Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 10:13


De nombreuses cultures ont accordé une importance particulière aux noeuds et aux figures réalisées à partir de cordes ou de ficelles, jusqu'à les rendre parfois célèbres...



Le noeud gordien


Il s'agit du lien qui fixait le joug au timon du char de Gordias, roi légendaire de Phrygie. Un oracle ayant assuré que celui qui le trancherait obtiendrait l'empire d'Asie, beaucoup s'y risquent, mais le noeud se révèle tellement complexe que personne ne parvient à le démêler.
Seul Alexandre le Grand résout le problème en tranchant le noeud avec son épée. Depuis, cette expression est devenue synonyme de difficulté partiquement insurmontable.



Des rites anciens


De nombreuses peuplades primitives ont encore des rites à base de cordes entremêlées et de noeuds. A l'instar des sorciers du Moyen Âge et de la Renaissance, certaines de ces peuplades pratiquent entre autres, le "nouement de l'aiguillette".
Des rites approchants existent encore chez les indigènes d'Australie, notamment les Wadamans et les Yirkalla.



La magie des ficelles


Elle est le plus souvent liée à des traditions animistes ou sacrées et utilise une cordelette dont les extrémités sont nouées ensemble.
Elle se pratique encore dans des îles de la Polynésie et de la Mélanésie.
Quant aux Indiens d'Amérique, ils croient que des figures de corde ont été inventées voilà bien longtemps par un peuple légendaire d'hommes-araignées, tandis que les Esquimaux de l'Alaska croient à un esprit des cordes maléfiques.

Partager cet article

Repost 0

commentaires