Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 16:22

 

 Il était 22 heures, en cette année 1978, et Henry Sims, un fermier de 72 ans à la retraite, quittait l'hôpital, après avoir rendu visite à sa fille de 18 ans à l'hôpital de Floride où elle avait été admise. Sa femme Idellar avait choisi de rester avec elle. Son autre fille, cinq de ses petits-enfants et un ami de la famille dormaient lorsque Sims rentra chez lui. Il se coucha lui aussi et ne tarda pas à d'endormir.

"La seule chose dont je me souvienne", devait-il raconter plus tard, "c'est de mon rêve. Je voyais les deux enfants de mon beau-frère - Paul et sa soeur de dix-huit mois - venir vers moi. Ils avaient tous les deux péri autrefois dans un incendie qui avait détruit leur maison, à Live Oak, en Floride. Dans mon rêve, Paul, dont je me rappelle clairement, marchait vers moi en me disant : "Oncle Henry, Oncle Henry". Jamais je n'avais fait un rêve de ce genre et je me suis réveillé brusquement en sentant une odeur de fumée. Ma première pensée a été pour mes petits-enfants, il fallait les sortir de là. Je me suis donc mis à crier et à hurler. "

Ses cris réveillèrent toute la maisonnée qui eut tout juste le temps de quitter la maison en flammes et avoir la vie sauve.

Le lieutenant Frederick Lowe, inspecteur des pompiers de Hialah Heights (Floride), déclara à la presse : "Fort heureusement, cet homme s'est réveillé par miracle au bon moment. Deux minutes de plus et tout le monde y passait."

"Mon heure n'était pas venue", conclut Henry Sims. "C'est la Providence qui a envoyé le petit Paul me prévenir du danger et nous arracher à la maison en feu."

 

Charles Berlitz, Les Phénomènes étranges du monde.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

masquerytte 14/09/2013 13:10


En fait, je ne crois pas à la loi des séries,soit il y a une explication prosaique ,liée aux habitudes de vie(donc mauvaises habitudes,commecelle-ci: on se demandait pourquoi,chez ma tante, ses
filles et petites filles,il y avait tant de gastro/maux de ventre ect...tout au long de l'année?l'explication vint le jour ou l'une des petites filles(à l'age de 15 ans) fut placée chez la
grand-mère paternelle,donc la mère-grand apprit par sa bouche que la mère ,comme la grand-mère maternelle(ma tante) décongelait et re-congelait plusieurs fois les aliments ceci au mépris des
consignes de congélation.donc aucun mystère là-dessous!)Soit ,il y a d'autres faits explorables après examen minutieux des vies des protagonistes.Des attitudes inconscientes mais avérées...E puis
il y a la maladie,comme la pyromanie,ou schizophrènie,l'alcoolisme etc..Imaginons un instant que ce papy et tonton soit en fait un pyromane,n'aurait-il pas pu inventer cette histoire de rêve
,lors d'un interrogatoire,saisit par les remords, et la peur d'être découvert? Un témoignage est quelque chose de fragile et fluctuant soumit à la mémoire de l'individus.Pardonnez-moi d'être
parfois trop zététicienne,pour avoir moi-même vécu des évênements "curieux",je reste prudente et soumet chaque détails à la longue réflexion et au rationnel car 95 % des phénomènes ont une
explication cartésienne.Néanmoins merci pour ces "histoires" passionnantes.

Parvati 14/09/2013 16:37


Par loi des séries, je ne voulais pas dire que c'était une fatalité, mais juste une constatation. Comme quand une personnalité du monde du spectacle décède, et qu'elle est suivie peu après par deux
ou trois autres (du même milieu), qui s'éteignent à leur tour. Personnellement, je suis d'avis que ce papy a vraiment fait un tel rêve, qui n'en était pas tout à fait un, puisqu'il était un
message. Il n'est pas rare que des défunts, depuis l'autre monde, donnent l'alerte, à leur manière, lorsqu'un de leurs proches, est en danger. Et n'oublions pas que quand un incendie se déclare, il
y a toujours une enquête.


masquerytte 13/09/2013 13:15


ils n'ont pas de chance dans cette famille que d'incendies?

Parvati 13/09/2013 18:36


Bonjour, Je connais une famille, pas loin de chez moi, où en moins d'un an, la mère et la fille ont failli être victimes de deux ou trois incendies. C'est sûrement la loi des séries.