Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 08:13


Je remercie Parvati pour ces textes parlant de ces "fantômes", qui brûlent ce qu'ils touchent.




Première histoire


Si vous vous promenez à Rome, non loin du château Saint-Ange, vous y découvrirez peut-être une petite église de style gothique, au bord du Tibre : il s'agit du Sacré-Coeur du Suffrage. Demandez à visiter la collection que renferme le presbytère, et apprêtez-vous à des visions étonnantes. Au début du XXe siècle un ecclésiastique, le père Victor Jouet, a fondé à Rome ce musée bien particulier : il est exclusivement consacré à des objets qui gardent des traces. Traces impressionnantes, puisqu'il s'agit de brûlures. Et ces brûlures sont, sans aucun doute, des manifestations laissées par des âmes de l'au-delà. Bien sûr, ces âmes ne reposent pas en paix puisqu'elles se manifestent, ou se sont manifestées, de cette manière très spectaculaire et sinistre.


Parmi ces reliques hallucinantes on peut contempler, sinon admirer, un livre de prières en allemand. Son
propriétaire était un certain Georges Schmidt, et l'empreinte d'une main, dont on distingue nettement les cinq doigts, aurait été laissée par le défunt frère de Georges, Joseph. Cela se passait en 1838.

Maria Zaganti, quant à elle, a légué au musée un livre de prières sur lequel son amie Palmira Rastelli, décédée
peu de temps auparavant, a jugé bon de laisser la marque en forme de brûlure de trois de ses doigts. On était en 1871. Que voulait-elle dire par là ? Mystère...

La marquise Degli Astalli était la nièce du pape Innocent XI. Elle mourut plutôt jeune, en 1683. On l'enterra, mais quelques jours après la cérémonie la marquise apparaît à l'une de ses servantes, qui n'en demande pas tant :

"Dis à mon époux que je demande deux cents messes pour le repos de mon âme", lui dit-elle.
Le mari, informé, se montre un peu vexé : "Et pourquoi ma défunte épouse ne m'apparaît-elle pas directement, au
lieu de s'adresser à une domestique ?"


La marquise, qui a entendu la question, se manifeste encore pour expliquer que "Dieu ne permet pas cette
communication directe". Pour convaincre son veuf, elle laisse, elle aussi, une marque carbonisée de sa main sur ... la couverture du lit conjugal. Un père jésuite, ordre où l'on a peu tendance aux extases désordonnées, est témoin des faits et les consigne immédiatement pour la postérité. Et la reine Christine de Suède a, dans les

semaines qui suivent, l'occasion d'examiner elle-même la marque laissée par la marquise. Le pape Innocent XI, l'oncle de la défunte, est lui aussi amené à se pencher sur la marque. Non seulement il reconnait la taille de la main de sa nièce, mais encore il distingue dans la brûlure une déformation du pouce dont celle-ci avait été

affectée durant toute sa vie.

Et il y a encore beaucoup d'autres marques dans ce musée d'un genre unique.
Le Sacré-Coeur du Suffrage est, en tout cas, un musée pour ceux qui se posent des questions sur la vie après la
mort.

 
Pierre Bellemare, "Possessions".




Deuxième histoire


C'est le 26 juin dernier (1896) que le fait a eu lieu, à Denain (Nord). Une religieuse de la congrégation des Dames de la Sainte-Union, dont la maison mère est à Douai et qui a une succursale à Denain, avait été envoyée dans cette maison pour aider la soeur cuisinière en ce moment surchargée de travail. Avant son départ, la supérieure du

couvent, très malade d'un cancer à l'estomac, et sentant sa fin approcher, avait fait promettre à la dite religieuse de prier pour elle, ce que celle-ci lui promit. La malade mourut dans les premiers jours de mai.

Cinq ou six semaines après, c'est-à-dire le 26 juin suivant, notre religieuse, qui aidait les lessiveuses et qui avait les manches de sa robe retroussées jusqu'au coude, fut envoyée à la cave pour retirer de la bière. Là, sans qu'elle s'en préoccupât autrement, elle vit à côté d'elle une autre religieuse, qu'elle reconnut pour être la supérieure morte quelques semaines auparavant et qui, lui pinçant fortement le bras nu et lui causant une violente

douleur, lui dit : "Priez, car je souffre." Tout ceci s'était accompli en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. La pauvre soeur, affolée de peur, remonta précipitamment l'escalier de la cave et vint tomber plus morte que vive sur un banc voisin.

Les lessiveuses ne la voyant point entrer avec la bière allèrent voir ce qu'elle devenait. Elles la trouvèrent sur le banc, si émotionnée qu'elle put à peine leur dire qu'elle avait été cruellement pincée, et elle montra son bras, sur lequel, à la stupéfaction des personnes présentes, on reconnut cinq marques rouges, telles qu'en font les brûlures, quatre d'un côté, la cinquième plus large, plus profonde de l'autre côté du bras et qui était à la

place du pouce de la défunte, comme si une main de fer rougie au feu avait saisi le bras de la soeur. Des ampoules ne tardèrent pas à se montrer sur les parties atteintes.

On appela le Dr Toison, médecin de la congrégation, pour donner des soins à la blessée. Après avoir photographié les brûlures, il indiqua ce qu'il fallait faire pour en amener la guérison. Elle a eu lieu, laissant cependant cinq ou six cicatrices qui témoignent de la réalité de l'accident. Le Dr Toison, praticien distingué, est professeur à la Faculté de médecine libre de Lille; il est aussi le médecin de la congrégation à Denain.
La véracité des personnes qui ont été témoins du fait ne peut être mise en doute. La vision de la soeur a-t-elle
été subjective ? Mais la brûlure n'a été que trop objective.


Camille Flammarion, "Après la mort".
 



Troisème histoire

 

La fille d'un forgeron au service de la comtesse Auguste de las Cases raconte avoir été témoin de ce fait :
Etant enfant, elle habitait, avec ses petits frères et soeurs, la même chambre que leur mère. Celle-ci, veuve
depuis peu, reposait, la tête tournée vers le mur, ne voyant donc pas ce qui se passait dans la chambre, mais elle entendait ses enfants qui s'agitaient et criaient : "Voilà papa ! Voilà papa !" "Taisez-vous et dormez donc, mes petits-enfants, leur dit-elle, vous savez bien que votre papa est parti pour le Ciel." Mais les enfants criaient toujours : "Papa est là ! Voilà papa !" et l'une des petites tapait ses mains dans sa joie de voir son papa revenu.


La veuve se décida enfin à se retourner vers la chambre et y vit son mari, qui lui parla; il lui dit, entre autres
choses, que, s'il avait cru à l'immortalité, il se serait conduit bien autrement et regrettait de n'y avoir pas mieux cru. Il lui prit la main et la serra très fort.
Je ne connais pas plus de détails sur ce cas d'apparition, mais il me semble très remarquable, ayant eu pour
témoins plusieurs enfants et leur mère, dont la main avait été tellement blessée par la pression du revenant qu'on a dû lui faire des pansements pendant plusieurs jours. (Vicomtesse de Breuil)

 
Camille Flammarion, "Après la mort".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Parvati 02/11/2009 19:11


Ce qu'on peut remarquer, c'est que ces "fantômes" ont toujours des paroles en rapport avec la métaphysique...
Ce qui n'est pas le cas des vrais fantômes. Eux ne parlent pas de Dieu, ou de réincarnation, ou que sais-je; et d'ailleurs leurs manifestations sont brèves, quelques secondes tout au plus. Une
parole, ou un signe, ensuite ils disparaissent.
Tandis que là, ils s'attardent, font la causette...
Comme s'ils n'étaient pas morts...


Fée 02/11/2009 20:07


Merci de nous éclairer sur ce sujet assez délicat où on a tendance à mélanger.


Parvati 01/11/2009 14:34


Au sujet de la troisième histoire :

Là aussi, c'est surprenant...
Quelques jours après la mort (c'est dire si ces "fantômes" prennent leur temps) le défunt mari apparait à sa veuve pour lui parler d'immortalité, et de sa conduite, ce qui laisserait penser
qu'il aurait été... peut-être infidèle. On n'a jamais vu des personnes décédées se manifester pour cette raison à leurs conjoints... Comme si ça n'était pas suffisant (on imagine la frayeur de
sa femme), il lui serre la main très fort. D'où il résulte qu'elle a dû porter des pansements. Même si ça n'est pas précisé, je pense que ce devait être une brûlure, là aussi. S'il lui avait cassé un os, elle aurait eu une attelle (ma voisine a eu ce problème lorsque son mari, sous l'emprise de l'alcool, lui
a fait subir le même traitement; ce dont je me doutais, car j'avais entendu ses cris, mais il n'y avait pas de bruits de coups cette nuit-là; je m'étais dit qu'il devait lui tordre le
bras).
Donc, il a dû lui brûler la main. Et c'était délibéré, vu qu'il n'y est pas allé de... main morte...


Fée 01/11/2009 22:15


En effet... que veulent ces "fantômes" ? A part faire du mal ; manquent-ils de considération de notre part ?


Parvati 21/10/2009 17:36


Au sujet de la première histoire, "Dieu ne permet pas cette communication directe" entre la comtesse et son mari; cependant, il permet qu'elle laisse une marque sur la couverture du lit
conjugal.
Bizarre...
Au sujet de la deuxième :
La supérieure apparait à la religieuse pour lui demander des prières. Contre toute logique, elle lui pince fortement le bras, de toute évidence en vue de la blesser.
Là aussi, bizarre...
Quand on demande un service à quelqu'un, on est plutôt gentil avec lui, non
Il y avait là clairement une volonté de faire du mal .


Fée 21/10/2009 17:45


Merci Parvati !


Parvati 18/10/2009 16:27


En ce qui concerne la marquise Degli Astalli, étant donné son rang et l'époque (1683), on peut supposer qu'elle a bénéficié d'un enterrement religieux.
La question est :
Pourquoi 200 messes
Aurait-elle gravement péché
Vu son jeune âge, ça m'étonnerait, et on l'aurait su.
Même les âmes en peine n'en réclament pas autant, une seule suffit généralement.
Tout cela est pour le moins illogique...