Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



25 août 2006 5 25 /08 /août /2006 09:02

 

 

Au hasard, mais je ne crois plus au hasard, des réservations TGV, je fus placée à côté d'une femme professeur de français, lorsque je me rendis à Paris pour y recevoir deux prix littéraires pour deux livres différents, dont un recueil de nouvelles fantastiques.

Dans le registre fantastique, Gigi me raconta alors ce qu'elle avait vraiment vécu, lorsqu'elle était étudiante toute fraîche débarquée de province à la Sorbonne, au début des années 1970.
Ne connaissant personne, elle s'installa seule au dernier rang de l'amphi, et elle n'avait pas le moral. Elle se dit qu'il lui serait difficile de se faire des amis.
Soudain, une jeune femme toute vêtue de blanc, type oriental, indien, avec une longue natte noire, de beaux traits et l'air très doux, demanda à Gigi, si elle pouvait s'installer près d'elle, et Gigi qui se sentait si seule, acquiesca et fut tout de suite prise sous le charme aérien, de la jeune femme, souriante.
Les deux étudiantes échangèrent leurs prénoms, et l'inconnue avait un prénom effectivement indien.
Gigi est bavarde, mais l'inconnue ne parlait que peu, et jamais d'elle-même. Gigi mis cette discrétion particulière sur le compte de la réserve de mise dans l'éducation dans les bonnes familles en Inde.
Elle ne prenait jamais de notes, tout en se montrant attentive. Cela intrigua Gigi, mais elle obtint une réponse du style : "Je retiens tout."
Elle arrivait toujours juste avant le début du cours, toujours souriante, toujours vêtue de blanc. Elle s'en allait toujours juste après le cours, sans s'attarder. Elle ne parlait à personne d'autre qu'à Gigi.
 Un jour, à l'issue du cours, l'inconnue en blanc dit à Gigi :
- Je suis mariée et j'attends un enfant; je dois me reposer, et tu serais bien aimable de m'apporter les cours, une fois par semaine; note mon adresse.
Elle lui dicte son nom complet et son adresse complète à Paris, dans le quartier latin.

Quelques jours plus tard, Gigi apporte les cours à son  amie, mais arrivée au numéro indiqué, pas de nom correspondant sur la boîte à lettres, ni la concierge ni les voisins ne connaissent une personne répondant à ce nom et à ce signalement oriental; idem dans les cages d'escaliers de toute la rue !

Pas plus de succès chez le boulanger et les autres commerçants. Personne ne connaît cette orientale, et à cette époque, il y avait très peu de non occidentaux à Paris et en France.

Vous imaginez les questions que Gigi l'étudiante de la Sorbonne se pose. 
De retour en amphi, elle questionne les étudiants qui ont l'habitude de se mettre juste devant elle et l'étudiante orientale; les étudiants ouvrent de grands yeux et disent :
- Quelle étudiante orientale ? On t'a toujours vue toute seule au dernier rang, même que des fois tu parlais seule !

Gigi n'a jamais éclairci le mystère; cette dame blanche de l'amphi, était-ce un ange venu pour l'aider le temps de son acclimatation ?
La question ne peut que rester posée.

 

 

 

 

 

 

>> Merci Marie/Ormael. Le hasard n'existe pas effectivement.

Cette jeune indienne était sans doute là pour l'aider. Mais diverses réponses sont possible. *Van

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rooke 15/09/2008 22:58

Wha ! très intéressant ... je ne crois pas vraiment que ce soit une dame blanche communément parlé ... mais je ne pourrais vous dire qu'est ce vraiment ... projection où allusination ?et pour le destin, je n'y crois pas. Sinon, à quoi nous sevirait ce pouvoir que l'on appelle le "choix" (sans vouloir provoquer un débat innutile)

Fée 16/09/2008 08:37


On peut dire choix ou libre arbitre ^^


pureté 27/08/2006 11:14

bon dimanche le destin existe lui .. bisous