Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



5 juillet 2006 3 05 /07 /juillet /2006 08:57

 

 

Un pilote américain invente le mot "soucoupe volante"

 

 

Lorsqu'il croise neuf disques volants au sud-est de Seattle, le 24 juin 1947, Kenneth Arnold ne sait pas qu'il va passer à la postérité.

A son retour, il raconte son aventure, parle de "soucoupes volantes" et l'expression "soucoupes volantes" éclate dans les manchettes des journaux du monde entier.

 

 

L'observation inspire confiance : le temps est très clair au-dessu des Rocheuses, et le témoin est ingénieur, pilote chevronné et donc peu enclin à se laisser abuser par un phénomène aérien naturel en plein jour.

 

La nouvelle fait rapidement le tour du monde et les Obhets Volants Non Identifiés, comme on préfère bientôt appeler, deviennent un des plus grands mystères de la seconde moitié du XXe siècle.

 

 

 

Commissions en série

 

Les plus anciens récits concernant des objets volants remontent à l'Antiquité.

Mais c'est au cours de la Seconde Guerre Mondiale que les témoignages se multiplient : les deux camps parlent alors de "chasseurs de fantômes".

 

En 1946, la première vague importante d'observations a lieu en Scandinavie. Puis, en 1947-1948, les incidents deviennent plus fréquents encore et prennent un tour dramatique.

 

Après la mort du capitaine Mantell, supposé avoir été "abattu" par un OVNI, l'US Air Force est obligée de réagir.

 

Une série de commissions se succèdent alors, chargées officiellement d'enquêter sur le phénomène, et en fait mandatées pour démontrer que celui-ci est le résultat d'une illusion.

 

La plus célèbre de ces commissions est le Project Blue Book, lequel cesse ses activités en 1969 après qu'une commission scientifique civile, dite commission Condon, ait conclu à la non-existence des OVNIS.

Mais, avant même la publication de ses conclusions, la presse publie un rapport confidentiel : il prouve que le Dr Condon a eu pour mission dès l'origine d'aboutir à des conclusions négatives et discrédite dans son rapport.

 

Mieus, des membres militaires ou scientifiques du Project Blue Book, réputés dans els premiers temps profondément sceptiques, s'avouent progressivement convaincus de la réalité du phénomène qu'ils étaient censés réduire à néant.

 

 

Des commissions, chargées de mener les mêmes investigations, et dont les gouvernements attendent aussi qu'elles aboutissent à des conclusions négatives, sont créées en Europe et dans les pays de l'Est.

Le problème des OVNIS est également abordé à plusieurs pays, dont l'Angleterre et la France, ainsi qu'à l'ONU.

Jamais ces instances officielles ne parviennent à des conclusions probantes : l'existence même d'objets venus de l'espace répugne trop aux esprits raisonnables qui les composent pour que les débats s'établissent sur des bases saines.

 

 

 

Un parti pris de refus

 

Pour reprendre l'analyse de feu le Pr Hynek, directeur d'observatoire atomique et qui fut pendant près de vingt ans l'expert de l'US Air Force sur le problème des OVNIS, le phénomène en question se révèle "si étrange, si inacceptable et si gênant que pas plus la sphère scientifique (...) que la sphère militaire (ne condescentd) à lui accorder plus qu'un intérêt superficiel".

 

Charmant euphémisme, pour définir l'attitude de ceux qui s'attachent davantage à ridiculiser le phénomène qu'à l'étudier objectivement.

 

 

Les autorités ne se sont intéressées aux OVNIS sérieusement et sans parti pris qu'aux Etats-Unis, dans les années 1940 précisément : le gouvernement américain suspectait alors les "soucoupes" de n'être rien d'autre qu'une arme secrète découverte aux savants soviétiques par des scientifiques allemands retenus captifs après la Seconde Guerre Mondiale.

 

 

Cette attitude de réserve ou de négation systématique a au moins un effet pervers : elle laisse libre cours à toutes les initiatives individuelles ou collectives privées, c'est-à-dire aussi bien aux recherches sérieuses des quelques techniciens ou scientifiques dépourvus de préjugés qu'aux élucubrations d'illuminés ou de sectes qui décrivent sans aucun recul les "messages" envoyés par des extraterrestres.

 

 

 

 

Source : "La mémoire de l'humanité Les grandes énigmes" aux éditions Larousse 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

NewduBlog 01/08/2006 14:11

Yop,
Y a une méthode simple pour prendre conscience de l'existence des "OVNI" ou d'une vie ailleurs.Cette méthode est simplement mathématique.Je vous l'explique:
Prenait notre univers,dans celui on dénombre énormement de galaxies qui elles même dénombrent énormemment de systémes solaires qui eux même dénombrent énormemment de planétes.
Maintenant sans vouloir être trop réaliste: sachant que l'on peut dire que dans l'univers ce trouve des millions de planétes mais sachant aussi qu'il faut pas mal de choses cohérentes pour développer la vie de forme humaine (comme la notre mais bon rien n'empêche une évolution extra terrestre autre que de forme humaine, d'ailleurs nos animaux en sont une preuve même si ils bénéficient pour vivre de nos conditions).
Prenons simplement 1% de chance qu'il y ai une vie ailleurs, alors dans ce cas cela peut nous donner des milliers de planétes ayant une forme de vie dit extra-terrestre.Maintenant au niveau de la technologie bah pourquoi pas eux seraient ils pas plus développé que nous.Pourquoi l'homme devrait rester égocentrique à son souhait, nous ne sommes plus au temps des rois,nous avons quand même légérement évolué depuis.
Voilà c un bref résumé mais que j'aime à souhait,à plus.
Bye bye...

Fée 01/08/2006 16:12

>> Hello NewduBlog ! On ne sait jamais. Mais je trouve que les mentalités pour la plupart des hommes est en train de régresser dangereusement. *Van

IL 21/07/2006 21:23

 une théorie sur l'origine des ovni, l'Agartha ou la théorie de la terre creuse ( voir Les dossiers des grands mystères de l'histoire de juillet 2006 ou le site http://www.erenouvelle.com/dossagarnasa.php )