Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 06:13

 


Avertissement :

Je déconseille fortement de lire ce témoignage ci-dessous pour les personnes sensibles et âgées de moins de 16 ans, car il y a des passages qui pourraient les perturber et choquer.

 

Cette maison est située au Québec dans un petit village de Lanaudière.
La maison appartenait à mes ex-beaux-parents, donc j'ai moi-même été témoin puisque je connais cette maison. Je vais commencer par vous rapporter ce qu'on me racontait de cette maison bien avant que j'y fasse moi-même mes propres expériences.

Le fils de la maison que j'avais épousé avait des problèmes de drogue et souvent il me disait qu'il avait commencé par prendre de l'acool vers ses 11 ans afin d'être capable de dormir en paix la nuit, car s'il ne buvait pas il entendait des voix la nuit et ressentait une présence à ses cotés.

Pour moi ce n'étaient que des excuses pour que j'accepte sans rien dire sa dépendance à la cocaine et que ce n'était donc pas de sa faute. Ce n'étaient que des mensonges et des pauvres excuses minables que je refusais de croire. Il m'assurait que souvent, il voyait des créatures noires qui sortaient du plancher devant lui pour lui faire peur.
Pourtant dès qu'il vint habiter chez moi, il disait ne plus voir ces êtres noirs et qu'il se sentait en paix. Comme il continuait de consommer des drogues, je ne croyais pas un seul mot de son histoire.
Je suis moi-même ouverte au paranormal mais je suis un peu comme l'apôtre Thomas, il faut que je vois pour croire. Il me racontait des faits étranges qui se déroulaient dans sa maison, et moi je ne l'écoutais que d'une oreille car il mentait si souvent que j'en étais venue à ne rien croire de ce qu'il me disait.

Un jour il comprit que je ne le croyais pas et il m'amena voir sa grand-mère paternelle qui vivait dans la maison avant ma venue dans cette famille.
Je dois ici expliquer un détail fort important. La maison est un duplex. Une immense maison divisée en deux logements. Les deux logements sont presque identiques. Un rez-de-chaussée et un deuxième étage.

A cette époque la grand-mère vivait dans un logement et les parents de mon ex dans l'autre. Les phénomènes se produisaient dans les deux logements mais plus fortement dans celui de la grand-mère que dans celui des parents de mon ex. La grand-mère n'en pouvant plus de ces manifestations, finit par quitter cet endroit qui la terrifiait. Elle alla habiter à Montréal.

Un jour qu'elle était en visite chez les parents de mon ex, j'acceptai d'aller la rencontrer, question de peut-être savoir un peu de vérité. La grand-mère était quelqu'un de calme que j'aimais beaucoup.

Mon ex me laissa seule avec elle pour aller aider son père avec les chevaux de courses dans l'écurie.  Je pleinement profitai de l'occasion pour lui poser les questions qui me démangeaient depuis longtemps.
Dès ma première question je sentis son malaise face à ce sujet. Elle n'aimait pas parler de ces choses de peur que je la croie complètement folle. Je la rassurai en lui disant que j'avais besoin de savoir et que jamais je ne la prendrais pour une folle. Ces paroles l'encouragèrent et elle accepta finalement de me dévoiler certaines choses.

Elle disait entendre, la nuit, un fauteuil à bascule grincer comme si quelqu'un se berçait. Quand elle allait voir dans la chambre d'où provenait ce bruit, il n’y avait rien. Même pas de fauteuil à bascule dans cette pièce. Elle retournait au lit et le phénomène recommençait. Elle aurait bien voulu que son mari entende aussi mais il se couchait ivre mort tous les soirs.
  

Elle a même cru un bon moment qu'elle perdait la tête. Elle disait des prières, le bruit cessait et elle se rendormait. C'était comme ça tous les soirs.

Un jour qu'elle était seule à la maison et en plein après-midi, les bruits de fauteuil à bascule se manifestèrent de nouveau, et pour la première fois en plein jour. Elle dit ne pas savoir pourquoi mais elle en eut assez de tout ça et une grande colère l'immergea complètement.
Elle se trouvait en bas à la cuisine. Elle releva la tête et cria à en regardant le plafond : « Mais qui est là et vas-tu arrêter de faire ce bruit ?» Elle rajouta : « Mais qu'est-ce que tu veux donc ? »
Un bruit de chaîne se fit entendre immédiatement. Comme de grosses chaînes que l'on trainerait sur le plancher. Elle cria de nouveau : «
 Mais qu'est-ce que tu veux ? » Les chaines tombèrent du plafond juste devant elle à ses pieds. Elle eut la peur de sa vie et courut rejoindre son mari dans l'écurie. Elle lui raconta son histoire mais il se moqua d'elle en la traitant de vieille folle.

Elle retourna dans la maison en se disant que non elle n'était pas folle. A sa grande surprise les chaînes avaient disparu et le plafond ne portait aucune trace. Comment les chaînes avaient traversé le plafond sans laisser de trace, elle ne pouvait l'expliquer.

Elle voulait quitter cet endroit mais son mari tomba très malade quelques jours après l'histoire des chaînes. Il était cloué au lit avec une forte fièvre et proférait des obscénités incroyables et jouait avec son sexe sans plus aucune pudeur devant les gens qui venaient prendre de ses nouvelles.

Le grand-père finit par mourir quelques semaines plus tard. Le médecin donna comme explication que le grand-père était mort d'avoir passer sa vie à boire trop d'alcool et que son foie avait dû le lâcher.

 La semaine du décès de son mari, juste après l'enterrement, la grand-mère déménagea et vendit la maison à mon beau-père qui habitait le logement d’à coté.
Mon beau-père avait une fille qui venait de divorcer. Il loua donc le logement à sa fille qui avait elle-même une petite fille de 4 ans.
Elle aussi se mit à entendre des bruits la nuit comme quelqu'un qui marchait au grenier. Elle mettait ça sur le compte de la maison qui était vieille et ne s'inquiétait pas.
Quelques semaines plus tard sa fille se mit à changer radicalement. Elle devenait impolie et insupportable. Ma belle-soeur se disait que sa fille était simplement stressée par le divorce, ce qui expliquait sa révolte soudaine.
La petite devenait de plus en plus méchante et ma belle soeur l'entendait souvent parler seule quand elle était là-haut.
Quand elle demandait à la petite avec qui elle parlait, celle-ci lui répondait : « Avec mon ami et laisse-moi tranquille.» Là encore, ma belle-soeur pensait que la petite souffrant de la séparation s'inventait des amis imaginaires.

Un jour qu'elle entendit la petite rire très fort dans sa chambre, ma belle-soeur monta pour voir ce qui la faisait autant rire. Comme elle montait l'escalier, la petite lui apparut en haut des marches avec un regard noir que ma belle-soeur ne lui connaissait pas. Elle lui dit doucement : « Tu fais quoi, mon bébé ? »
La petite s'empressa de la pousser fortement en criant : « Je vais te tuer, salope !»
Ma belle-soeur tomba à la renverse et déboula l'escalier. Dès que la chute prit fin la petite courut vers sa mère en pleurant. Elle avait retrouvé son regard normal et disait n'avoir jamais poussé sa mère.
 
Voilà, c'est ici que j'entre réellement dans l'histoire.
Ma belle-soeur se ramena chez moi en pleurant pour nous raconter l'histoire de la chute dans l'escalier. Après l'avoir longuement écoutée, je lui conseillai d'acheter un chien pour la petite arguant que tous ces comportements agressifs étaient sans doute dus au grand bouleversement causé par le divorce, et que le chien comblerait son manque d'affection paternelle; ça calmerait sans doute ses angoisses et sa colère.

Pour quelques mois les choses se calmèrent. La petite avait retrouvé son équilibre et tout allait pour le mieux. Ma belle-soeur fit la rencontre d'un nouvel amoureux et tout allait bien. Jusqu'au jour où ma belle-soeur se rendit dans le garage pour aller chercher de la viande dans le gros congélateur.
Juste derrière elle, dans son cou, quelqu'un souffla doucement. Elle se mit à rire en croyant que son copain l'avait suivie dans le garage.
 Elle se retourna en souriant pour voir qu'elle était seule.  Elle retourna vers le congélateur et à nouveau on lui souffla dans le cou, mais avec plus de force et un grognement animal. Ma belle-soeur prit ses jambes à son cou et courut chercher son copain. Elle lui dit ce qu'elle venait de vivre, le corps parcouru de frissons.
Son copain qui connaissait l'histoire de la grand-mère se moqua d'elle en lui disant : « Bon, tu es comme ta grand-mère tu crois au méchant fantôme.» Il lui proposa de se rendre dans le garage avec elle et le chien, pour lui montrer que le garage était bien normal. 

Quand le chien entra, il lâcha une petite plainte et recula vivement. Le copain le traita de con et le poussa de force dans le garage. Dès que le copain de ma belle-soeur entra à son tour, il sentit un souffle froid dans son cou et entendit lui aussi un grognement animal. Pourtant de nature très calme, il sortit de là vitement, les cheveux dressés sur la tête.

Ils ne soufflèrent mot à la petite, le soir venu; mais ils étaient incapables de rester dans la maison. Pour que la petite ne se rende compte de rien, ils décidèrent de venir passer la soirée chez moi et me raconter cette histoire. J'écoutai attentivement mais sans dire que je croyais ni dire que je ne croyais pas.
Je commençai vraiment à croire que quelque chose se passait dans cette maison. Ils finalement rentrèrent chez eux avec la ferme intention de déménager au plus vite de là. Quarante-cinq minutes après leur départ de chez moi, ils me téléphonrent, paniqués, affirmant que le chien avait été fouetté et que sa peau ensanglantée portait des traces de fouet. Le chien était seul dans la maison et mon beau-père et sa femme étaient partis en Floride pour tout l'hiver. A moins que quelqu'un soit entré dans la maison par infraction, comment expliquer ces marques de fouet ?

J'étais perdue dans toute cette histoire. Ma belle-soeur, son copain, la petite et le chien vinrent passer la nuit chez moi.  Le lendemain après en avoir longuement discuté, je décidai d'aller voir par moi-même ce qui se passait dans la maison. Je suis très sensible à ces choses mais prudente car il ne faut jamais croire sans preuve.  
Quand j'entrai dans la chambre de la petite, il y avait des centaines de mouches qui volaient partout et nous étions en hiver et à ce que je sache les mouches dorment en hiver. Une odeur de viande pourrie flottait dans la pièce. Je demandai si de la nourriture pouvait trainer dans la maison. Ils répondirent que non. L'odeur n'était que dans la chambre de la petite, pas ailleurs, comme si un mur invisible retenait cette odeur infecte.

Je ressentais une présence qui m'oppressait fortement et je comprenais que je n'étais pas bienvenue dans la maison. Je dis que oui, quelque chose se passait bel et bien dans la maison, alors nous sortîmes dehors, le temps que je me mette les idées en place et que je reprenne mon souffle. Ma belle-soeur était en larmes et c'est là qu'elle craqua. Elle se mit à raconter toutes les mauvaises choses commises son père et son grand-père dans l'écurie et peut-être dans la maison :
Son père et son grand-père invitaient un voisin âgé d'une vingtaine d'années et handicapé mental, à venir avec eux dans l'écurie. Ils lui offraient des bonbons et des cadeaux en échange de relations sexuelles avec des animaux. Le pauvre jeune homme acceptait, ne sachant pas qu'il faisait mal. Lui, tout ce qu'il voulait c'étaient les bonbons et comme les autres semblaient contents de lui, il était heureux aussi.
Elle raconta aussi que son père couchait avec les soeurs de sa femme et d'autres femmes dans cette même écurie. Que le grand-père regardait cela en se masturbant. Que cela durait depuis qu'elle était toute petite et que le diable était dans l'écurie et la maison. J'étais sous le choc.

Je l'aidai à faire ses bagages et ils quittèrent la maison pour ne plus jamais y retourner. 

Mon beau-père et ma belle-mère sont revenus de Floride et n'ont jamais voulu que l'on parle de cette histoire. J'ai respecté ce choix mais je commençai à ressentir aussi des choses chez mon beau-père. Je me sentais observée et oppressée dès que je montais en haut pour aller à la salle de bain.
Un jour je demandai : "Qui est là ?" Je sentis quelqu'un qui fonçait sur moi et je vis une forme noire. Je criai : "Au nom du Christ, je t'ordonne de partir et de me laisser en paix !" La chose disparut immédiatement.

Je ne voyais plus mon beau-père de la même façon après les révélations de sa fille.
Je n’y allais presque plus jamais et quand j'y allais, je ressentais cette présence dès que je montais en haut et mes fils aussi.

Je divorçai de leur fils quelques temps plus tard et j'appris que les parents avaient finalement vendu la maison. Je me demande si l'entité est partie avec eux ou si la maison est toujours hantée ?
Difficile de savoir puisque je ne sais pas à qui la maison a été vendue et que je vis assez loin de là.

Je n'ai jamais chercher à chasser cet esprit après avoir su la vérité car je me disais que tôt ou tard ils paieraient pour le mal qu'ils avaient fait.

Il m'arrive d'avoir envie d'aller voir les nouveaux propriétaires pour savoir s’ils sont en paix ou s'il y a toujours des manifestations dans la maison.  Mais si rien ne  se passe, je vais leur faire peur et troubler leur paix.
Je sais que j'aurais dû essayer de chasser cette entité négative mais à cette époque j'étais si en colère contre mon beau-père et tout le mal qu'ils avaient commis, lui et son père, que je souhaitais que l'entité lui fasse du mal aussi.
J'aurais dû comprendre que mon beau-père ne risquait rien car il donnait à l'esprit, le mal qu'il voulait voir et d'une certaine façon les deux marchaient main dans la main et que c'est à de pauvres innocents que l'entité s'en prenait.


Voilà ce récit est totalement vrai pour le bout où j'y ai moi-même assisté et pour le reste de l'histoire que l'on m'a racontée, je ne peux jurer de rien mais j'y crois fermement.


Merci de m'avoir lue.

Amie

Partager cet article

commentaires

Jennyfer 21/05/2014

bonjour voila j ai lus votre histoire et sa ma fait froid au dos mais voila ma grand mère vie dans une maison sa fait 37 ans et sa fait 2 ans que les les meuble bouge seules les tiroir se retourne seules et les chaise a 4 pied se bascules seules elle dit depuis que on lui a donner une table et des chaise que sa a commencer sa me fait un peux peur la j aimerais vous avis merci d avance

diane godin 28/05/2014

je veu bien croire a lanaudiere mais ou exactement je cherche une place a aller visiter je voudrais montrer a mon chum que ca existe des maison hantee je reste dans la lanaudiere moi mais je voudrais savoir exactement merci pour ta reponse ces mon Facebook merci

Michaël 31/05/2014

Et bien moi je peux comuniqué Avec les morts sans utiliser quoi que sois il Sufi de conaitre le nom de la persone je l'appel il viens et il vous dira tout ce qu'il a fais comment il est mort comment etait sa vie , je peux tout savoir c'est tres impressionant mais Pourtant vrais .

amandinegeraniome 15/07/2014

je vous est lu atentivement et eu bcp demotions en lisent se texte et je vous soutiens bcp et j espre que tu t en est bien sortie et que tu a rencontrer quelqun d autre !!!

cousin 31/07/2014

je pense que sa existe , le paranormal , une fois je suis partie a la peche seul , mon grand pere etait deceder , j etais face a l etang dans le village de mon grand pere , et j ai sentit comme une presence derriere moi , comme si y ce tenait debout et y me regarder pecher

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog