Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 18:04

 

 

Notre société occidentale revendique les droits de l'homme et l'égalité des sexes... Et pourtant, bien avant nous, les Mongols donnaient des droits aux femmes.

 
Portrait de Gengis Khan Par
 

Alors que notre société actuelle se vante de tendre vers une égalité homme-femme quasi irréprochable, les droits des femmes n'ont en réalité commencé à évoluer que quelques décennies plus tôt. Bien avant nous et nos lois dont nous sommes si fiers, divorce par consentement mutuel, écoles de filles, droit de vote, avortement..., la révolution du droit des femmes a vu le jour en Mongolie dans l'empire de Gengis Khan vers 1206, en plein Moyen Âge.

À l'époque, les mesures imposées par le grand Temüdjin représentaient un changement brutal dans la société mongole composée d'une multitude de tribus hargneuses. Arrivé au pouvoir très tardivement (vers ses 50 ans), Gengis Khan était un fin politicien et un génie militaire. Pour vaincre ses ennemis et agrandir son empire, une stabilité des relations et une discipline rigoureuse entre les différentes tribus étaient nécessaires. Conscient de cet enjeu, il a mis en place la "Grande Yasa (loi)", constituant un ensemble de règles ayant autorité sur les lois locales. Même si hommes et femmes lui étaient dévoués, Gengis Khan se devait de prévenir toute cause possible de tension et de conflit à l'intérieur des tribus.

La première loi frappe directement au coeur l'une des plus grandes causes de querelle entre les Mongols : elle interdit le kidnapping des femmes. Traditionnellement, il était fréquent de voir des hommes kidnapper des femmes dans les tribus voisines et les forcer à les épouser. Conséquence directe, les groupes cherchaient à se faire justice en organisant de nombreux pillages et raids. Grâce à cette nouvelle loi, si une tribu se trouvait lésée, elle pouvait faire appel à Gengis Khan qui la vengerait contre l'agresseur en tant qu'autorité suprême.

 L'adultère interdit dans l'empire

Le Temüdjin ne s'arrête pas là et va jusqu'à interdire la vente de femmes à des époux, afin de ne pas les contraindre à une servitude prolongée et d'empêcher une détresse dans le tissu social. Encore une fois, aller à l'encontre de ces directives est passible de peines extrêmement violentes.

Avancée révolutionnaire dans le droit des femmes, la Grande Yasa déclare que tous les enfants nés d'un homme, qu'il s'agisse de garçons ou de filles, obtenu avec son épouse ou sa concubine, sont des héritiers légitimes. En France il aura fallu attendre la fin de l'Ancien Régime et les lois de la Révolution pour que les filles aient le même droit à l'héritage que les fils. Et ce n'est qu'en 1971 qu'il est interdit de priver de ses droits successoraux un ayant-droit de sexe féminin. Le droit du travail a également connu sa petite révolution sous Gengis Khan qui a autorisé aux femmes l'accès à l'armée mongole. Celles-ci pouvaient donc occuper différents postes militaires, notamment dans la défense du camp.

Dernière mesure qui va dans le sens du respect du "sexe faible" et bien évidement capitale pour la coexistence entre tribus, la "Grande Yasa" interdit l'adultère. En effet, lorsque les hommes partaient en guerre, ils trompaient fréquemment leurs femmes et violaient celles des villages attaqués. De l'autre côté, ceux qui étaient restés au sein de la tribu ne se privaient pas d'aller convoiter les épouses "délaissées". Ces adultères étaient à l'origine de grandes sources de conflits et d'hostilité entre ces peuples fiers et belliqueux.

Le peuple aux tribus les moins structurées de l'histoire de l'humanité a dominé le monde à travers le plus grand empire jamais connu, et ce grâce à un chef qui a su codifier des structures et affirmer des principes d'État.

Click here to find out more!
http://www.lepoint.fr/histoire/personnages/gengis-khan-un-feministe-au-moyen-age-15-08-2013-1714369_1617.php

Portrait de Gengis Khan

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie ROCA 28/09/2013 12:57


Bonjour,


Non, avant 1971 et sous l'ancien régime ,il n'y
avait pas de différence en France entre ce dont héritait une femme ou un homme ! Il y avait simplement le droit d'aînesse, et l'aîné fille ou garçon, héritait de la majorité du
patrimoine. Par contre, on pouvait tenir compte de la dot donnée aux filles pour leur mariage, et la déduire de ce qui était hérité. Chez les nobles par contre, le fils âiné était héritier du
patimoine mobilier et immobilier, ainsi que de des titres nobilaires et apanages, mais il y avait d el'argent donné aux fils supplémentaires pour leur établissement, souvent aussi une maison et
des terres, et une grosse dot souvent en terres, donnée à chacune des filles.


Jusque vers la fin du règne de Philippe le Bel, la femme héritait des titres nobiliaires de son père, et de tout ce que possédait
son père si elle était l'aînée, et c'est ainsi que Mahaut hérita du titre de pair de France, et des biens que lui revendiqua son neveu Robert d'Artois; relire Les Rois Maudits, de Maurice
Druon.


Ce serait bien de mettre ceci en rectificatif de ce texte qui dit faux sur ce sujet. Ne pas confondre le droit d'aînesse, qui
permettait de garder intactes les propriétés et un droit sexiste du genre de celui qui existe héalas, en islam, où la fille hérite deux fois moins que le garçon, car cela ne fut jamais
ici.


Merci.


A bientôt.


Marie Roca.

Parvati 29/09/2013 15:10


Merci pour ces précisions.


dépannage chaudière 19/09/2013 18:52


Gengis Khan était un féministe au Moyen-âge, et nous sommes à ce jour au Moyen-âge sans homme de terrain mais avec des énarques. Il n'a pas fait d'études de politique, il a fait du cheval. Il n'a
pas fait carrière, il incarnait une vocation. Voilà 2 moyen-âges différents...

Parvati 20/09/2013 19:34


Pas faux.


massage naturiste 18/09/2013 14:40


D'une certaine manière, nous descendons tous de Gengis Khan par une femme... S'il avait été conféré à la femme aussi peu de droit que nous en donnons aujourd'hui, peut-être que nous ne lirions
même pas cet article. Dire qu'à notre époque, que l'on veut évoluée et civilisée, nosu en sommes encore à nosu battre pour l'égalité ou la parité, ce serait bien qu'un autre Gengis Khan
revienne... Il faut avoir conscience que même les enfants dits illégitimes avaient des droits grâce à lui !

Parvati 18/09/2013 19:07


Bonjour, Lilian Thuram va avoir la Légion d'Honneur, alors qu'il frappait sa compagne. Et dire que nous avons un Ministère des droits de la femme ! Cherchez l'erreur...


herbalife 27/08/2013 14:37


Je dois reconnaître que c'est un peu avec surprise que je découvre l'avancée que Gengis Khan a mis en place au sujet des femmes... Finalement, même aujourd'hui nous pourrions nous demander si une
partie de la paix dans le monde ne serait pas acquise avec un équilibre respectueux de chacun des genres... Tant qu'il y aura un genre qui dominera l'autre (n'oublions pas les sociétés
matriarcales), n'y aurait-il pas de paix ?

Parvati 27/08/2013 18:55


Bonjour, Ce qui prouve qu'en matière de droits, on n'a rien inventé !


Marie-Ange Farille 19/08/2013 23:42


Je me suis servie d'éléments de biologie et d''éthologie', on pourrait dire, d'écologie humaine pour rechercher l'origine de cette domination des hommes sur les femmes. On constate pour commencer
que dans la quasi totalités des espèces animales, les mâles dominent, surtout chez les mammifères. J'ai observé comment un petit garçon misérable, dépourvu de charisme, affectivement pauvre et
stupide parvenait finalement à dominer les filles, celles-ci inconsciemment consentantes. Est-ce éthologiquement naturel ? Dans ce cas, il faudrait "forcer" notre biologie pour casser ce plafond
qui n'est plus de verre, mais biologique !


Je me suis aussi intéressée au groupes garçons et filles dans nos écoles maternelles et primaires. On constate que le rapport de force entre les deux sexes, d'abord immensément favorable aux
filles de part leur dynamisme, évolue finalement en direction des garçons, grâce au seul déploiement de leur physique et de l'occupation de l'espace central : les filles en sont réduites à
occuper les marges. C'est, semble-t-il, gràce à leurs études et à leur opiniâtreté que les filles atteindront enfin l'égalité. Les hommes auront toujours 30 % de muscles en plus !


Marie-Ange Farille

Parvati 20/08/2013 20:33


Bonjour, Dans le monde animal aussi, hélas, les mâles se servent de leur force pour dominer les femelles. C'est peut-être pour cette raison que chez les félins, les femelles préfèrent vivre en
solitaire, avec l'inconvénient de devoir se débrouiller seules pour élever leur progéniture. Je crois savoir que si la femelle a plus de graisse, et donc moins de muscles, c'est pour pouvoir
supporter une grossesse. Comme le mâle ne tombe pas "enceint", sa musculature se développe, et il est donc plus fort.