Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



28 septembre 2006 4 28 /09 /septembre /2006 10:08

 

 

Après la seconde guerre mondiale, l'une de mes tantes s'occupait d'une bergerie, dans un hameau isolé des Pyrénées Orientales. Il n'y avait que deux maisons et leurs bergeries et granges respectives. L'hiver la neige se dressait en congère, bloquant les portes, isolant le hameau.
C'est dans la maison voisine de celle occupée par ma tante, que les faits survinrent. Dans cette maison, cohabitait la fille mariée d'une quarantaine d'années, et le père veuf, âgé. La  neige avait fondu, l'herbe avait poussé, c'était le printemps, mais le temps demeurait froid. On commençait à sortir les brebis, mais le soir, mieux valait les rentrer.
Un soir, le père se sentit fiévreux; il avait pris froid. Son gendre étant occupé, il demanda à sa fille de rentrer les bêtes, car vraiment, il n'allait pas bien, mais la fille refusa, sans tenir compte de l'état de son père.
Le père sortit donc et tant bien que mal, il rentra ses bêtes. Il décéda de pneumonie.

Les faits commencèrent après l'inhumation.
D'un coup en pleine nuit, une présence tira draps et couvertures, découvrant ainsi la femme, mais cela se produisit seulement de son côté, pas de celui de l'époux.
Elle en fut terrorisée.

La nuit suivante, puis toutes les nuits, ce fut la même chose, et toujours, c'est seulement elle que la présence découvrait brusquement, mais jamais son époux.

Le prêtre bénit la maison, la chambre, mais la nuit suivante, de nouveau le fantôme de son père, car c'était lui, tira les draps et couvertures de la fille.
Le prêtre annonça à la fille, que cela durerait tant que la date à laquelle le père aurait normalement dû mourir, n'était pas échue.
Cela dura plusieurs années, puis une nuit, plus rien. Le père avait pris sa vengeance !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Parvati 04/02/2007 15:34

Comme quoi les morts peuvent aussi se venger, même si ce n'est pas bien méchant !
Je pense néammoins que l'âme du défunt aurait dû aller dans l'au-delà, en dépit de la rancoeur qui l'animait à l'égard de sa bru. C'est à Dieu qu'il revient de punir ses créatures. Et le fait d'avoir trop attendu l'a sûrement empêché d'aller vers la lumière. Car il y a un délai, pour passer de l'autre côté, et quand on attend trop, on ne peut plus y aller seul. On est prisonnier de "l'entre-deux".
La réponse du prêtre était pleine de bon sens, ce qui prouve qu'à l'époque, on en savait pas mal sur le sujet.
Il faut noter toutefois que tous les morts ne sont pas aussi vindicatifs.