Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 14:51

 

 

Je souhaitais vous faire part de "quelque chose" d'étrange qui est arrivée il y a maintenant plus de 13 ans... J'ai mis longtemps avant d'en parler, de peur de passer pour une folle, et nous en avons très peu parlé, sauf à quelques proches, longtemps après. Heureusement, il y avait mon mari à mes côtés lors de cet évènement, et il a été tout aussi surpris. Nous étions incrédules mais nous avons dû nous rendre à l'évidence ! Il y avait vraiment "quelque chose" . Voilà :
Mon mari et moi avions gonflé quelques ballons de baudruche pour notre fille qui avait alors un an et demi. C'était au printemps, à 11 h du matin, nous attendions que le repas soit cuit en jouant sur la terrasse. La météo était étrange, il y avait du vent, un vent tournant et rasant, un peu comme lorsqu'il va faire de l'orage... mais il faisait soleil et doux. Nous jouions avec notre petite fille avec ces ballons. Tout à coup l'un d'entre eux, bleu, prit de drôles de trajectoires entre mon mari et ma fille (pas avec moi). Avec le vent, c'était improbable...  
Cela dura 20 minutes ! Hop, le ballon allait droit sur ma fille, ou sur mon mari, hop, il repartait dans l'autre sens... alors que les autres ballons avaient déjà disparu, dans le pin à côté, ou dans les rosiers, aucune chance d'en sortir entiers !
Mon mari, qui au départ prenait ça à la légère, se mit à appeler le ballon : "Ballon, viens !" et le ballon allait directement se loger entre ces pieds !!! Puis retournait vers ma fille.  
Là, nous nous regardâmes, l'air interrogateur et surpris... et mon mari dit : " Tu vois ce que je vois ?" Oui, je voyais bien sûr. Comment, avec ce vent, ce ballon se déplaçait-il sur de telles trajectoires ? Et il répondait aux appels de mon mari !  
Tout à coup, le ballon bleu disparut... Il n'était plus là. Nous attendîmes un peu, tout en jouant avec notre fille. Et là, un quart d'heure plus tard, le ballon réapparut ! Il venait du côté de la maison et avait sans doute fait le tour de celle-ci... Mais comment cela était-il possible ? Avec tous ces rosiers, les pins ?
Le jeu dura encore un peu. Nous savions alors qu'il y avait "quelque chose dans ce ballon"... Nous rentrâmes faire déjeûner la petite. Et nous n'avons plus jamais revu ce ballon.  
Il faut dire que nous habitons près d'un cimetière.

Cette étrange "chose" ne s'est jamais reproduite, même après avoir essayé de regonfler des ballons pour retenter l'expérience !
A aucun moment nous n'avons eu peur. Nous étions au contraire très émus... et surpris bien sûr.  

Voilà l'histoire du ballon bleu. J'espère qu'elle vous plait. Je vous assure que c'est tout à fait réel. Je n'ai rien inventé. D'ailleurs, si mon mari n'avait pas été là, je me serais posé des questions sur mon intégrité psychique !
Je n'oublierai jamais ces moments...    
Avec toutes mes amitiés.
Et merci pour votre blog super intéressant.


4ine.

Repost 0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 17:43

 

 Source image ici

 

 

Dans la collection "Trucs de santé"
 

Auteur : Sophie Lacoste
Editions Mosaïque-santé

Prix : 6 euros

 

Sophie Lacoste, Rédactrice en Chef du magazine Belle-Santé, écrit aussi la rubrique santé de TV Magazine depuis près de 15 ans. Elle s’intéresse tout particulièrement aux remèdes naturels.

Elle est l’auteur de plusieurs livres, devenus des ouvrages de référence en matière de santé au naturel : Les Surprenantes vertus du jeûne, Secrets de santé : les Trucs qui marchent...

 

Résumé emprunté sur le site de la fnac

 

 

J'ai découvert quelques petits bouquins qui sont intéressants (merci Catherine !). Ils donnent des astuces naturelles pour soigner.
C'est sûr que si le mal persiste, mieux vaut consulter un docteur.

 

 

Dans la même collection "Trucs de santé" :

 

- Jambes lourdes et autres problèmes circulatoires...
- Digestion difficile, aigreurs d'estomac, constipation...
- Allergies, rhume des foins, eczéma, asthme...
- Bourdonnements et autres maux d'oreilles...
- Rhumatismes et autres maux articulaires...
- Mal de dos et problèmes de muscles et de ligaments...
- Affections ORL : rhumes, angines, bronchites, grippe...
- Cystites calculs, et autres maux de vessie et de reins...
- Ménaupose, bouffées de chaleur, irritabilité, insomnie, prise de poids...
- Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...
- Stress, anxiété, déprime, insomnies, angoisses...
- Surpoids, cellulite, rétention d'eau...
- Maux de pieds et de mains, ampoules, engelures, mycoses, verrues...
- Maux de peau, psoriasis, eczéma, acné, couperose, brûlures, zona...

 

  

Repost 0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 20:26

 

Bonjour ou Bonsoir à toutes et à tous !   059

 

j'aimera beaucoup changer le design des modules... et pourquoi pas de l'ensemble du blog.

 


Le gros inconvénient, c'est que je n'ai pas pas de logiciel de retouches qui puisse le faire et que je ne m'y connais pas...

 th 059

 

Est-ce que quelqu'un pourrait m'aider s'il vous plaît ?

 

Amicalement
*Van Fée

Repost 0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 07:42

 

 (Medjugorje)

 
 
 
 
 
Les apparitions
 
Le mercredi 24 juin 1981 était jour férié dans la paroisse. Les gens ont gardé l'habitude de fêter la Saint-Jean. Deux jeunes filles de Bijakovici (paroisse de Medjugorje), en vacances chez leur parenté, se promenaient au pied du Crnica, échangeant des propos. Ivanka jeta par hasard un regard en direction de la montagne et y aperçut quelque chose de brillant. En y regardant de plus près, elle vit une apparition insolite, la figure de la Gospa (la Vierge), se tenant au-dessus du sol.
"Regarde donc la Gospa sur la montagne !"
Mirjana, qui n'aurait jamais de sa vie osé penser à pareille chose, répliqua :
"Garde le silence. On pourrait t'entendre. Comment la Gospa pourrait-elle nous apparaître ?"
Et les deux jeunes filles rentrèrent à la maison.
Vers le soir, Milka, soeur cadette de Marija, demanda aux jeunes filles de l'accompagner pour rentrer les moutons. Elles suivirent le même chemin au pied de la montagne. Ivanka s'arrêta une nouvelle fois et leva les yeux vers la montagne.
"Regardez, la Gospa est à nouveau là !" et elle montra du doigt la direction de la montagne.
A leur grand étonnement, Mirjana et Milka virent cette fois-ci également l'apparition qui se tenait un peu plus haut, sur le sommet de la montagne, portant dans les bras, ce qui ressemblait à un enfant. Toutes les trois restèrent immobiles, plongées dans l'admiration, sans rien dire.
Alors Vicka rejoignit les deux jeunes filles qui, avec excitation et d'une voix forte et vive lui dirent d'approcher.
"Que se passe-t-il ? Y a-t-il un serpent ?"
"Non, pas de serpent !" Vicka accourut, mais la vue de l'apparition l'effraya à tel point que, prise de peur, elle se déchaussa et s'enfuit. Au bout de deux ou trois minutes cependant elle revint sur ses pas. Elle comprit que si c'était la Sainte Vierge, il n'y avait rien à craindre.
A ce moment-là, arriva Ivan Dragicevic portant un sac rempli de pommes. Les filles lui signalèrent l'apparition et il la vit. La peur le figea, si bien qu'il en laissa tomber les pommes. Puis il prit la fuite, sans se préoccuper des fruits. Ivan était venu avec un garçon plus âgé que lui, s'appelant lui aussi Ivan. Il n'avait vu qu'une lumière et n'assista pas aux autres apparitions.
De retour chez elles, les jeunes filles ne parvinrent pas à dissimuler leur émotion. Toutefois, elles ne récoltèrent que des moqueries lorsqu'elles se mirent à parler de leur visions. On leur dit qu'elles feraient mieux de ne pas en parler.
 
Le premier entretien avec la Gospa
 
Le lendemain soir, le 25 juin 1981, les jeunes filles se rendirent au même endroit, à la même heure. Il était 18 h 30. Personne ne leur avait donné l'ordre de s'y retrouver, mais elles se sentirent fortement attirées vers ce lieu. Une femme, accompagnée de son enfant, était également venue à cet endroit. Mirjana et Ivanka proposèrent à Vicka et à Ivan de faire venir Jakov et Marija, pensant que ces derniers bénéficieraient aussi de ces visions. Pourquoi avaient-elles invité précisément ces deux jeunes-là ? Parce que ces derniers avaient été les seuls à les croire. La femme vit la Gospa et dit : "Elle vous tend les mains, courez vite sur la montagne." Alors les filles virent la Gospa qui leur fit signe d'approcher. Mirjana et Ivanka montèrent donc rapidement sur la montagne, suivies de Marija, Jakov, Vicka et Ivan. Sur ces entrefaites, plusieurs villageois étaient arrivés. Mais eux ne virent qu'une lueur. Milka n'était pas chez elle ce jour-là; sa soeur Mirjana vint à sa place, vit et continua à voir la Gospa avec les autres voyants. Milka, par contre, n'eut plus de visions à partir de ce jour-là.
Les enfants se rendirent près de la Gospa, se mirent à genoux et commencèrent à prier. Tous pleuraient d'émotion. Comme la maman d'Ivanka était décédée deux mois plus tôt, celle-ci demanda à la Gospa des nouvelles de sa maman. La Gospa répondit : "Elle va bien. Ne te fais pas de souci pour ta maman. Elle est ton ange céleste." Ensuite, ils demandèrent à la Gospa si elle reviendrait le lendemain. "Oui, je reviendrai."
Les personnes présentes virent les jeunes filles parler, mais n'entendirent rien. Alors quelqu'un proposa : "Venez, saisissons-les !" (Cette remarque fut faite par plaisanterie ou par moquerie.) Comme les enfants allaient rentrer chez eux, la Gospa leur dit : "Allez dans la paix de Dieu." Alors, les enfants se retournèrent et tombèrent à genoux, mais la Gospa avait disparu. Le ciel s'illumina, ce que virent également plusieurs personnes de l'assistance.
 
La troisième apparition de la Gospa 
 
Le troisième jour - c'était un vendredi - les gens étaient venus en grand nombre. Les voyants longeaient à nouveau le chemin qui se trouve au pied de la montagne, lorsqu'ils eurent à nouveau une vision. Le ciel s'illumina trois fois. La lumière frappa un point de la montagne éloigné d'une centaine de mètres de l'endroit où la Gospa s'était montrée la veille. Alors que l'endroit de la précédente apparition pouvait être atteint grâce à un sentier qui serpente entre les rochers, le nouvel emplacement se trouvait au milieu d'herbes, de broussailles, de trous, de pierres et de rochers. Les témoins oculaires rapportent que les enfants accoururent vers la Gospa comme portés par des ailes, à travers les pierres, les blocs de rochers et les broussailles épineuses où, normalement, on avance à grand-peine. Aucun des enfants ne se blessa, quoique les buissons épineux rendaient les broussailles presque impénétrables. Aux témoins, ce seul fait parut tenir du miracle.
Les enfants rejoignirent donc rapidement le point précis de l'apparition. Mirjana et Ivanka eurent un léger évanouissement dû à l'émotion. Vicka, aspergeant l'apparition d'eau bénite et de sel, dit : "Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Si tu es la Mère de Dieu, reste. Sinon, va-t-en !" La Gospa répondit par un sourire. Ensuite Mirjana demanda des nouvelles de son défunt grand-père, qu'elle avait beaucoup aimé. Ivanka s'enquit à nouveau de sa mère. - La Sainte Vierge répliqua : " Elle va bien." Ivanka : "Est-ce que maman a dit quelque chose ?" - "Elle a dit que vous deviez obéir à votre grand-maman et l'aider parce qu'elle est âgée." Puis les enfants demandèrent à la Sainte Vierge la raison pour laquelle elle venait précisément à cet endroit et se faisait voir à eux, ajoutant : "Nous sommes comme les autres, nous ne sommes pas meilleurs." La Gospa répondit qu'elle ne choisissait pas les meilleurs, qu'elle était venue ici-même parce qu'elle désirait être parmi les fidèles. Ensuite, elle se retourna et regarda chacune des personnes présentes. Son désir est que les gens se convertissent, qu'ils comprennent toute la nécessité de revenir dans le droit chemin pendant qu'il est encore temps.
A la fin, les voyants demandèrent à la Gospa un signe, afin qu'ils ne soient pas la risée des gens.
 
Les apparitions continuent
 
Le lendemain - samedi - Ivanka posa la question : "Ma Gospa, quel est ton nom ?"
"Je suis la Sainte Vierge Marie."
Mirjana : "On nous accuse de nous être drogués ou d'être épileptiques."
"Mes enfants, il y a toujours eu de l'injustice dans le monde; ici, c'est pareil. il ne faut pas en tenir compte."
Le dimanche, les gens affluèrent déjà en si grand nombre qu'il n'y avait peut-être jamais eu auparavant pareille multitude lors d'une réunion religieuse dans l'Herzégovine.
Mirjana précisa : "Tout à l'heure, nous avons demandé un signe pour cette foule, alors la Gospa s'est retournée et a regardé la foule en souriant."
Pendant les apparitions, la Gospa se tient habituellement à environ 30 cm au-dessus du sol. Parfois, elle semble être debout sur un nuage.
Elle est d'une grande beauté, svelte, et mesure environ 1 m 60. Jakov, dans sa candeur enfantine, dit : "Je n'ai jamais vu de femme plus belle !"
Elle est vêtue d'une longue robe grise qui lui recouvre les pieds. En fait, il est impossible d'en préciser la couleur. C'est un gris qui donne l'impression de ne pas être gris. La tête est couverte d'un voile blanc qui descend jusqu'au sol. Sur la tête, elle porte une couronne aussi brillante que les étoiles. Elle a les yeux bleus, les cils noirs, la bouche petite et rouge, les joues roses; à travers le voile, on distingue des boucles de cheveux noirs. Elle est jeune, paraît avoir vingt ans. On ne se lasse pas de la regarder. Elle parle d'une voix douce à l'intonation normale. Le ton est inexprimable : comme une musique ou un chant.
Quelqu'un demanda aux voyants dans quelle langue la Gospa s'exprimait : "Le croate, bien sûr !" Ils ajoutèrent que la Gospa parlait un excellent croate et non pas le dialecte, comme eux.
Les propos suivants reflètent la joie indicible de voir la Gospa. Ainsi, Jakov déclara : "Si je devais mourir maintenant, je n'aurais pas de regrets, puisque j'ai vu la Gospa !" Mirjana expliqua : "Quelle impatience dans l'attente ! Nous comptons les minutes, regardons tout le temps la montre en attendant l'heure où nous pouvons enfin commencer les prières. Et puis nous sommes dans la crainte d'avoir peut-être fait quelque chose de mal, et qu'elle ne revienne plus. C'est une très grande joie lorsque nous la voyons. Quand je suis auprès d'elle, j'ai envie de pleurer de ravissement."
Au début, beaucoup de gens se moquèrent des voyants. Par dérision, on appela les jeunes filles "Gospica" (diminutif de "Gospa"). Cela les affligeait; elles demandèrent donc à la Gospa un signe qui obligerait tout le monde à les croire. Au bout de quelques jours toutefois, elles ne firent plus attention à ce qu'on disait d'elles.
Elles prièrent la Gospa d'apparaître à chacun, afin que tous puissent la voir. La Vierge Marie répondit : "Heureux ceux qui croirent sans avoir vu !" Elle se retourna à nouveau pour regarder l'assemblée : "Qu'ils croient comme s'ils me voyaient !"
En la fête de Saint-Pierre et Saint-Paul, le 29 juin 1981, une doctoresse désira suivre l'évènement de tout près. Elle demanda si elle pouvait toucher la Gospa. Celle-ci répondit : "De tous temps, il y a eu des incrédules, qu'elle vienne !" La doctoresse a changé depuis. Mais on ignore si sa conversion fut totale.
 
La Gospa apparaît à Cerno et à d'autres endroits
 
Le lundi après-midi, une assistante sociale de Citluk, domiciliée à Bijakovici, invita poliment les enfants à une promenade en voiture à travers une partie de l'Herzégovine. Conduisant à cet effet la voiture d'une collègue de Sarajevo, elle voulait savoir si les enfants auraient également les mêmes visions ailleurs, lorsqu'ils ne pouvaient pas se rendre sur la montagne de Bijakovici. Tous acceptèrent l'invitation des deux assistantes sociales sauf Ivan qui n'était probablement pas chez lui. Ils passèrent par Zitomislici, Pocitelj, Capljina, Kravica et Cerno. En route, on s'arrêta pour manger. Au retour, ils arrivèrent vers 18 h à Cerno, où ils quittèrent la route principale et se trouvèrent bientôt à un endroit d'où l'on aperçoit la montagne Crnica. Les cinq enfants se mirent aussitôt à prier et à chanter - et ils bénéficièrent des mêmes visions que les jours précédents sur la montagne. On conduisit ensuite les enfants jusqu'au presbytère de Medjugorje où on les laissa, parce que les gens revenaient déjà de la montagne.
Pendant l'apparition à Cerno, les voyants demandèrent à la Gospa si elle apparaîtrait également dans l'église paroissiale. Elle fit oui de la tête en souriant. Mais le curé estima qu'il ne fallait pas commencer avant dimanche, parce qu'il n'avait pas l'occasion de l'annoncer plus tôt. Les voyants, confiants, lui dirent de ne pas se soucier de la venue des gens. Tiraillé entre ses doutes et la certitude des enfants, le curé du lieu, Fra Jozo Zovko, demeurait indécis jusqu'à ce qu'il vit de ses propres yeux, ce jour-là, le 1er juillet, les gens venir à l'église peu avant 18 heures. D'abord le vicaire, Fra Zrinko, récita le chapelet devant les fidèles, ensuite le curé célébra l'Eucharistie. Quelques personnes désiraient se confesser et communier.
Cet évènement dissipa la méfiance des deux prêtres envers les jeunes témoins. A l'issue de la Sainte Messe, le curé invita les fidèles présents à commencer de jeûner le vendredi au pain et à l'eau, comme la Gospa l'avait déjà recommandé. Il leur proposa de le faire dans l'intention d'obtenir de Dieu des signes qui permettraient de comprendre les évènements énigmatiques et de connaître sa volonté à ce sujet. De nombreux fidèles accueillirent cette recommandation de bon coeur.
Après la Sainte Messe, les voyants firent savoir aux gens que, selon une communication de la Gospa, ils pourraient se réunir également à l'église et y réciter le Credo, sept Pater, Ave et Gloire au Père, ou encore dire ces prières à la maison. Tout de suite, on commença à dire ces prières à genoux, à l'église, en présence des voyants. Depuis lors, tous les soirs, à 18 heures, une foule de fidèles, si grande que souvent elle ne trouve plus place dans l'église, récite le chapelet ainsi que ces prières et assiste à la Sainte Messe. Les homélies des prêtres comme les prières des fidèles semblent avoir ici plus de force qu'ailleurs.
Depuis ce premier juillet, les voyants virent parfois la Gospa dans l'église, près de la tribune des orgues. A l'issue des cérémonies, ils se rendaient, selon le désir de la Gospa, sur la montagne Crnica pour y bénéficier de l'apparition.
Aussitôt que les gens eurent appris cette nouvelle et qu'ils commencèrent à venir assister en grand nombre aux visions, les voyants se rencontrèrent à différents endroits, dans les champs, au-dessus du village ou au bosquet. Quand les gens commencèrent à affluer là aussi, ils se réunirent dans leurs maisons respectives. La Sainte Vierge apparut dans la maison de tous les voyants, chacun d'eux désirant qu'elle vienne également chez lui. Depuis le mois de février 1982 cependant, les voyants viennent régulièrement dans la chapelle de l'église et, dès lors, c'est là qu'ils rencontrent la Gospa.
 
  
Tiré du livre de Marijan Ljubic, La Vierge Marie apparaît en Yougoslavie (Medjugorje)

 

Merci à Parvati

Repost 0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 08:35

 

Merci à hussardelamort

 


La bactérie E.Coli tueuse... de fermes bio
Mike Adams est un très bon intervenant qui remplace Alex Jones de temps autres.

 

 


 

 

 

 

 

 

Repost 0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 15:35

 

J'ai souvent joué avec la planchette oui-ja et je trouvais très amusant le fait d'avoir des réponses. Jusqu'à ce qu'un jour, je fusse loin de trouver ça drôle. Un de mes amis, John Cotrell, avait des questions à lui poser. Deux propositions s'offraient à lui et il ne savait laquelle accepter.

 
- Est-ce que ça te dit d'interroger la planchette oui-ja ? demanda-t-il.
 

Ca avait toujours très bien marché pour nous; nous fixâmes une heure pour le soir même.

  
Dès le début, la planchette ne cessait de s'agiter, mais nous nous aperçûmes très vite qu'à chaque fois que nous posions une question au sujet de Johnny ou de son travail, nous obtenions toujours la même réponse : "mort" ou "mourra". Comme un des patients de John était en train de mourir, nous pensions que cela avait un rapport; mais nous étions tout de même dégoûtés car il n'y avait pas moyen d'en savoir plus.

Nous posions toutes sortes de questions, mais la réponse était la même, "mort" ou "mourra".
 

Tout à coup, je dirigeai mon regard vers Johnny, et je vis qu'il commençait à avoir l'air d'un possédé. Je proposai alors de mettre fin à ces sottises. C'était le 10 juillet 1955.
Une semaine plus tard, nous dînions ensemble à la Strata Room, tout en regardant les avions aller et venir.

 
- Il n'y a rien que j'aimerais davantage que de passer le reste de ma vie dans un avion, dit Johnny d'un air mélancolique, alors qu'il regardait les avions décoller.
- Et pour cet emploi, t'es-tu décidé ?
Je savais qu'il ne devait pas tarder à prendre une décision, au risque de tout perdre.
- D'une certaine manière, ça n'a plus aucune espèce d'importance, dit-il.
- Pas important ? m'exclamai-je, outrée. Pourquoi, Johnny ?
- Je l'ignore, répondit-il en souriant. En fait, ça ne me parait pas nécessaire de prendre une décision à ce sujet.
- Peut-être que tu auras une réponse, dis-je, sachant qu'il croyait aux guides spirituels.
- Ce serait merveilleux de voler au milieu de tous ces nuages splendides, dit-il en changeant de sujet.
Je laissai tomber.

   

Le dimanche suivant, John était invité à monter dans un petit avion avec John Gaines, un capitaine très en vue. Ils étaient dans les airs depuis environ une demi-heure quand soudain, en ce jour clair et bleu de juillet, l'avion fut pris dans un courant d'air descendant et s'écrasa sur les collines avoisinantes. Les deux hommes furent tués sur le coup.


La planchette oui-ja ne s'était pas trompée quand elle prédisait "mort" ou "mourra", à toutes les questions de John. Et je crois que Johnny savait qu'il s'agissait de lui et c'est pourquoi il ne se faisait plus de soucis à propos d'une décision concernant son travail. La planchette oui-ja lui avait répondu.

 

 

Extrait de "Strange but True" (Corrine Kenner & Craig Miller)

 

Traduit par Parvati

 

Repost 0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 08:49
Repost 0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 07:59

 

Merci à Wakeup-

 

 


Repost 0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 07:50

 

 

Bonsoir,

Moi c'est Jérôme et je voudrais avoir des témoignages de personnes qui ressentent des présences le soir ou la nuit, je voudrais juste comprendre.    
Alors voilà, déjà petit, j'étais somnambule et envahi de terreurs nocturnes, maintenant je fais de insomnies et lorsque j'arrive à dormir je suis réveillé par cette drôle de sensation qu'il y a quelqu'un à coté de moi qui m'observe, cela m'arrive chaque soir depuis une vingtaine d'années.    

Je vois une sorte de flou invisible passer devant moi, me tourner autour, je la sens me toucher, j'ai l'impression de sentir des mains se poser sur certaine parties de mon corps.

Une fois je me suis réveillé avec une de mes mains qui flottait en l'air puis mon bras s'est reposé délicatement sur le lit, mes oreilles bourdonnaient comme s'il y avait des fréquences ultra-sons.      

Ma chienne qui dort avec moi se réveille à chaque fois que ça arrive et part se coucher dans une autre pièce. Plusieurs fois lorsque je suis allongé je ressens une énergie passer à travers moi comme si le corps de quelqu'un d'autre s'ajoutait au mien, et j'en passe...    

Souvent j'ai l'impression que l'on me pique avec une aiguille dans le cou et une sensation de bien-être fou m'envahit d'un coup.     Un matin je me suis réveillé à moitié nu à coté de mon lit avec deux petites tâches rouges sur mon bras gauche, deux petits cercles symétriques et identiques comme des petites brûlures où il me manquait une fine couche de peau.  
J'évite de parler de tout ça par peur du ridicule et de me faire passer pour fou. Cela ne m'effraie absolument pas vu que ça m'arrive depuis toujours mais je souhaiterais beaucoup avoir des réponses... Alors si quelqu'un vit la même chose que moi...

Repost 0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 08:49

 

Merci à Super_Resistence

 

 


Repost 0