Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



20 juin 2005 1 20 /06 /juin /2005 00:00

 

 

Les récits de personnes affirmant avoir rencontré leur double sont généralement traités comme des cas d’hallucination : hallucination qui peut être dangereuse et entraîner des troubles assez graves chez le sujet pour le conduire au suicide.

 

 

Mais l’inverse se produit aussi : une personne peut n’avoir aucune conscience du double présent à ses côtés, et ce sont les témoignages de l’entourage qui leur font découvrir cette présence.

 

Tel est le cas de l’enseignante française Emilie Sagée au milieu du XIXe siècle.

 

 

 

En 1845, le directeur d’un institut pour jeunes filles nobles, le pensionnat Von Neuwelcke, situé dans l’actuelle Lettonie à environ 60 km de Riga, engage comme professeur de français une jeune femme sous le nom d’Emilie Sagée, qui dit être née trente deux ans plus tôt à Dijon.

 

 

La nouvelle préceptrice, d’un tempérament très gai, fait preuve d’une intelligence et d’un sens de l’éducation qui attirent bientôt favorablement l’attention du directeur, Herr Busch.

 

 

Mais quelques semaines après son arrivée, des rumeurs commencent à circuler parmi les quarante-deux élèves de l’établissement.

 

 

 

D’étranges phénomènes se produisent en effet :

 

A plusieurs reprises, alors qu’une élève dit avoir vu la préceptrice à un bout du bâtiment, un autre affirme l’avoir croisée au même moment à l’autre extrémité du pensionnat.

 

 

Au début, les professeurs ne prêtent guère l’oreille à ces bruits absurdes. Puis l’affaire se complique.

 

 

Un jour, alors qu’alors qu’Emilie Sagée est au tableau noir, en train de donner un cours de grammaire à treize jeunes filles (parmi lesquelles une certaine Julie Von Güldenstubbe à qui on doit plus tard le récit du cas), une silhouette apparaît à ses côtés, imitant ses mouvements à la perfection.

 

 

Le seul détail qui diffère est l’absence de craie dans la main.

 

 

Le double continue à se manifester au cours des semaines qui suivent (il est également vu par des domestiques) et il adopte progressivement un comportement de plus en plus indépendant.

 

 

Ainsi, un jour, les quarante-deux élèves sont occupées à des travaux de broderie dans une pièce du rez-de-chaussée, sous la surveillance d’une maîtresse.

 

Par la fenêtre, les enfants peuvent apercevoir Emilie Sagée dans le jardin.

 

A un moment donné, leur surveillante s’absente… pour être remplacée par le double, immobile et silencieux.

 

Dehors, Emilie Sagée semble subitement avoir des difficultés à se mouvoir.

 

 

Dans la classe, certaines jeunes filles osent s’approcher et constatent que le double de la préceptrice n’offre qu’une légère résistance aux mains, qui le traversent.

 

Il finit par disparaître.

 

 

 

Tous ces événements émeuvent, bien sûr, au plus haut point les jeunes pensionnaires et provoquent de nombreux départs.

 

 

Au bout de dix-huit mois, les parents ayant retiré trente des quarante-deux élèves, le directeur prend la décision de se séparer d’Emilie.

 

Celle-ci soupire, avant de partir, que c’est la dix-neuvième fois qu’elle est obligée d’abandonner un poste, toujours pour la même raison, depuis qu’elle a commencé à donner des cours à l’âge de seize ans…

 

 

 

Julie Von Güldenstubbe reste en contact avec son ancien professeur jusque dans les années 1850.

 

 

Après quoi, on perd définitivement la trace de celle-ci en Russie, où elle a émigré comme préceptrice au service d’une famille.

 

 

 

Alors… hallucination ou phénomène paranormal ?

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Parvati 25/04/2010 16:58



Cette histoire relève du paranormal pour ceux qui ignorent que nous avons plusieurs corps, en plus de notre corps physique.


Emilie Sagée ne faisait pas de sortie astrale, étant donné que ce corps-là représente la conscience, et qu'il est invisible. De plus, elle ne se rendait même pas compte, lorsque cela lui
arrivait.


Le corps éthérique représente le subconscient, et est parfaitement visible. De plus, il a une apparence solide, comme si on voyait la personne en chair et en os. Cette femme tenait absolument à
avoir un oeil sur son petit monde, même quand ce n'était pas possible, soit parce qu'elle avait le dos tourné, soit parce qu'elle était ailleurs; d'où ces sorties éthériques fréquentes. De la
sorte, elle pouvait surveiller ses élèves...


Tout le monde en fait, à l'occasion, quoique certains en font plus souvent que d'autres. Il suffit de penser à quelqu'un, ou à un lieu, pour que ce corps fasse une sortie. C'est quand quelqu'un
nous dit nous avoir vus à tel endroit - à notre grande surprise - que l'on peut savoir. C'est ce qui explique les cas de bilocation. 


Il n'y a qu'à lire toutes ces histoires de doubles, ou de fantômes de vivants, pour comprendre que le corps éthérique n'est pas le corps astral, et qu'à sa manière, il exauce nos désirs,
conscients ou inconscients.



Fée 25/04/2010 17:34



Merci Parvati !



florian 04/03/2008 17:27

bonjour, je remarque que beaucoup des informations voir toutes sont prises dans une des "bible" du domaine c'est a dire "Les grandes enigmes" des editiond france loisirs mais aussi publié sous larousse je crois. En tout cas pour des faits aussi étrange et rare il faut garder la téte froide et je pense évité de s'emporter dans des considération astrale ou autre, oui il y a une explication. En tout cas je l'éspére, mais il est évident qu'on ne l'a pas encore trouvé. Ce cas est interressant dans l'idée que cela la rendait plus faible, commme un pouvoir mal controlé est qui du coup devenait un fardeau, je pense donc avant tout a émilie sagée elle méme qui a du changé plus d'une vingtaine de fois d'établissement scolaire et en étant contrainte de s'éloigner toujours plus de sa france natale. C'est donc a sa personne que je pense avant de me demander pourquoi elle se dédoublait.

Fée 04/03/2008 21:19

Pour cette catégorie, oui en effet elles sont tirées du livre, j'ai mis dans le sommaire d'où provenaient ces histoires.Je vais aussi vu que j'ai mis une catégorie "Sources" remettre d'où proviennent les articles, ce qui est tout à fait normal.Merci Florian de ton commentaire

IL 09/11/2006 22:37

Il arrive parfois à ma fille, qui voit les auras, de les voir dédoublés ( notamment sa soeur à qui elle a foutu une de ces trouilles!) Il est possible qu'il s'agisse de ça.

Thomas Le Moqueur 31/01/2006 11:19

Eh bien, "corp" s'écrit "corps" et "quelque chose d'exceptionnelle" - "quelque chose d'exceptionnel".Ces petites choses mises à part, il me semble que le "voyage astral" n'a rien à y faire! Vous nous montrez un exemple de phénomène "anormal" ayant eu lieu il y a plus d'un siècle et demi. Pourquoi n'en avez-vous de plus récents?...Cela me fait penser au Dr. Freud, donc à ses histoires de frustration(s) sexuelle(s) - concernant surtout les femmes et, de temps à autre, les religieux ayant fait foi de chasteté. ...Bref, dans tous les cas rapportés par écrit, il s'agit de personnes vivant seules, tout en étant obligées d'adopter un comportement "exemplaire". Il paraît, donc, que les frustrations sexuelles donnent naissance à des phénomènes considérés comme "paranormaux"Mais pourquoi n'avez-vous rien sur les personnes qui produisent des objets, rien que par leur présence en un lieu? Alors ça, CA serait du paranormal! (Piste à suivre: l'Inde contemporaine. Pourquoi cet endroit-là et pas un autre? A cause du psychisme collectif local, pardi!)Thomas

Aïda 28/09/2005 11:51

Puis je me permettre de vous expliquer ce que je pense de cela.
Cette femme avait tout simplement le pouvoir de se dédoubler.
Je sais le faire aussi.
Pas bien difficile, vous imaginez votre corp astral près de vous ou à l'endroit que vous le souhaitez.
Des gens le font sans même sans rendre compte.
Tentez l'expérience, c'est géniale.
 
>> J'ai déjà vécu cela aussi, mais pour beaucoup de gens encore, si ils le font ils auront peur. C'est dommage, car c'est quelque chose d'exceptionnelle (tant pis si pour certains, je passe pour une illuminée lol) *Van/fée