Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 18:40

 

Mes grands-parents résidaient dans le nord du Missouri à la fin du XIXe siècle. A cette époque les migrations vers l'Ouest s'effectuaient par convois de diligences et à flots continus. 

Il arriva qu'un jour une diligence emprunta le chemin de terre qui menait à la ferme de mes grands-parents. Les passagers étaient un couple avec deux petits enfants.

Tirant sur les rênes des chevaux, l'homme arrêta la diligence dans un nuage de poussière. Toujours emballés d'avoir de la visite, Grand-père et Grand-mère coururent à leur rencontre.

"Nous nous sommes perdus !" dit l'homme à mon grand-père. "Nous faisions partie d'un convoi mais nous avons dû nous arrêter quelques minutes à cause des enfants. Les autres diligences ont continué à rouler, et en repartant nous avons dû prendre la mauvaise direction, car nous ne les avons pas vues de la journée !"

Grand-père les pria de rester un moment, mais l'homme lui dit qu'ils n'avaient pas de temps à perdre s'ils voulaient rattraper les autres. Alors Grand-père lui indiqua le chemin à suivre pour rejoindre la route principale. Tout en nous souriant et agitant la main, lui et sa famille se remirent en route.

- Pour une fois, tu n'as pas été très bavarde, dit Grand-père à son épouse.

Grand-mère, qui avait le sens de la répartie, était restée étrangement muette.

- J'ignorais que tu parlais allemand, dit-elle en fronçant les sourcils.

- Allemand ? Mais je ne parle que l'anglais, dit Grand-père. Qu'est-ce que tu racontes ?

- Eh bien, je ne suis pas sûre que c'était de l'allemand, mais ça y ressemblait, en tout cas. Voilà pourquoi je ne disais rien. Je ne comprenais rien de ce que vous disiez !

Lorsque mes grands-parents racontaient des histoires, c'était toujours avec crainte. Comment était-ce possible ? Comment Grand-père avait-il été capable de discuter dans une langue inconnue de lui ?

Nous n'avons jamais pu savoir si cette famille a pu rejoindre son convoi et arriver à bon port. Toujours est-il que mon grand-père avait fait son possible pour lui apporter une aide amicale.

Je crois que, lorsque l'on éprouve de l'amour et de l'empathie pour les autres, rien n'est impossible. Même l'incroyable faculté de parler une langue étrangère !

 

Cecilia Erkurd, Bentonville, Arkansas, mai 1997

Compilé par Fate Magazine

Partager cet article

Repost 0

commentaires