Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 09:37

Merci à rapharaons pour avoir mis la vidéo sur le net.










Repost 0
22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 09:00

 

Je voudrais parler ici de ces agressions nocturnes et répétées que subissent beaucoup de personnes (à peu près un tiers de la population), et que le corps médical qualifie un peu vite, à mon avis, de paralysie du sommeil.
Selon eux, ce serait dû à des causes psychologiques (stress, angoisses, etc…). Le sujet n'étant pas stable sur le plan émotionnel (!), il a du mal à s'endormir normalement. Son cerveau ne pourrait plus alors commander à son corps. 
Celui-ci étant dans l'incapacité de se mouvoir, cela entraînerait les symptômes suivants : tremblements, impossibilité d'émettre un son, sensation de poids sur la poitrine, ou d'étouffement, froid subit, odeurs nauséabondes parfois, perception d'une présence hostile, quelquefois même possibilité de la voir. 

Les descriptions rapportent une forme noire et "humaine" (ou plusieurs), quand ce n’est pas une vieille femme toute vêtue de gris, à la chevelure aussi grise, arborant un air très méchant (« Old hag ») d'où une peur panique. 
Il arrive aussi fréquemment que le sujet entende des voix. Elles sont souvent indistinctes, comme si plusieurs personnes parlaient toutes en même temps ; parfois, c'est net, une seule voix leur dit de façon péremptoire que leur dernière heure est arrivée ! Le ton est menaçant et il s'accompagne souvent d'une sensation d'étranglement. Le sujet parvient enfin à se débattre, il n'est plus "paralysé", et quelques secondes après plus rien ni personne. Il (ou elle) est enfin seul (e) mais a évidemment du mal à retrouver le sommeil.

 

Il n’est pas inutile de préciser que si les médecins savent (ou découvrent) tout cela, c’est depuis l’avènement d’Internet. Jusque là, les personnes se taisaient, de peur d’essuyer des moqueries. Elles étaient seules avec leurs souffrances. C’est en s’inscrivant sur les forums consacrés aux phénomènes paranormaux (heureusement qu’il y en a !) qu’elles ont pu librement exprimer leur calvaire.

 

Leurs histoires avaient l’accent de la vérité, et se ressemblaient étrangement.

 

Des médecins se sont alors penchés sur ces cas, y voyant là un intéressant sujet d’étude pour les affections mentales (sic !). Et c’est ainsi que, de fil en aiguille, on est remonté jusqu’aux « légendes » antiques, faisant état de démons et de vieilles sorcières attaquant nuitamment certains humains, attaques suivies parfois de viols (attribués aux succubes et aux incubes). 
La stupéfaction fut grande lorsque l’on s’aperçut que les descriptions données par nos ancêtres correspondaient exactement à celles que rapportent les victimes (d’aujourd’hui), et ce sous toutes les latitudes ! Depuis la nuit des temps, elles n’ont pas varié d’un iota !
On croyait tous ces bons vieux récits, dignes de la mythologie, morts et enterrés. On s’imaginait qu’ils représentaient seulement les mentalités de l’époque, où les gens étaient très superstitieux et affabulaient très facilement. 

Or, voilà que ces vieilles « légendes » se rappellent à nous, et de façon tout à fait inattendue ! La communauté scientifique est décontenancée…

Voilà qui donne matière à réfléchir…

De telles attaques sont plus ou moins fréquentes suivant les individus. Pour les uns, c'est deux à trois fois par semaine, d'autres une fois par mois, il y en a qui connaissent cela une ou deux fois dans leur vie seulement. Ces derniers sont les plus prompts à adhérer aux causes psychologiques, et c'est sûrement le cas.
Il en va tout autrement pour les victimes régulières. Plus leurs fâcheuses expériences se répètent, moins elles invoquent leur psychisme, tourmenté, paraît-il. Et elles sont en mesure de décrire avec exactitude ce qui leur arrive.

Ce n'est pas toujours au moment de s'endormir que cela survient, elles dormaient paisiblement, jusqu'à ce que "quelque chose", ou "quelqu'un" les réveille. Les manifestations sont variées.

Qui voit une forme noire évoluer au-dessus de lui, qui voit cette forme entrer dans sa chambre en traversant la fenêtre, qui sent que quelqu'un est dans sa chambre (quand ils ne sont pas plusieurs), et après voit cette fameuse forme noire sauter sur lui et tenter de le tuer. 
Dans tous les cas, les sujets attestent de manière catégorique d’une agression. Au début, ils ne peuvent ni bouger ni crier, la terreur leur ôtant tous moyens. Et c'est à ce point précis que tous les psys pêchent dans leur analyse.
Ils pensent naïvement, et commodément, que la paralysie précède la sensation de présence hostile et d'attaques, ainsi que tous les symptômes qui l'accompagnent. Or, c'est exactement l'inverse. L'individu se sait observé, puis agressé, et c'est pourquoi il ne peut plus esquisser le moindre geste.
   
Car la plus grande peur n'est pas celle qui donne des ailes, mais celle qui paralyse et rend muet !!!
 
Les personnes qui en sont victimes régulièrement sont de plus en plus réticentes à accepter l'explication avancée par les psys. Elles affirment toutes avec véhémence qu'elles sont sûres de n'avoir pas rêvé. "On sait quand même distinguer le rêve de la réalité. Ce n'était pas une hallucination !" 
Un grand nombre d'entre elles étaient d'ailleurs parfaitement cartésiennes mais, au fur et à mesure de la survenue de ces attaques, elles ont bien dû se rendre à l'évidence, ce qui leur arrivait était bien réel, aucun doute n'était plus permis.

Et que dire lorsque cela arrive à de jeunes enfants, voire même des bébés ?

Peut-on parler, dans ce cas, de troubles psychiques ?

J'en doute fort. "Dormir comme un bébé" est un adage bien connu. Il n'empêche, certaines mères ont raconté que, ayant accouru dans la chambre de leur enfant qui hurlait, elles ont pu voir qu'il n'était pas malade, mais qu'il semblait bien regarder quelque chose et en était terrorisé.

Pensez-vous qu'un nourrisson puisse imaginer toutes ces choses, alors qu'il ne peut pas encore parler et qu’il ne comprend pas tout ce que disent les adultes ?
 
Il faut bien reconnaître ce qui est : les causes de ces attaques relèvent du paranormal. Il ne sert à rien d’invoquer les troubles psychiques. 
Et curieusement, les détails rapportés sont similaires (la plupart en tout cas) aux phénomènes que l’on peut constater dans les demeures hantées par des entités maléfiques (odeurs, voix indistinctes, froid, formes noires, etc…). Ces coïncidences me paraissent pour le moins troublantes… 
Avant de répondre au pourquoi de ces attaques nocturnes, laissez-moi vous en conter quelques-unes (véridiques) :
Un homme va se coucher, comme d'habitude. Il est célibataire. Au milieu de la nuit, il se réveille, avec la sensation très nette qu'il n'est pas seul dans sa chambre. Quelqu'un est caché sous son lit ! Soudain, il voit une forme noire sortir de par en-dessous, sauter sur lui et tenter de l'étouffer. Il est pétrifié de terreur (on le comprend !). Peu après, cela cesse, il est soulagé. Lui qui ne croyait pas du tout au paranormal a depuis changé d'avis. "Je suis sûr de n'avoir pas rêvé, maintenant je sais que ces choses existent ! » De par sa profession, il est plutôt cartésien et il n'a aucun intérêt à inventer des histoires.
Un autre homme, médecin de son état, se réveille vers 3 h du matin, car il entend un fort bruit de pas, ressemblant davantage à un martèlement, ébranler le vestibule. Il a à peine le temps de s'interroger quand tout à coup, une forme noire surgit devant lui et lui ordonne : "Viens avec moi, je suis venu te chercher !" Bien qu'abasourdi, il a tout juste le temps d'avoir peur car, aussitôt, une autre entité, invisible celle-là, lui réplique avec fermeté : "Non, son heure n'est pas venue!" L'autre disparaît sans demander son reste. A nouveau ce martèlement dans le vestibule. Le chat de la maison se met à miauler comme si on l'agressait, le docteur se précipite. Trop tard, il gît sur le sol, mort.
Quelquefois, cela se termine de façon tragique pour les humains. Il y a quelques années, un homme jeune et en pleine santé a été découvert mort chez lui. Le médecin a conclu qu'il était mort étouffé.
Une autre fois, un autre homme a été trouvé mort chez lui par la police, mais de façon différente : c'était comme si on lui avait percé le coeur d'une flèche. Sauf que nulle part on n'a trouvé l'arme du crime. La porte et les fenêtres étaient fermées de l'intérieur, et les vitres n'étaient pas brisées. On a sondé les murs, le plafond et le sol dans l'espoir de découvrir une ouverture qui aurait permis au meurtrier de s'échapper, toutes les recherches n'ont rien donné. Il a semblé aux policiers que celui-ci avait traversé les murs.  

Précisons que la victime était un usurier (!).

 

Je crois que les psys seraient bien en peine de qualifier cela de paralysie du sommeil, étant donné que, dans un cas, le praticien était bel et bien éveillé et n'a pas eu le temps d'être paralysé par la terreur, et que dans l'autre cas, on voit mal comment l'usurier aurait pu se tuer lui-même de cette manière.
 
Les victimes qui en ont réchappé sont sûres de leur fait.
Et il y a en a quantité d'autres comme ça, plusieurs volumes ne suffiraient sans doute pas à toutes les contenir.
J'imagine qu'après ces quelques lignes, une question doit vous brûler les lèvres : quelle est la raison de ces attaques, puisque les victimes ne se livraient à aucune activité spirite, non plus qu’à des messes noires ?

Le mot qui s’impose de lui-même est : sorcellerie.

Car il y a deux sortes de sorcellerie : l'officielle, avec ses rites et ses incantations, ainsi que les ingrédients appropriés, et l'officieuse, celle que beaucoup de gens pratiquent sans s'en rendre compte.

Avez-vous entendu parler du mauvais œil ?

On souhaite très fort le malheur de quelqu'un (maladie, accident, etc...) et, comme par hasard,  cela arrive dans la journée.

Croyez-vous que la seule force de la pensée humaine soit capable de provoquer de telles choses ? Bien sûr que non ! Les pouvoirs de l’esprit humain sont limités (voyance, télépathie, télékinésie…). Et c’est tant mieux, Dieu sait ce que les hommes en feraient !

Mais les esprits maléfiques sont plus puissants que nous. Ils vivent dans un monde invisible, et si nous ne les voyons pas, eux nous voient.
 Ils sont à l'affût de nos moindres faits et gestes. Et quand une personne souhaite ardemment du mal à une autre personne, ils se chargent de l'exaucer. C'est ce qui explique qu'une telle mésaventure arrive à de nombreuses personnes, de tous milieux sociaux et à n'importe quel âge, et que même les bébés ne sont pas épargnés.

Je ne pense pas que, dans leur cas, on puisse invoquer des crises d'angoisses suite à des soucis  professionnels par exemple. 

Mais il est des cas où la sorcellerie n’est pour rien. Ces créatures, venues des mondes invisibles, choisissent quelquefois une personne pour des raisons connues d’elles seules. Soit elles l’agressent (dans le cas de la vieille sorcière), soit elles profitent qu’elle soit endormie et donc vulnérable et ne se méfiant pas, pour se livrer sur elle à des actes sexuels (cf incubes et succubes). Ces viols sont bien réels, et ne résultent pas d’une « frustration sexuelle » de la part du sujet.
Les médecins préfèrent s’abriter derrière un flou artistique pour éviter de reconnaître les limites de leur science.

Si j'ai éprouvé le besoin d'écrire sur ce sujet, c'est parce que j'ai de la peine pour les personnes qui subissent régulièrement ces agressions. Les médecins leur disent que c'est dû à des causes psychiques, et cependant ils sont dans l'incapacité d'apporter un réconfort à leurs patients. 
Le temps passe, et ils continuent de souffrir, redoutant le moment où ils doivent aller se coucher. Leur tranquillité d'esprit est gâchée, leur vie même, parfois même pour des années, tout cela parce que nous vivons dans un monde matérialiste qui préfère ignorer certaines vérités.
 
Adopter une attitude scientiste, et négatrice, n’a jamais permis de résoudre certains problèmes, ni de répondre à toutes nos interrogations.


Parvati




>> Je remercie Parvati pour m'avoir donné l'autorisation de publier son texte. 

*Van Fée

 

Repost 1