha soudain, plongea ses yeux dans les miens, et dit doucement, distinctement et d'un ton pénétré :
- Vraiment, je suis très à l'aise. Je t'en prie, ne te fais plus aucun souci pour moi.
Etrangement, cela m'apaisa. Tous ces mystères s'évanouirent comme si tout cela n'avait aucune signification. Ce ne fut que quelques heures plus tard que cela me revint en mémoire.
Gordon nous fit promettre qu'une fois arrivées à la prochaine auberge, Fireside Inn, nous y resterions pour la nuit. Il nous dit qu'au delà la route était trop dangereuse.
Bien sûr, nous promîmes. Cela semblait tout naturel de lui donner notre accord. Il insista aussi pour que nous renonçâmes à conduire la nuit pour le reste du trajet. Là aussi, nous donnâmes notre accord. Il nous avait prévenues que tout en trouvant l'auberge ouverte, il ne nous serait pas possible de louer une chambre à cette heure. Il ajouta que nous pourrions dormir dans le vestibule jusqu'à l'ouverture de l'auberge à 7 heures du matin.
Nous arrivâmes à Fireside Inn vers les 4 heures du matin, en ayant parcouru 165 miles (265,48 km) depuis que nous nous étions arrêtées pour observer l'OVNI. Nous descendîmes de la voiture, et Nuria et moi nous tournâmes vers l'auberge. Gordon sortit derrière moi; Nuria et moi nous retournâmes pour prendre nos porte-monnaies, fermer la voiture à clé, et remercier Gordon pour son aide, mais il n'était pas là ! J'étais sûre de n'avoir pas regardé vers l'auberge plus de quelques secondes. Nuria me dit qu'une seconde, il était debout derrière moi, et la seconde d'après, il était parti. Il n'était pas remonté dans la voiture.
Nous le cherchâmes, en vain. Une neige fraîche était tombée mais nous ne vîmes aucune trace. Il n'y avait pas d'empreintes qui s'éloignaient de la voiture pour aller dans une quelconque direction. Néanmoins, Nuria se dirigea vers la route et cria son nom. Je marchai de chaque côté de l'auberge et je l'appelai. Les seules traces sur la neige fraîche étaient les nôtres.
A l'intérieur de l'auberge, la seule autre personne qui se trouvait dans le vestibule était un camionneur qui somnolait sur une chaise rembourrée. Il se réveilla lorsqu'il nous entendit, et il nous dit que nous étions les premières à entrer depuis des heures. Comme il jugeait impossible que nous ayons fait tout ce chemin depuis Steamboat Mountain, nous lui racontâmes naïvement tout ce qui nous était arrivé.
Ce fut une erreur. Il émit un sifflement ironique.
- Croyez-vous que vous allez me berner avec ce tas de mensonges ? rugit-il.
Nous comprîmes alors que nous n'avions pas intérêt à parler à quiconque de notre histoire.
Bizarrement, la disparition de Gordon ne nous causa pas un grand désarroi. Peut-être étions-nous plus fatiguées que nous le pensions. Dans tous les cas de figure nous en déduisîmes que quoi qu'il arrivât à Gordon, il était capable de se débrouiller. Après avoir chacune repéré un coin pour nous y blottir, nous nous enveloppâmes dans les couvertures que nous avions amenées avec nous, et nous nous assoupîmes pour quelques heures. Lorsque le gérant arriva au matin, nous louâmes une chambre pour quelques heures en vue d'un sommeil réparateur.
Le reste de la journée se passa à discuter de cette histoire dans les moindres détails. Nous étions effarées de constater à quel point nous avions été confiantes. Pourquoi n'avions-nous pas interrogé Gordon ? D'où venait-il ? Pourquoi était-il habillé de la sorte ? Pourquoi ne pesait-il rien ? Était-il réel, ou bien une projection psychique que ces OVNIs avaient projetée dans notre esprit ? Etait-il un produit de notre imagination, une hallucination collective ? Où était-il allé après nous avoir quittées ? Gordon s'était-il rendu maître de notre esprit, et avait-il lu dans nos pensées ? Que s'était-il passé lorsqu'il avait plongé son regard aussi intensément dans le nôtre ?
Puis je "compris" à qui il me faisait penser : à Jim, mon mari ! Nuria était d'accord. Gordon avait la même couleur de cheveux, ainsi que les yeux, le physique, la barbe, et les manières. Et était-ce une simple coïncidence, lorsqu'il avait dit s'appeler "Gordon", le second prénom de Jim ? Il m'avait regardé un petit moment avant d'énoncer ce prénom. L'avait-il puisé dans mon subconscient ? Si effectivement, c'était une sorte de projection psychique, ou astrale, ou bien un être imaginaire projeté par l'OVNI, la ressemblance avec Jim avait-elle pour but de nous le faire accepter sans réserve ?
Je me rappelai la bénédiction toute spéciale d'Hamid Bey avant de prendre la route. Il avait imploré un accompagnement et une protection, et fait une demande pour que je voie la lumière. Nous nous demandâmes s'il n'avait pas quelque chose à voir avec les apparitions d'OVNIs.
D'autres choses nous revinrent aussi en mémoire. Quand nous avions parlé d'ovnis tous les trois, j'avais dit que je souhaitais qu'ils nous prennent avec eux, pour nous transporter jusqu'à Anchorage, et l'affaire serait réglée. Mais Gordon avait dit :
- A moins que cela ne t'ennuie de laisser ta voiture ici ?
- Oh non, dis-je. Mon mari ne me le pardonnerait pas.
- Eh bien, je ne crois pas qu'ils pourraient prendre aussi la voiture, avait-il répliqué. Il n'y aurait pas assez de place. Sachez qu'il y a une raison à tout, et quelquefois, vous ne devez pas vous abstenir de faire certaines choses, comme de poursuivre ce trajet, car cela pourrait vous apporter des expériences enrichissantes.
Il me souvint que quand il avait retiré son bras de l'arrière de mon siège, il ne s'y prit pas comme on aurait pu s'y attendre. Il déplaça en quelque sorte son bras depuis l'arrière et le mit sur ses genoux sans même le plier, se pencher de l'autre côté ou faire les gestes habituels.
En d'autres termes, il avait dû déplacer son bras et sa main en les faisant passer à travers mon épaule !
Le nuage blanc nous suivit pour le restant du trajet jusqu'à ce que nous fûmes à seulement quatre immeubles de chez moi à environ 5 h du matin, le 22 octobre. Puis la lumière clignota trois fois avant de s'élancer dans le ciel, en un arc-de-cercle, en direction du sud, et se fondre dans les étoiles. Elle s'était avancée vers nous avant d'effectuer cette ultime manoeuvre.
C'était là un adieu en beauté et approprié de la part de Gordon ou "eux". Qui que fût Gordon ou qui que fussent ces êtres, leur aide était appréciable. Nuria et moi sommes convaincues qu'ils reviendront un jour ou l'autre, ici ou là, pour aider d'autres personnes tout comme ils nous ont aidées ce 18 octobre jusqu'au 22 octobre 1974. Peut-être qu'en ce moment même, ils sont en train d'apporter leur aide à quelqu'un.
Après tout, Gordon nous avait dit :
- Dans un proche avenir, tout le monde les verra, tout comme vous les avez vus.
 
Edmoana Toews, ainsi qu'elle l'a raconté à Joseph Brewers
Anchorage, Alaska, juin 1977
Compilé par Fate Magazine
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires