Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 18:36

 

Je me trouvais dans le salon de mon patron, et c'était jour de repassage, lorsque se produisit l'un des évènements les plus incroyables qu'il m'ait été donné de vivre. Je rapporte les faits tels qu'ils se sont déroulés.

Repasser dans le salon est un vrai plaisir. Une rangée de fenêtres permet au soleil d'entrer à flots dans la pièce, et d'y amener une touche de gaieté. En ce jour d'été de 1951, je fredonnais les paroles d'une chanson pop qui passait à la radio. Soudain, plus de musique. Le poste de radio était en panne. Je pensais que peut-être un fusible avait sauté, ou bien la station avait des problèmes, ou alors il y avait une coupure d'électricité... Mais non, puisque le fer à repasser était toujours en état de marche.

À ce moment précis je remarquai que la pièce avait commencé à s'assombrir. Avec précaution, je mis le fer en lieu sûr, et l'éteignis. Que se passait-il ? Étais-je sur le point de m'évanouir ? Non. Je me sentais parfaitement bien. Une tempête se préparait-elle, cachant du même coup le soleil ? Non. J'étais sortie quelques minutes avant et il n'y avait pas un seul nuage dans le ciel. Que se passait-il donc ?

La pièce prit une teinte gris foncé. Je fis quelques pas en arrière, intriguée, tandis que mes yeux s'accoutumaient à cette relative obscurité. J'aperçus alors, dans le coin de la pièce, quelque chose qui avait tout l'air d'être un rocher. Devenue soudain craintive, je regardais, fascinée. Il me fut impossible de détourner les yeux.

De ce rocher posé à même le sol jaillit une lumière bleuâtre qui éclaira toute la pièce. L'instant d'après une femme apparut, debout sur le rocher.

C'était la créature la plus belle que j'aie jamais vue. Tandis que mes yeux allaient de la pierre à ses pieds nus, du drapé gracieux de sa robe bleue et blanche aux traits sereins de son visage, une prodigieuse sensation de paix s'empara de moi, qui me fit tomber à genoux.

"Ave Maria", dis-je.

Elle me sourit, et la main tendue, paume tournée vers le bas, prononça ces mots : "Dominus Vobiscum".

Ce à quoi je répondis, de nouveau en latin : "Et cum spiritu tuo".

Aussitôt je ressentis une chaleur d'une telle intensité, qu'elle gagnait chaque fibre de mon être. L'instant d'après, la femme et le rocher avaient disparu, le soleil était revenu et l'on entendait la même chanson à la radio. J'étais toujours dans la même position.

Je me relevai et retournai à mon repassage. J'avais le front et les paumes des mains trempés de sueur.

Pendant des nuits et des jours, je songeais à cet évènement, craignant d'en parler autour de moi, de peur d'être traitée de folle. L'idée que la Dame essayait de me dire quelque chose ne m'a jamais traversé l'esprit. Le fait de m'être exprimée en latin me rendait perplexe, je doutais de ma raison; pourquoi m'avait-elle choisie parmi tant d'autres... C'est vrai que j'avais une bonne connaissance du latin, acquise lors de mes années de collège. S'y ajoutaient les préfixes et suffixes des termes médicaux. Mais c'était insuffisant pour traduire ses propos, ou les miens. Un passage à la bibliothèque où je pus consulter un dictionnaire (A-L), et le problème était résolu. J'avais dit : "Salut, Marie", au nom de quoi elle avait dit : " Que le seigneur soit avec toi", et j'avais répliqué correctement : "Ainsi soit-il".

J'allai voir un psychiatre pour qui j'avais travaillé et lui demandai :

- Est-ce que je suis folle ?

Il se mit à rire et répondit :

- Rien que le fait de venir ici et de me poser cette question prouve le contraire. Vous avez un problème ?

Je lui racontai mon histoire.

- Eh bien, il est vrai que de telles choses arrivent. Si vous étiez quelqu'un de très religieux, je dirais que votre imagination vous a joué des tours. Pourquoi est-ce arrivé - et telle que je vous connais, je suis certain que vous dites la vérité - je ne suis pas qualifié pour vous répondre. Peut-être qu'un jour vous aurez la réponse. En attendant, je vais vous donner des somnifères, comme ça vous vous reposerez et vous oublierez tout ça.

 

Mais je ne pourrai jamais oublier ma "Dame du Rocher", et mon ardent désir de la revoir ne s'éteindra jamais.

 

 

Norma Jeffries, San Diego, Californie, février 1963

Compilé par Fate Magazine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sandra 09/04/2015 18:37

ca ne glorifie en rien le Seigneur Jésus qui lui seul a tout accompli a la croix,qui est mort et résucité pour chaque humain.................dans la bible les anges le glorifie.......................................

masquerytte 22/07/2013 14:41


ça laisse perplexe,d'autant plus que Marie et jésus parlaient l'araméen,l'influence du latin dans l'identité religieuse chrétienne viendra bien plus tard dans l'histoire de la chrétienté!


Ca, c'est un détail qui rend ce témoignage peut crédible,d'autant plus que cela se passe aux USA ,pourquoi cette apparition mariale ne s'exprimerait-elle pas en anglais ?j'utilise là l'idée que
les DIEUX ont tout pouvoir et qu'ILS parlent d'Esprit à Esprit?Le cliché de la robe bleue et blanche,et du rocher...moi ça me fait sourire!


Alors je penserais que cette femme si elle est honnête ,fut abusée par sa propre imagination, et son héritage judéo-chrétien(héritage populaire bourrée de clichés et d'ignorance surtout chez les
américains où la plupart des étudiants,d'après un sondage pensent que l'ESPAGNE est une île sans savoir la localiser).Alors comment pourraient-ils savoir que Jésus et sa Mère parlaient l'araméen
et non le latin(langue romaine)?L'écriture hébraique étant alors un méllange d'ancien égyptien et de sigles araméens.De plus ,il n'y a pas de suite alors c'est quoi le but d'une telle apparition
latino,juste faire "coucou"?M'est avis qu'elle a voullu jouer les intéressantes,la pauvre

Marige 28/09/2014 17:09

Bonjour,

Je découvre ce site au fur et à mesure et je réponds à ce post.

C'est plutôt votre analyse qui me laisse perplexe.

Vous réduisez les hauts personnages de la Chrétienté à vos limites visuelles et "spirituelles".

Si la Vierge est représentée dans ce genre de vêtements c'est bien parce qu'un jour quelqu'un quelque part l'a ainsi vue habillée, non ?

Sans doute que si elle était vêtue façon gothique, cela correspondrait plus à vos critères de croyances.

Donc, selon vous, la religion doit suivre la mode et non le contraire !

Remarquez, c'est un peu ce qu'il se passe et voyez où nous en sommes avec nos vues limitées, évoluant dans un espace-temps qui nous correspond.

Comme disait Jeanne d'Arc à ses inquisiteurs "Pensez-vous que Dieu n'a pas de quoi vêtir ses anges pour les laisser aller nus ?"

Je ne serais pas aussi catégorique que vous et je dirais plutôt "Pourquoi pas ?".

Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas une chose qu'elle n'existe pas.

Le bonjour chez vous.

Parvati 22/07/2013 16:30


Bonjour, Masquerytte, Je crois que cette femme est sincère, et qu'elle ne rêvait pas lorsque ça lui est arrivé, puisqu'elle était en train de repasser. Il y a beaucoup de faits paranormaux en
rapport avec les religions.