Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 17:59

 

Cette histoire m'est arrivée un jour d'automne 1929, alors que Los Angeles était à la veille d'une crise financière.  Néanmoins, les affaires continuaient comme si de rien n'était, mais les sociétés de crédit refusaient de négocier les délais de paiement sur les secondes hypothèques, ou d'augmenter les premières hypothèques sur les maisons individuelles.

A cette époque, j'avais deux hypothèques sur ma maison; la deuxième était un acte de fiducie*, pour un montant avoisinant les 2500 dollars, et arrivait à échéance dans moins d'un mois. Tous mes efforts pour le renouveler ou augmenter la première hypothèque furent vains.

La perte de sa maison est un drame pour les personnes concernées. J'étais la seule à subvenir à mes besoins et à ceux de ma fille adolescente. Je gagnais juste assez pour faire face à mes besoins élémentaires, payer les impôts et les mensualités de la maison; j'avais donc toutes les raisons de m'inquiéter.

Fort heureusement, peu avant la date qui avait été prévue pour procéder à la saisie, un ami qui m'avait vendu un bien immobilier dans un autre état, m'offrit son aide sous forme d'un prêt qui me permit de régler la deuxième hypothèque sur ma maison et il se porta garant pour la caution. Il me signa un chèque émis par une banque domiciliée dans un autre état.

Le lendemain, je me rendis en ville pour déposer ce chèque dans la banque estimée comme étant l'établissement financier le plus sûr de la ville. Son président, un citoyen éminemment respectable, avait la réputation enviable d'un homme d'affaires rusé et digne de confiance. L'immeuble où la banque avait ses bureaux était splendide, à l'intérieur comme à l'extérieur.

Lorsque j'entrai, un homme, qui portait un uniforme de prix, me conduisit au guichet de l'employé préposé à l'ouverture des comptes. Je restais là pas mal de temps derrière une longue file de déposants qui ouvraient eux aussi un compte.

Enfin, ce fut mon tour et je dis à l'employé que je voulais ouvrir un compte. Il me demanda mon nom et adresse, remplit le bordereau de dépôt, puis me le donna avec un stylo pour que je puisse encaisser mon chèque de 2500 dollars.

Derrière moi, il y avait dix personnes, impatientes de pouvoir enfin ouvrir un compte. Je pris le stylo et commençai à écrire mon patronyme quand quelque chose me poussa en dehors du guichet; tellement fort que je faillis perdre l'équilibre.

Affolée, je fis tomber le stylo, repris mon chèque et sortis prestement de la banque pendant que toutes les personnes présentes me dévisageaient comme si j'avais perdu la tête.

Une fois dehors, je respirai profondément, en me fichant bien de ce qu'on pouvait penser de ma fuite. Je me rendis ensuite directement à la société de crédit, encaissai mon chèque comme convenu, et pris mes dispositions pour remettre à mon ami les titres (et valeurs) correspondants.

Environ une semaine plus tard, les manchettes des journaux de Los Angeles annonçaient que le président de la banque de laquelle je m'étais enfuie s'était tiré d'une balle dans la tête à cause d'investissements risqués et d'une mauvaise gestion. Ce fut le crash boursier de 1929.

La banque ferma définitivement ses portes. Les déposants avaient perdu des centaines de milliers de dollars. Leurs chèques ne valaient plus rien. Mon foyer à moi était en sécurité, et c'était grâce à mon ami invisible qui m'avait éjectée du guichet où j'allais ouvrir un compte.

 

* Dérivée du « trust » anglo-saxon (= acte unilatéral), la fiducie correspond à un transfert de propriété (= contrat) limité dans son usage et dans le temps.

 

Clara R. Lain, Burbank, Californie, mars 1966

Compilé par Fate Magazine

 

 

 

 

 

Repost 0
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 16:30

 

Je suis sûrement venue au monde avec une contrepartie psychique ou un double. Au début je voyais en elle une autre enfant, mais en grandissant, je me rendis compte qu'il y avait quelque chose de bizarre à son sujet. et je commençai à avoir peur.

"Tu te fais des idées, Weenie", me dit ma mère, Vera Williams. "Ca te passera".

Mais pendant les cinq années qui suivirent, je continuais de le voir et cet "autre moi" me faisait peur. Elle surgissait toujours sans crier gare. Elle ne disait jamais rien et disparaissait quelques secondes après.

En 1935, j'avais dix ans et nous vivions dans une petite ferme que nous louions près de Gladewater, au Texas. C'était une ville pétrolière en pleine essor.

Ma mère me mettait régulièrement en garde : "Ne t'aventure pas toute seule dans les champs de melons !" Bien qu'habitant face à l'autoroute, une rangée de plants nous en cachait la vue depuis la maison et beaucoup de vagabonds en profitaient pour se servir.

Mais par une chaude journée de juillet, tandis que ma mère était occupée, je décidai de ne pas attendre d'être accompagnée. Je me dissimulai derrière le poulailler et la grange, de sorte qu'il était impossible à ma mère de me voir avec ma robe rouge vif, et je me glissai à travers les arbres.

Je voyais l'air vibrer en cadence, sous l'effet de la chaleur, au-dessus du sable blanc et du champ de melons. Aucun pépiement d'oiseau. Je décidai d'aller prendre de ces melons qui étaient cultivés à l'ombre d'une rangée de sassafras à l'autre bout du champ. Après avoir repris mon souffle, je courus jusque là-bas, regrettant de ne pas avoir mis des chaussures.

Arrivée dans la plantation, je pris un melon, lorsque j'entendis quelqu'un : "Eh ! Est-ce que je peux acheter ce melon, fillette ?" Un homme grand, portant des vêtements marrons et sales, clopinait vers moi en s'aidant de sa canne. Il s'était probablement caché dans les buissons pour m'épier, à mon insu, pendant que je longeais le chemin, seule.

- Oh, prenez donc un melon, dis-je poliment.

- Mais non, ça ne serait pas bien, répondit-il en s'approchant.

Il fouilla dans sa poche et en sortit une pièce de monnaie.

- Voilà, tiens.

- Non, Monsieur, dis-je, alors qu'il insistait.

Je commençais à reculer.

- C'est mon frère qui s'en charge.

Il se mit à jurer et remit la pièce dans sa poche. Je compris alors, horrifiée, qu'il était un exhibionniste.

J'étais clouée au sol, pétrifiée par la peur. Il leva sa grande canne au-dessus de ma tête. Il était sur le point de me frapper !

Tout à coup, une petite voix s'écria :

- Cours, Weenie, cours !

Derrière cet homme, il y avait une petite fille à la robe rouge vif et aux cheveux blonds : mon double. L'homme se retourna aussitôt, comme s'il avait entendu quelque chose, lui aussi. Ce fut justement ce réflexe qui lui fit manquer sa cible (moi).

Pas le temps de penser, ni de crier. Tandis qu'il brandissait sa canne dans l'intention de me frapper, je me mis à courir. Mes pieds touchaient à peine le sol, esquivant les melons, pendant que je me frayais un passage à travers la plantation. J'avais presqu'atteint l'extrémité de la rangée d'arbres quand mon orteil heurta quelque chose. Je tombai, en m'étalant de tout mon long.

Je rampai sur les genoux et jetant un coup d'oeil derrière moi, je vis une scène étrange. L'homme avait cessé de me poursuivre et frappait l'air de sa canne comme s'il se battait avec quelqu'un. Tandis que je reprenais péniblement mon souffle, il se retourna en un éclair et avec des bonds de géant il regagna la rangée de sassafras.

Une fois sur pieds je courus d'une traite, sans même crier, jusqu'à la maison. Mère finit par comprendre, en dépit de mes sanglots et propos incohérents, qu'on avait tenté de m'agresser.

Nous étions isolés, pas de téléphone, mais étant donné que je n'avais rien, nous attendîmes que mon beau-frère Lonnie Williams revienne de la ville.

Père alla au champ où il put voir les traces de pas et les marques de la canne qui confirmèrent mon histoire, mais comme il fallait s'y attendre, l'inconnu avait filé.

Je ne revis pas mon double avant dix ans. J'étais revenue de l'hôpital où j'avais rendu visite à ma mère. J'allumai la lumière de ma chambre. Et voici que mon double était là, assis sur le bord de mon lit. Elle aussi avait grandi. Elle portait, comme d'habitude, les mêmes vêtements que les miens. Ses mains reposaient sur ses genoux et elle avait au doigt un double de ma bague d'écolière. Je la fixai du regard, et elle disparut. Je ne l'ai plus jamais revue.

 

Florence Sypert, Longview, Texas, août 1975.

Compilé par Fate Magazine

Repost 0
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 16:30

 

Bob Salton, forestier de son état, travaillait pour la Timber Management* de "Region III"**, basée à Albuquerque (Nouveau-Mexique). Son travail exigeait des déplacements fréquents dans les zones boisées pour inspecter les coupes et évaluer les aires d'abattage qu'on lui proposait.

Il avait l'habitude de dire : "Ne te fais pas de souci quand tu es dans les bois. Nous, les féroces bûcherons, avons un ange gardien qui s'adresse à nous en cas de danger." Il était bien placé pour le savoir.

Un été il s'en alla dans une forêt située à des miles au sud de Flagstaff (Arizona). Il repéra une petite clairière qui paraîssait être l'endroit idéal pour camper pendant les quelques jours qu'il y resterait. Lorsqu'il revint au camp, l'après-midi du troisième jour, il entendit un roulement, comme un coup de tonnerre, suivi d'une voix de stentor :

- Robert, espèce de fou ! dit la voix. Pour un forestier expérimenté, tu as choisi un endroit dangereux pour dresser ta tente. Ecarte-toi de là !

 Abasourdi, Bob regarda autour de lui. Le ciel était clair et il se savait seul, mais il voyait bien qu'il avait négligemment dressé sa petite tente sous le plus grand des pins. Tout en préparant son souper il médita à propos de cet étrange commandement puis, dans un haussement d'épaules, le mit sur le compte d'une imagination débordante. Mais il ne put se départir d'un certain malaise. Il lui était impossible d'ignorer cette voix. Tout fatigué qu'il était, il déplaça son camp de deux mètres plus avant dans la clairière au milieu d'un bouquet de chênes.

Lorsqu'enfin il eût terminé, Bob se glissa quelque peu honteusement dans son sac de couchage et sombra dans un sommeil agité.

Quelques heures plus tard, un fracas épouvantable et le rugissement de la pluie mêlée au vent le réveillèrent en sursaut. Il regarda autour de lui et vit que le pin, dont les morceaux jonchaient le sol, avait été désintégré par la foudre. Si Bob n'avait pas tenu compte de cette injonction, venant de la voix de la forêt, il ne serait pas là pour nous raconter son histoire.  

*exploitation forestière  **3ème secteur

 

William L. Chapel, Tombstone, Arizona, février 1970

Compilé par Fate Magazine

Repost 0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 16:22

 

 Il était 22 heures, en cette année 1978, et Henry Sims, un fermier de 72 ans à la retraite, quittait l'hôpital, après avoir rendu visite à sa fille de 18 ans à l'hôpital de Floride où elle avait été admise. Sa femme Idellar avait choisi de rester avec elle. Son autre fille, cinq de ses petits-enfants et un ami de la famille dormaient lorsque Sims rentra chez lui. Il se coucha lui aussi et ne tarda pas à d'endormir.

"La seule chose dont je me souvienne", devait-il raconter plus tard, "c'est de mon rêve. Je voyais les deux enfants de mon beau-frère - Paul et sa soeur de dix-huit mois - venir vers moi. Ils avaient tous les deux péri autrefois dans un incendie qui avait détruit leur maison, à Live Oak, en Floride. Dans mon rêve, Paul, dont je me rappelle clairement, marchait vers moi en me disant : "Oncle Henry, Oncle Henry". Jamais je n'avais fait un rêve de ce genre et je me suis réveillé brusquement en sentant une odeur de fumée. Ma première pensée a été pour mes petits-enfants, il fallait les sortir de là. Je me suis donc mis à crier et à hurler. "

Ses cris réveillèrent toute la maisonnée qui eut tout juste le temps de quitter la maison en flammes et avoir la vie sauve.

Le lieutenant Frederick Lowe, inspecteur des pompiers de Hialah Heights (Floride), déclara à la presse : "Fort heureusement, cet homme s'est réveillé par miracle au bon moment. Deux minutes de plus et tout le monde y passait."

"Mon heure n'était pas venue", conclut Henry Sims. "C'est la Providence qui a envoyé le petit Paul me prévenir du danger et nous arracher à la maison en feu."

 

Charles Berlitz, Les Phénomènes étranges du monde.

Repost 0
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 14:49

 

J'étais le troisième enfant de parents très pauvres, et pas du tout désiré. Ma mère n'en voulait pas d'autres, et surtout pas un autre garçon. Pour ne rien arranger, j'étais muet.

Ma grand-mère, Amy Letts, était la seule personne qui me témoignait de l'amour. Elle s'asseyait souvent des heures durant, à essayer de me faire dire un mot. Elle décéda en janvier 1930, alors que j'avais presque cinq ans. J'ignorais ce qu'était la mort, mais ce qui était sûr, c'est qu'elle me manquait terriblement.

Une nuit, alors que j'étais couché et que je ne dormais pas, les yeux fixés sur la fenêtre ou plutôt le store, une lumière apparut. L'instant d'après, la tête et les épaules de ma grand-mère prirent forme. Elle était de profil mais elle se retourna et me sourit. Elle porta ensuite les doigts à ses lèvres.

Je secouai mon frère aîné, avec qui je partageais le lit. À moitié endormi, il jeta un coup d'oeil, et dit : "C'est l'image de Mamie", sur quoi il se retourna pour se rendormir. À ce moment-là, j'éprouvai une sensation dans ma gorge comme si on faisait craquer un élastique. J'appelai ma mère en criant, réveillant du même coup toute la maisonnée.

Dès que les lumières s'allumèrent, l'image disparut. Tout le monde, excepté mon frère, crut que j'avais rêvé. À partir de ce soir-là, je pus parler, bien que j'aie bégayé pendant des années. Aujourd'hui, à 31 ans, ma voix est parfaitement normale.

 

Jerry William Carmelle, Chicago

Décembre 1957

Compilé par Fate Magazine

 

Repost 0
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 07:42

Lorsque l'on parle d'êtres de Lumières, nous devons nous détacher de tout contexte religieux puisqu'ils portent plusieurs noms, tel que celui d'Anges Gardiens dans la religion chrétienne.

Religion Chrétienne :

 


- Ils sont appelés Anges Gardiens, les Archanges, les Chérubins, les Saints...

Religions New Age (toute nouvelle religion qui a pris naissance après J.-C.) :

- Les êtres de Lumières sont appelés alors les Esprits Planétaires, Soleil, Lune, Mercure. Vénus et toutes autres Planètes ou Astres qui fait partie de Cycle Astrologique.

La prochaine année, 2007, est sous le signe de Jupiter Le Puissant, qui englobe tout ceux qui sont nés dans les mois de novembre et décembre (scorpions et ascendants, sagittaires et ascendants). On les appele aussi Guide Astral dans la religion New Age.


Pour les Amérindiens ou toutes autres Ethnies qui vénèrent la nature :


- Les êtres de Lumières, sont appelés les Esprits de la Nature ou les Esprits qui habitent les principaux éléments, et chaque animal ou êtres vivants. Ils sont aussi parfois appelés Esprits de La Terre et se matérialisent dans les Gnomes ou petits Lutins des Bois.

L'être de Lumière qui gouverne l'eau, porte le nom d'Ondines, les Fées ou Sylphes sont les Esprits de l'Air, les Salamandres sont les Esprits du Feu et les Esprits qui habitent les animaux et les végétaux ou toutes autres formes de vie sont appelés les Grandes Ames, puisque dans chaque animal, arbre, mouche,etc. se cache un Chaman qui a vécu et a conversé avec Les Grands Esprits.


Religions Bouddhiste :

 


- Pour les Bouddhistes, ce sont des Guides Spirituels qui supporte Bouddha dans sa quête de sagesse. C'est la voix du bonheur, de la totale absence d'animosité et qui un jour aidera les hommes à ne plus être en guerre. Ceux qui savent appeler et vivre selon les conseils de leurs êtres Spirituels, sont de hommes et des femmes qui trouveront toujours leur chemin même avec la plus total absence de lumière ou d'espoir.


Les êtres de Lumières ont aussi au cours de l'histoire de la Grêce Antique prit la forme de certaine divinités :

- Dont Ganesh, Shiva, Cernunos et etc.

 

 


A noter que depuis que Tolkien a remis les légendes des Elfes au goût du jour ; ils portent parfois le titre d'êtres de Lumières.


Lorsque vous voulez que votre être de Lumière communique avec vous, vous devez d'abord prendre rendez-vous avec vous-même. Puisque si vous ne croyez pas en vous, vous de ne croyez pas par le fait même à votre être de Lumière.

Si vous n'avez pas l'habitude d'écouter votre conscience, jamais vous ne pourrez prendre contact avec celui-ci.


Vous devez aussi faire la différence entre votre être de Lumière et l'être de la Noirceur : souvenez-vous de ce que l'on appel communément la bonne et la mauvaise voix qui vos guide lorsque vous avez un choix à faire ou une décision à  prendre.


Consciemment ou non, vous savez ce qui est bon pour vous, votre instinct vous le cri... Mais vous êtes vous déjà  interroger quant à savoir à  qui appartenait la voix qui surgissait à l'intérieur de vous ?

L'être de Lumière a une voix toute particulière et il agit aussi par l'intermédiaire de notre corps.
Si vous l'écoutez, cela pourrait changer votre destin au mieux.

Avez-vous déjà senti des picotements dans le bas de la nuque, telle une peur irraisonnée qui vous conseillait de ne pas aller à un endroit quelconque ?

Ou des papillons dans votre estomac qui vous empêchaient de voir quelqu'un, tel qu'un mal de coeur surgit dès l'instant où vous devez partir ?


Il s'agit de votre être de Lumière qui interagit dans votre vie, et votre travaille à vous, c'est d'apprendre à interpréter les messages qu'il vous envoie.

Prenez mon exemple :

 


A la fin de mon secondaire (système scolaire valide au canada), je devais me rendre un soir de juin à mon bal des finissants. J'avais préparé cette fête avec tellement d'enthousiasme !

J'avais une superbe robe qui m'avait coûté très cher, et dans l'année j'avais rencontré celui qui allait devenir mon mari et le père de mes enfants.

J'étais emballée à l'idée de m'y rendre.
Quatre de mes copains, dont ma cousine très proche de moi, devaient allés me chercher chez moi dans la soirée.

Lorsque j'ai entendu l'auto arrivé dans l'entrée de la maison, je m'apprétais à  sortir et une voix a surgit dans ma tête me disant : «N'y vas pas ! Restes chez toi !»
Je suis allée les rejoindre, les larmes aux yeux, prétextant un mal de coeur et de la fièvre. J'étais triste et confuse, moi qui attendait cela depuis si longtemps !
J'étais trop jeune pour savoir qu'à cet instant, c'était mon être de Lumière qui m'avait parlé ainsi, mais j'ai tout même écouté ce que je croyais être mon instinct puisque ma mère m'avait toujours conseillé d'agir ainsi.


Puis, en pleine nuit, mon père a téléphoné à mon petit appartement d'étudiant pour me dire d'allumer la télé, à la chaîne des nouvelles en continue.

Quatre jeunes dans une Jeep Noire avait été tués en début de soirée, lorsqu'un camion citerne n'avait pas respecté le temps d'arrêt au feu rouge.
Il ne pouvait pas identifier encore les quatre jeunes que se trouvaient à bord puisque leur famille n'avait pas été prévenue en totalité.
Mais, moi je n'avais pas besoin qu'on les identifie, c'était mes amis.

Comprenez ici que votre être de Lumière ne vous appellera pas toujours dans les situations les plus graves, parce qu'il doit parfois laisser la place au Destin, mais qu'il interviendra s'il le peut, il le fera même dans des situations beaucoup plus légères.

Mais, écoutez toujours votre instinct ; c'est le phare qui éclaire votre chemin et n'oubliez jamais qu'il est toujours là !!!

L'intérieur de vous-même est l'endroit le plus calme pour vous, sur terre.

Comment appeler son être de Lumière ?

 


1) Choisissez toujours un endroit calme et qui est pour vous, un signe de sécurité et de sérénité.

2) Relaxez votre corps, débarrassez-vous de vos émotions négatives, calmez toutes les émotions qui vous envahissent, clarifiez vos pensées et votre esprit, soyez neutre.

Croyez en l'existence de votre être de lumière, du plus profond du coeur et de votre âme.

3) Retranchez-vous au plus profond de vous même, faite place à votre âme et à  votre paix intérieur.

Imaginez votre âme comme un endroit paisible, hors d'atteinte.

Appelez votre être de Lumière, peu importe le nom que vous lui donnez.

4) Imaginez que vous pouvez sentir ou voir les âmes de chacune des personnes qui font partie de votre quotidien.

5) Faites-vous une image de votre être de Lumière tel que vous voulez qu'il vous apparaisse.

6) Appelez-le, méditez, prenez le temps de vous centrer sur vous même.
 Faite-lui savoir à quel point il compte pour vous et que sa protection vous est essentielle.

7) Peu importe le résultat de cette méditation, remerciez-le d'être là  pour vous.

N'ayez pas d'attente et aucun attachement à un résultat positif. Vous devez attendre et répétez l'expérience plusieurs fois afin de prouver votre réceptivité et votre croyance en sa présence. Toute énergie négative réduira vos efforts à néant.


Votre être de Lumière est emplit d'amour et de compréhension et il n'interfère jamais que par sa propre volonté, ou la votre.
Il viendra lorsqu'il jugera votre demande dépourvu d'intérêt négatif et que vous êtes suffisamment prêt(e) pour l'accueillir.
Un jour peut-être, il vous soufflera même son nom.


Devinez qui voit et entend le plus les être de Lumières ?
 

Vos petits compagnons domestiques, qu'il soit chat, chien, oiseaux, etc.

Parfois même, dans une séance, ils ont un drôle de comportement, ou change de comportement par après. C'est parce qu'ils ont vu ce que vous ne voyez pas. Les animaux sont très sensibles au monde paranormal.


Auteur : Gypsie

(Chercheuse dans le domaine du paranormal)

Repost 0
7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 10:41

Ils correspondent à la plus haute hiérarchie angélique .

Il fait partie de la première hiérarchie des anges avec le groupe des Chérubins et des Trones.

Ils assistent l'homme dans la rectification de ses tendances déviantes et ont le sublime pouvoir de consumer les sept vices principaux de l'homme.
Leur action est purificatrice, vivifiante et illuminatrice sur le destin de chacun.

Archange : Mettatron

Du 21/03 au 25/03 ---> VEHUIAH

Du 26/03 au 30/03 ---> JELIEL

Du 31/03 au 05/04 ---> SITAEL

Du 06/04 au 10/04 ---> ELEMIAH

Du 11/04 au 15/04 --->MAHASIAH

du 16/04 au 20/04 ---> LELAHEL

Du 21/04 au 25/04 ---> ACHAIAH

Du 26/04 au 31/04 ---> CAHETEL

 

VEHUIAH

Symbolise la transformatio. Il procure une volonté puissante pour créer et transformer.

JELIEL

Symbolise la fécondité et la fidélité.

SITAEL

Symbolise la responsabilité. Il procure à la personne qui l'invoque le courage devant l'adversité.

ELEMIAH

Symbolise le succès et la protection.

MAHASIAH

Symbolise la paix et l'harmonie. Il procure la possibilité de vivre sereinement.

LELAHEL

Symbolise la santé et la guérison.

ACHAIAH

Symbolise la compréhension et la foi. Il procure la redécouverte de la foi.

CAHETEL

Symbolise la récolte et la bénédiction.

Repost 0
28 août 2006 1 28 /08 /août /2006 10:28

Au-dessus des Trônes se trouvent les Chérubins.

Ils sont les gardiens de la lumière et des étoiles.

Loin de votre plan de réalité, leur lumière atteint toutefois vos vies, la lumière Divine qu'ils filtrent à travers les Cieux.

Archange : Raziel

Du 01/05 au 05/05 ---> HAZIEL

Du 06/05 au 10/05 ---> ALADIAH

Du 11/05 au 15/05 ---> LAUVIAH

Du 16/05 au 20/05 ---> HAHAIAH

Du 21/05 au 25/05 ---> LEZALEL

Du 26/05 au 31/05 ---> MEBAHEL

Du 01/06 au 05/06 ---> HARIEL

Du 06/06 au 10/06 ---> HEKAMIAH

HAZIEL

Symbolise le pardon et l'amour inconditionnel. Il procure amitié et affection.

ALADIAH

Symbolise la tolérance et la clarté d'esprit. Il procure l'inspiration dont nous avons besoin.

LAUVIAH

Symbolise la prémonition. Il procure des révélations pendant les rêves. Symbolise aussi la sagesse.

HAHAIAH

Symbole de la révélation et de la protection, il permet de comprendre ce qui anime l'humain à son insu.
Il caractérise l'aptitude à anticiper, la prémonition voire la prescience, l'intuition, l'ardeur, le dynamisme.

LEZALEL

Symbole de réconciliation et de fidélité, il incite au respect des engagements.
Il caractérise la détermination, les convictions et le souci de les faire partager, le magnétisme personnel.

MEBAHEL

Symbolise la droiture. Il procure la compréhension.

HARIEL

Symbolise la libération. Il procure l'inspiration dans le travail.

HEKAMIAH

Symbolise l'amitié. Il procure la loyauté de son entourage.

Repost 0
9 août 2006 3 09 /08 /août /2006 11:02

 

 

 

 

Les Trônes constituent le premier ordre de la troisième sphère.

Ils sont les Anges-compagnons des planètes.

A ce stade de votre histoire, il est important pour vous de prendre conscience d'un trône particulier, l'Ange du coeur, qui est le gardien de votre monde.


Archange : Binael

Du 11/06 au 15/06 ---> LAUVHIAH

Du 16/06 au 21/06 ---> CALIEL

Du 22/06 au 27/06 ---> LEUVIAH

Du 28/06 au 01/07 ---> PAHALIAH

Du 02/07 au 06/07 ---> NELCHAEL

Du 07/07 au 11/07 ---> LEIAEL

Du 12/07 au 16/07 ---> MELAHEL

Du 170/07 au 22/07 ---> HAHEUIAH

LAUVHIAH

Symbolise la prémonition. Il procure des révélations pendant les rêves.

Symbolise aussi la sagesse.

CALIEL

Symbolise la vérité et la justice. Il procure la victoire et la vérité.

LEUVIAH

Symbolise le laché-prise. Il procure grânce et la bénédiction de la providence.

PAHALIAH

Symbolise la vocation. Il procure la compréhension de notre grand dessein.

NELCHAEL

Symbolise la victoire. Il procure la victoire sur les forces du mal.

LEIAEL

Symbolise le respect. Il contribue à la compréhension de l'autre.

 

MELAHEL

Symbolise la guérison. Il procure la guérison.

HAHEUIAH

Symbolise la proctection. Il procure la protection providentielle.

Repost 0
6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 09:28

Voici la deuxième hiérarchie composée d'une triade :

- Les Dominations,

- Les Puissances,

- Les Vertus.

Les Dominations sont les êtres célestes qui gouvernent les activités de tous les groupes angéliques qui leur sont inférieurs.

Divins bureaucrates, ils oeuvrent aussi à l'intégration des mondes spirituel et matériel.

Bien qu'ils recoivent leurs ordres de Dieu et contactent rarement les individus, leur travail est cependant lié à votre réalité.


Le chœur angélique des Dominations transmet aux hommes la confiance en la vie, l'optimisme et la joie. Il dispense les grâces et les bienfaits.

Archange : Hesediel

Du 23/07 au 27/07 ---> NITHAIAH

Du 28/07 au 01/08 ---> HAAIAH

Du 02/08 au 06/08 ---> YERATEL

Du 07/08 au 12/08 ---> SEHEIAH

Du 13/08 au 17/08 ---> REIYEL

du 18/08 au 22/08 ---> OMAEL

Du 23/08 au 28/08 ---> LECABEL

Du 29/08 au 02/09 ---> VASARIAH

NITHAIAH

Symbolise la sagesse et la compréhension. Il procure la faculté de comprendre les choses occultes.

HAAIAH

Symbolise la vérité. Il procure l'aide dans la recherche de la vérité.

YERATEL

Symbolise la mission. Il procure la mission de propager la lumière.

SEHEIAH

Symbolise la longévité. Il procure vie longue et heureuse.

REIYEL

Symbolise l'inspiration et la libération. Il procure l'inspiration céleste pour els allocutions.

OMAEL

Symbolise la patience. Il procure la patience.

LECABEL

Symbolise la gloire. Il procure la gloire et la fortune.

VASARIAH

Symbolise l'appuie. Il procure l'aidre du pouvoir divin.

Repost 0