Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



8 août 2005 1 08 /08 /août /2005 00:00

 

Bêtes d'une puissance formidable et dangereuse, l'hiver, lorsque la faim les pousse vers les villages, les loups ont longtemps terrorisé les campagnes.

Il ne faut pas s'étonner, dès lors, que l'imagination populaire ait inventé que certains humains pouvaient se transformer en loups et dévorer d'autres hommes.

 

 

Les loups-garous, comme on les nomme, sont au XVe et au XVIe siècle fréquemment évoqués : une véritable psychose règne alors dans le monde paysan, et des individus, accusés de "lycanthropie" - ou capacité à se transformer en loups -, sont jugés par des tribunaux et condamnés, pour avoir commis des meurtres à caractère cannibale sous l'apparence d'un loup.

 

 

 

Gilles Garnier, un loup-garou cannibale

 

Car nul, à cette époque, ne doute de l'existence des loups-garous, dans lesquels on voit la manifestation du diable.

De très savants esprits dissertent sur les cas rapportés. Pierre Mamor, recteur de l'université de Poitiers au XVe siècle, ne montre, par exemple, aucun scepticisme lorsqu'il commente le témoignage suivant : une paysanne aurait vu son mari vomir le bras et la main d'un enfant dévoré par lui alors qu'il aurait pris la forme d'un loup...

 

 

Les annales judiciaires font état de plusieurs procès où comparaissent des gens soupçonnés d'être des loups-garous.

En 1521, en France, deux paysans, Burgo et Vincent, sont ainsi jugés sous cette accusation.

Mais l'un des plus célèbres procès se déroule en Franche-Comté en 1574.

On y juge un nommé Gilles Garnier, accusé d'avoir tué plusieurs personnes, dont des enfants, et de les avoir dévorées après s'être transformé en loup.

La preuve ? Il aurait proposé de cette chair à sa femme ! C'est par un pacte passé avec le diable que Garnier aurait acquis la capacité à se transformer en loup.

 

Plusieurs témoins racontent au procès avoir eu vent de ce pacte ; l'accusé lui-même reconnaît avoir utilisé un onguent magique pour enduire son corps avant d'attaquer ses victimes.

 

Le procès de Garnier se rapproche beaucoup de ceux où l'on juge sorciers et sorcières et le coupable est d'ailleurs condamné à la peine habituelle dans les cas de sorcellerie : le bûcher.

 

 

 

Une "épidémie" étendue et durable

 

En 1589, une affaire assez semblable se déroule en Allemagne : un paysan nommé Pieter Stumf est accusé d'avoir, sous l'apparence d'un loup, assassiné et mangé treize enfants, parmi lesquels son propre fils, de la cervelle duquel il se serait régalé...

Le coupable est exécuté près de Cologne.

 

 

Mais la lycanthropie n'est pas l'apanage des hommes. Des femmes, aussi, sont susceptibles de se transformer en loups.

A Lausanne, en 1604, cinq sorcières métamorphosées en louves enlèvent un enfant et le dévorent, après l'avoir fait bouillir - étrange raffinement culinaire pour celles qui sont censées agir comme des animaux.

Les faits paraissant prouvés, elles sont, elles aussi, brûlées vives.

La hantise du loup-garou est donc immense et des battues destinées à appréhender les créatures immondes sont organisées en France, par exemple, dans plusieurs provinces.

Des cas nombreux sont répertoriés, jusqu'en 1610 environ.

Dans le siècle de la raison - celui de Descartes - obscurantisme et fanatisme continuent de donner libre cours à un zèle assassin.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Julie 16/04/2011 23:34



Bonsoir, votre blog est vraiment super ! Je reviendrai de temps en temps pour lire d'autres choses. Alors à bientôt !



Fée 20/04/2011 15:37



Bonjour Julie,


Merci pour votre compliment qui me fait très plaisir, revenez quand vous voulez !



Carole 15/02/2006 20:57

les vrais loups ont dû en faire les frais. Je me demande si ça a un rapport avec la bête du Gévaudant?

Fée 18/02/2006 08:08

>> Je ne sais pas vraiment s'il y a un lien direct entre cette légende et la bête du Gévaudant *Van/Fée