Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 08:29


Certaines personnes ont des réminescences de vies antérieures et d'autres (comme moi par exemple), n'ont aucun souvenir.


Tout cela me pousse à me poser des questions sur l'existence réelle de la réincarnation. Existe-t'elle vraiment ?

Est-ce un parasitage d'une entité ? Ou est-ce autre chose ?

Je remercie Parvati, qui m'a envoyé ces deux textes qui nous font réfléchir.



Le cas de Saïd Bonhamy, que Ian Stevenson étudia en profondeur, en est un exemple tout à fait typique. Bonhamy était un druze (membre d’une secte musulmane qui enseigne la réincarnation) qui mourut dans un accident de la route au Liban en 1943.

Six mois plus tard, sa soeur donnait naissance à un fils. Lorsque le garçon apprit à parler, les noms des enfants de Bonhamy furent pratiquement les premiers mots qu’il prononça. Il décrivit également l’accident de camion qui avait mis un terme à « sa vie précédente » et qui créa chez lui une phobie de ces véhicules.

Il s’agissait donc d’un cas splendide de souvenirs d’une vie antérieure, mais un problème surgit. En effet, dans une ville située à une quarantaine de km de là, naquit en 1958 un garçon nommé Iwad Ilawar. Quand il eut deux ans, Iwad se souvint lui aussi d’une vie antérieure apparemment en tant que Saïd Bonhamy ! Il se rappela l’accident de camion, le nombre d’enfants qu’il avait, etc.

De plus, il était également sujet à une peur morbide des camions. Enfin, il parla d’une ancienne maîtresse, Jumille, que Stevenson parvint à identifier comme étant l’amante non pas de Bonhamy, mais de son cousin.

 




Par ailleurs, nous sommes confrontés à l’histoire déconcertante de Jasbir Lai Jat, un Indien de trois ans et demi qui, après avoir réchappé de justesse à la variole en 1954, se mit spontanément à parler d’une vie antérieure en tant que Sibha Ram, qui avait vécu dans un village des environs.


Il déclara que son père s’appelait Shanka, qu’il était mort après avoir mangé des sucreries empoisonnées pendant
un défilé de mariage (ce qui l’avait fait tomber d’un chariot), et relata nombre d’évènements véridiques de la vie de Ram.

Lorsqu’on l’emmena de son village dans l’Uttar Pradesh à la bourgade voisine de Vehedi, où Ram avait résidé, l’enfant reconnut sans se tromper plusieurs des anciens membres de sa famille et leur parla de sa vie passée avec force détails. Tous ces faits furent vérifiés par Ian Stevenson pendant un voyage d’études effectué en Inde en

1961.

 

Une fois de plus, nous avons là un superbe cas de réincarnation, sauf qu’un élément incite à la prudence : en fait, Sibha Ram de mourut pas avant la naissance de Jasbir, mais uniquement quand ce dernier avait trois ans.

Comment est-il possible de rendre compte de ce récit insolite ? De possession ? De transmigration de l’âme ? J

asbir est-il vraiment mort pendant sa variole, son corps ayant alors été ranimé par l’esprit de Sibha Ram ?

 

A tout le moins, de tels récits nous font réaliser que ces exemples de mémoire extracérébrale ne sont en aucun cas des preuves formelles de la réincarnation.

Les données que l'on peut extraire de ce type de cas ne sont pas assez nettes, remplies qu'elles sont de paradoxes qu'il est impossible de passer sous silence.


Comment est-il possible de rendre compte de ces récits insolites ? De possession ? De transmigration de l’âme ?


Jasbir est-il vraiment mort pendant sa variole, son corps ayant alors été ranimé par l’esprit de Sibha Ram ?

 


La vie après la vie
, Scott Rogo

 

Repost 0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 08:08

 




Une pandémie programmée par l'OMS




Tout d'abord, je tenais à remercier Yannick qui m'a envoyé ce pps que je vous retranscris sur le blog.

Je tiens également à remercier l'auteur de ce pps.


Une pandémie de haut niveau !


Dans le cadre du Règlement Sanitaire International, en cas d’urgence pandémique, du type de virus H1N1, les directives de l'OMS ont un caractère contraignant pour l’ensemble des 194 pays affiliés à l'OMS.

En bref : l'OMS dispose de l’autorité d’obliger tout le monde dans les 194 pays à se faire vacciner de force en automne, d’imposer des quarantaines et de limiter les voyages.

Cette pandémie prévu cet automne dans la deuxième vague la plus meurtrière jamais imaginée, est construite génétiquement pour ressembler au virus de la grippe espagnole et aurait été conspirée par les laboratoires pharmaceutiques eux-mêmes, avec la complicité tacite de l’OMS, du jamais vu non plus !






Des preuves de contaminations

Il existe une preuve vérifiable, claire et sans équivoque, montrant que l'OMS a fourni le virus de la grippe aviaire vivant à la filiale de Baxter en Autriche. Ce virus a été utilisé par Baxter pour fabriquer 72 kilos de matériel vaccinal en février.


Baxter a ensuite envoyé ce matériel à seize laboratoires dans quatre pays sous un faux étiquetage, désignant les produits contaminés comme du matériel vaccinal, déclenchant presque de cette façon une pandémie mondiale.

Puisque Baxter doit observer strictement les règles de biosécurité de niveau trois en manipulant un virus dangereux, comme celui de la grippe aviaire, la production et la diffusion de cette pandémie ne peuvent pas être accidentels, mais sont plutôt effectuées par Baxter dans une intention criminelle.

 

Des faits inquiètants

La police autrichienne enquête maintenant, sur des accusations criminelles déposé en avril. Il est de plus en plus évident que l'OMS et Baxter ne sont que des éléments d’une organisation criminelle beaucoup plus vaste, qui progresse d'une façon coordonnée et synchronisée, pour exécuter dans les prochains mois et années l’ordre du jour de réduction de la population mondiale des « élites » tout en mettant en place un gouvernement mondial dont l'OMS sera membre.

L'OMS, une agence des Nations Unies, semble jouer un rôle clé dans la coordination des activités des laboratoires, des compagnies pharmaceutiques et des gouvernements, dans l’accomplissement de l'objectif de réduction de la population et la prise de contrôle politique et économique de l'Amérique du Nord et de l’Europe.

 



Organisation du complot



- En premier, l'OMS donne des fonds, de soutien et de garantie à des laboratoires tels que le CDC pour chercher des agents pathogènes, les modifier génétiquement pour les rendre plus mortels, et aussi les breveter.
 

- Deuxièmement, l'OMS fournit ces mêmes agents pathogènes mortels, élaborés génétiquement, à des compagnies comme Baxter en Autriche, de sorte que Baxter puisse utiliser délibérément ces virus pour contaminer avec méthode le matériel vaccinal. Si la contamination des 72 kilos n'avait pas été détectée à temps par un laborantin en République tchèque, des millions de gens auraient attrapé la « grippe aviaire » avec l'injection.

- Troisièmement, en cas de pandémie, l'OMS ordonne une vaccination obligatoire dans l’ensemble des 194 pays, suivant les «recommandations» d'un groupe consultatif dans lequel siègent aussi les cadres de Baxter.

- Quatrièmement, l'OMS accorde à Baxter, Novartis, Sanofi et à d'autres compagnies, des contrats lucratifs pour fournir ces vaccins.



 

La prise du pouvoir mondiale


Par ailleurs, l'OMS acquiert une nouvelle autorité mondiale à une échelle sans précédent en cas de pandémie. Dans de cadre des plans pandémiques spéciaux décrétés dans le monde entier, en particulier aux États-Unis en 2005, en cas d'urgence pandémique, les gouvernements nationaux doivent être dissous et remplacés par des comités de crise, qui prennent en charge les infrastructures de santé et de sécurité des pays, et qui relèvent de l'OMS et de l'Union Européenne en Europe et de l'OMS et des Nations Unies en Amérique du Nord.


 

 

La loi prise pour le pouvoir mondiale



Si le Model Emergency Health Powers Act est mis en œuvre sur instructions de l’OMS, refuser le vaccin sera un délit pénal pour les États-Unis.

La police est autorisée à utiliser la force brutale contre les suspects « criminels ».

Grâce au contrôle de cette crise pandémique spéciale et aux comités dotés du pouvoir de promulguer une législation pour l’instaurer dans la plupart des pays, l'OMS, l'ONU et l'UE deviennent de facto le gouvernement d'une grande partie du monde.

Le vaccin de la contamination



La grande quantité de morts entraînera aussi l'effondrement économique et des bouleversements, la famine et la guerre, et ces événements provoqueront encore plus de réduction de la population. Pour résumer : l'OMS contribue à créer et ensuite à propager une pandémie virale mortelle.

Celle-ci permet à OMS de prendre le contrôle des gouvernements d’Amérique du Nord et d’Europe, et d’ordonner aussi la vaccination obligatoire des populations, par ces mêmes compagnies qui ont d’abord créé et propagé le virus mortel.


Et tout ça sous le prétexte de protéger les populations contre la pandémie qu’ils ont créée, ce même groupe d’«élite » qui finance l'OMS, cachent systématiquement au grand public la nature du danger réel de ces injections de H1N1, en retenant les informations essentielles concernant l'interdépendance des agissements à leur propre profit de ce groupe d'organisations. Les principaux médias, possédés par ces groupes, diffusent une information larvée pour endormir les craintes du public.





Un vaccin d’un virus tueur



En conséquence, la plupart des gens croient encore que le virus H1N1 est une grippe porcine naturelle, alors que même l'OMS a officiellement abandonné le terme « porcin » dans une tactique de reconnaissance de son origine artificielle.


La plupart des gens pensent encore que les compagnies pharmaceutiques peuvent fournir un remède, alors qu’elles sont en train de préparer une série de piqûres létales, contenant le virus vivant atténué, des métaux toxiques et d'autres poisons.

Les deux piqûres de H1N1 sont conçues pour endommager le système immunitaire et ensuite l’attaquer avec un virus vivant, dans un processus qui reflète celui décrit par deux mémoires de 1972 de l'OMS, où ont été définis les moyens techniques pour transformer les vaccins en tueurs.




Une vaccination du virus aggravant



Cette campagne de vaccination de masse permettra même l’émergence d’une souche plus mortelle et fournira une couverture pour la libération des virus de la grippe aviaire ou d'autres agents pathogènes.

C’est pourquoi des mesures doivent être prises maintenant pour arrêter la vaccination de masse prévue cet automne, en intentant une action en justice pour bloquer la distribution des vaccins et/ou les lois gouvernementales forçant les gens à accepter la vaccination.

Pourtant la meilleure protection contre le virus H1N1, qui a été libéré et qui deviendra inévitablement de plus en plus mortel puisqu’il mutera en automne, est l'argent colloïdal et aussi les vitamines pour renforcer le système immunitaire, les masques et les autres mesures de ce genre, toute simple. Le chlorure de magnésium améliore beaucoup le «terrain», ce qui renforce la résistance aux micro-organismes.

Mais aucun des gouvernements d’Amérique du Nord ou d’Europe n’a fait des provisions d'argent colloïdal ni préconisé des mesures de santé judicieuses pour contenir la prochaine vague meurtrière.

Il y a à la place de plus en plus de signes montrant qu’ils utiliseront la panique pour effrayer les gens afin qu’ils acceptent les vaccins toxiques, qui sont sûrs de provoquer des lésions ou des dommages simplement grâce à la présence de métaux lourds dans le vaccin injecté dans l’organisme.




Les États-Unis signe avec l’OMS



La secrétaire d’Etat U.S. à la santé, Kathleen Sebelius, vient de signer un décret conférant une totale immunité aux fabricants de vaccins contre la grippe H1N1, en cas de poursuite judiciaire. De plus le programme accéléré - de 7 milliards de dollars - pour la fabrication du vaccin qui devra être mis sur le marché à l’automne ne prévoit pas de test de sécurité.


Y aurait-il un programme sous-jacent à l’officielle et hystérique campagne de l’OMS destinée a élever la prétendue grippe porcine au rang de pandémie ?

Tout d’abord, ni l’OMS ni le CDC ni aucune instance scientifique n’a produit de preuve quant à l’existence de ce nouveau virus H1N1, virus qui devrait être isolé, caractérisé et photographié par un microscope électronique en vertu des procédures scientifiques habituelles lorsqu’il existe un danger de pandémie.

L’actuelle panique provoquée par campagne officielle sur les dangers supposés de la grippe porcine prend des allures de roman de science-fiction Orwellien. Le décret signé par Sebelius accorde l’immunité à ceux qui fabriquent le vaccin contre la grippe porcine conformément aux dispositions de la loi 2006 sur les urgences de santé publique.




Les fabricants de vaccins ont obtenus l’immunité juridique



Le 19 juillet 2009 (RTL info.Belgique),


« La ministre de la santé, Laurette Onkelinx (PS), a expliqué vendredi à l’issue du Conseil des ministres que le gouvernement avait adopté un projet de loi d’exception qui lui donne les moyens d’agir «vite et efficacement» en cas de nécessité dans le cadre de la lutte contre la grippe AH1N1. Le projet est envoyé au Conseil d’Etat pour avis.


Quand elle sera votée, cette loi donnera au gouvernement des pouvoirs spéciaux qui lui permettront de prendre des mesures d’urgence : possibilité de réquisitionner des professionnels autres que du personnel de santé pour aider en cas de vaccination massive , possibilité d’organiser des distributions massives de médicaments par d’autres voies que les pharmaciens et campagne de vaccination.
 
Le gouvernement a aussi passé un contrat pour l’achat de 12,5 millions de doses de vaccins et une campagne de vaccination sera lancée à l’automne. Le vaccin sera gratuit pour les groupes à risques et pour certaines professions.

N'hésitez pas à faire circuler l'information !




Un précédent dans la vaccination de masse



En Grande-Bretagne, les services de santé du gouvernement se sont préparés pour un scénario qui prévoit, durant l’hiver, 65 000 décès dont plusieurs milliers d’enfants. Le gouvernement britannique a commandé 132 millions de doses de vaccins aux fabricants Baxter et GlaxoSmithKline qui ,dans la panique d’une pandémie, ont obtenu par avance une licence pour trois « bases » de vaccins, alors même que l’OMS et les épidémiologistes nous disent que nous ne pouvons pas nous préparer à l’avance du fait d’une possible et inquiétante mutation de l’actuel et si peu dangereux H1N1.


Dans les années 80, le Dr Salisbury a été sévèrement critiqué pour avoir mené une campagne massive de vaccination des enfants avec le vaccin ROR (rougeole, oreillon, rubéole) fabriqué par le prédécesseur de GlaxoSmithKline. Ce vaccin fut retiré du marché japonais après que des effets secondaires aient été constatés chez de nombreux enfants vaccinés. Le gouvernement japonais a été obligé de payer d’importantes indemnités aux victimes.

En Suède, le vaccin ROR de GlaxoSmithKline fut retiré de la circulation après que des scientifiques aient établi le liens entre le vaccin et la maladie de Crohn. Apparemment ces éléments n’ont guère perturbé le directeur du groupe SAGE de l’OMS, le Dr Salisbury.



La France en panique



La France va acheter 100 millions de doses de vaccin contre la grippe A (H1N1) pour la modique somme de 1,5 milliards d'euros auprès de quatre laboratoires, écrit jeudi Le Parisien. Le ministère de la Santé a cependant indiqué que les négociations n'étaient pas achevées et que leurs résultats seraient communiqués à l'issue d'une réunion de la cellule interministérielle de crise, la semaine prochaine.
 
Le pays dénombrait mercredi 403 cas de grippe A depuis le début de l'épidémie, selon un dernier point de l'Institut de veille sanitaire (InVS). Un regain de l'épidémie est craint à l'automne prochain en France comme dans le monde entier. La cellule de crise interministérielle a pris la décision d'achat des vaccins, dit le quotidien, citant une source à Matignon.
 
Dans un communiqué, le ministère de la Santé affirme que ce n'est pas encore le cas. "Ces négociations, menées sur la base d'un mandat défini par le Premier ministre, ne sont pas totalement achevées", écrit-il. Sans confirmer le chiffre de 100 millions de doses, ni le montant du marché, le ministère précise qu'il s'agit d'acquérir des doses "en quantité suffisante pour protéger l'ensemble des citoyens", soit 64 millions de personnes. Il faut deux doses par personne, pour un coût de 15 euros par vaccination, a récemment souligné la ministre de la Santé, Roseline Bachelot.
 
Le marché est classé "secret-défense" et, son montant de 1,5 milliards d’euros, pourrait être en partie porté à la charge de l'assurance-maladie. Sur les 403 cas de grippe confirmés mercredi, 354 le sont en France métropolitaine et 358 sont des cas importés ou liés à des cas importés. Il n'y a eu en France ni décès ni cas sérieux et la maladie peut
être traitée grâce à des antiviraux.


Des quatre laboratoires travaillent sur le vaccin contre la grippe A (H1N1), on retrouve  le laboratoire Baxter International, incriminé dans la propagation du départ.

 

Des informations contradictoires



Un autre élément indique, qu’avec ce scénario alarmiste de l’OMS, on nous prend pour des imbéciles. L’OMS elle même, l’organisation mondiale chargée de surveiller les foyers de ce que l’on nomme "pandémies mondiale" vient juste de décider d’arrêter le suivi de l’évolution de la grippe porcine (ou de virus H1N1 comme on préfère l’appeler maintenant afin de ne pas froisser les producteur de porcs).


Dans une note d’information, déroutante, postée sur son site web, l’Organisation Mondiale de la Santé indique qu’il n’est plus nécessaire de recenser les cas de H1N1.

La dernière mise à jour de l’OMS, en date du 6 juillet, indique 94 512 cas confirmés dans 122 pays, dont 429 décès. Il est également indiqué que les pays doivent suivre les groupes de cas graves ou mortels qui peuvent indiquer une mutation du virus vers une forme létale. Le "Centre de contrôle et de prévention des maladies"(CDC) d’Atlanta est d’accord avec l’OMS pour arrêter le décompte.

Le Docteur Michael T. Osterholm, directeur du « Centre de recherche sur les maladie infectieuses de l’Université du Minnesota », admet que les tests existants pour confirmer le H1N1 sont empiriques et peu sûrs et affirme : « de mauvaises mesures sont pires que pas de mesures du tout ».

Ainsi l’OMS a décidé de supprimer les tests qui de toutes façons ne permettent pas de déterminer scientifiquement qui est atteint du H1N1 et qui ne l’est pas. Et ainsi ils ont décidé de supprimer le décompte des résultats des tests, mais aussi des cas de grippe H1N1, avec pour tout commentaire : "nous présumons que presque tous les cas sont des cas de grippe po rcine H1N1". Et c’est sur des bases aussi scientifique que celles-là que nous devons faire vacciner nos jeunes ? Stop là... pas avec nos enfants !

 




Repost 0
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 08:30


Grosse déception sur l'hodm à partir de cet épisode, car il met en scène la religion...

Je cite : "Alors si vous êtes un bon croyant, quelque soit votre religion, votre premier souci est celui de croire en Dieu..."

Et bien pas pour moi, mon premier souci est plutot de croire déjà en soi-même, et en celles et ceux que l'on aime.


Repost 0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 09:06

Merci à Mecanopolis.


Repost 0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 10:09

Merci à doomshield d'avoir mis le reportage sur le net








Repost 0
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 08:24

Merci à Helmutcall.


Repost 0
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 07:40


Documentaire d'1 h 12 - anglais sous-titré français


Thème : Attentats du 11 Septembre : vue d'ensemble


Filmé/Sortie le 16/05/2006


Titre original : Everybody’s Gotta Learn Sometime


Production : John Albanese




Description


Produit par John Albanese et basé sur les recherches de Paul Thompson, Michael Ruppert, Daniel Hopsicker et David Ray Griffin, « Everybody's Gotta Learn Sometime » est peut-être le film « le plus dangereux de l'année 2006 ».


Ce documentaire lève un tabou médiatique. Il présente une vue d'ensemble des circonstances  et des évènements du 11 Septembre 2001 qui amène à remettre en question la version du gouvernement américain.

La force démonstrative du documentaire réside dans le fait qu'il s'appuie sur des informations parues dans la presse ou dans des documents, sur des témoignages, des faits circonstanciels ou des décisions de justice dans des affaires annexes. Les faits présentés sont bien établis, en voici les grandes lignes. 


Rédigé en 2000, le "Project for a New American Century" est la stratégie impérialiste promue par les néoconservateurs arrivés au pouvoir début 2001 suite à des fraudes électorales caractérisées. La mise en place de cette stratégie nécessitait la survenue d'un nouveau Pearl Harbour pour susciter le soutien de la population américaine à un développement considérable des dépenses militaires et à des guerres de conquête pour le contrôle des ressources énergétiques du Moyen-Orient et le démembrement de ses états-nations.


 Des unités anti-terroristes du FBI, de la CIA et du Pentagone avaient identifié les cellules terroristes présentées comme coupables. Les dates, cibles et moyens utilisés étaient connus mais tout à été fait pour stopper ces investigations. Une masse considérable d'informations a disparu après le 11 Septembre.


Les terroristes emmenés par Mohamed Atta n'avaient pas le profil de pieux islamistes. Une partie d'entre eux entretenait des liens, d'une part, avec les services secrets militaires américains et pakistanais (et s'entraînaient même sur une base de l'US Air Force), et, d'autre part, avec certains républicains richissimes et maffieux impliqués dans des affaires de corruption et de trafic de drogue. Les terroristes sont entrés sur le territoire étatsunien grâce à un programme Visa ad hoc de l'ambassade saoudienne, malgré des mises en garde de l'administration de l'immigration.


Le gouvernement a reçu de multiples avertissements de la part des ses alliés. Une grande agitation a régné à Washington pendant l'été 2001 du fait de l'imminence d'une attaque d'Al Qaida. Des personnalités et des fonctionnaires ont reçu des avertissements le jour J. Des mouvements spéculatifs de grande ampleur ont eu lieu la semaine précédant les attentats, impliquant des banques liées aux services de renseignements et au crime organisé.


Aucune procédure normale d'interception des avions détournés n'a été respectée, tandis que se déroulaient plusieurs exercices militaires, notamment pour simuler des attentats. Le matin même, des parlementaires républicains chargés de la lutte anti-terroriste recevaient le chef des services secrets pakistanais, plus tard identifié comme le financier du groupe Atta. Quelques hommes politiques ont fait publiquement part de leur scepticisme à propos de la thèse officielle, à l'instar d'Andreas Von Bülow, ancien Secrétaire d'Etat à la Défense allemand : « Pearl Harbour n'a pas été une surprise pour le gouvernement américain, il ne l'a été que pour le peuple américain, et le 11 Septembre est juste un nouveau Pearl Harbour. La guerre a été préparée longtemps avant les attentats... Pour tirer ces crimes au clair, il faut commencer par remettre en question la théorie officielle ».


En visionnant ce documentaire, on ne peut que faire le constat que la version officielle ne tient pas un instant la route. Et que la participation des plus hauts niveaux de l'Etat et de l'Armée est manifeste.


EGLS ne cherche pas à faire la lumière sur tous les aspects de l'affaire, ni à identifier les conspirateurs. Il passe également sous silence des recherches bien établies portant sur les modalités précises des attentats. Mais il insiste en revanche sur la passivité complice des principaux médias et sur leur refus d'enquêter sérieusement sur un évènement qui a plongé le monde dans une guerre de civilisations.


C'est un documentaire capital pour lutter contre la désinformation systématique et la propagande orwellienne de la « guerre contre la terreur », pour prendre conscience de la nature quasi-fasciste du régime américaniste, et, peut-être, mettre un frein à de dangereuses dérives anti-démocratiques. EGLS a reçu une ovation lors de sa première au Tribeca Hall de New York, le 12 Mai 2006. Evènement perturbé par une alerte à la bombe...






Merci au site ReOpen911
Repost 0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 11:15

Merci à corsair31 pour sa vidéo.




Reprise de la vidéo de la rubrique "Ca (a) agrite l'actualité"


D'autres articles suivront prochainement
Repost 0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 08:40


Merci à corsair31 pour sa vidéo.





Des articles sur ce sujet sont à venir dans la rubrique "Crise H1N14"
Repost 0
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 08:17

Merci à Helmutcall.


Repost 0