Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



3 juin 2005 5 03 /06 /juin /2005 00:00

Le rite de l'Homme-Oiseau

 

La plus grande fête religieuse de l'île de Pâques était celle du Tangata Manu (l'Homme-Oiseau) qui se déroulait chaque année au début du printemps austral à Orongo.

 

 


Orongo se trouve à l'extrème sud de l'île.

Ce village a été construit au bord d'une falaise et de l'autre côté se trouve le cratère du Rano Kao.

 

 

 

 

Ce rite, intimement lié au culte du dieu Maké Maké, avait d'importantes implications sociales.

 

Seuls les Mata Toa (principaux chefs de guerre) pouvaient prétendre au titre d'Homme-Oiseau.

 

Les candidats étaient désignés par les prêtres qui en avaient eu la révélation en songe.

 

Les chefs de guerre pouvaient participer eux-mêmes à l'épreuve ou confier la tâche à des serviteurs appelés Hopu.

 


Lors de la compétition de l'homme oiseau, les concurrents descendaient du sommet de la falaise cérémonielle du village d'Orongo pour atteindre l'îlot de Motu Nui et en revenir.

 

 

 

Le vainqueur était celui qui ramenait le premier oeuf déposé par le premier manutara (c'est-à-dire : "oiseau de la chance") ; il présentait le trophée au candidat qu'il représentait et qui devenait « l'homme-oiseau » de l'année.

 

 

L'oeuf tant convoité avait une charge symbolique intense et une signification religieuse capitale puisqu'il était considéré comme l'incarnation du dieu Maké Maké et consacrait, en même temps, la renaissance annuelle de la divinité et le renouveau de la vie.


Le rite commença au XVIIIe siècle pour s'achever en 1866, époque à laquelle les missionnaires interdirent toutes les pratiques traditionnelles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires