Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



15 novembre 2005 2 15 /11 /novembre /2005 00:00

Culte magique et morts-vivants

Le vaudou, aujourd'hui encore, est très vivace en Haïti surtout dans les couches les plus populaires de la société.

Il fascine par ses rituels magiques et par la création des zombis, morts que des sorciers, les "boko", prétendent pouvoir tirer de leur tombe pour en faire des esclaves.

En 1980, l'étrange cas d'un paysan haïtien dénommé Clairvius Narcisse attire l'attention de chercheurs sur un thème jusquà présent relégué au rang de superstition.

Revenu à la vie

Narcisse, qui se plaint de fièvres et de douleurs, se présente dix-huit ans auparavant, le 30 avril 1962 à l'hôpital Albert-Schweitzer à Deschapelles.

Son état empire et, le 2 mai, il est déclaré mort par deux médecins en présence de sa soeur Angéline.

Le corps demeure dans la chambre froide de l'hôpital avant d'être inhumé, le 3 mai, dans un cimetière de son village.

Dix jours plus tard, une dalle est posée sur la tombe.

En 1980, Angéline rencontre un homme qui se présente à elle comme étant son frère décédé.

Il lui dit avoir été transformé en zombi à cause d'une querelle de succession avec un autre de ses frères ; celui-ci aurait payé un "boko" à cet effet.

Il se souvient de son "agonie", des pleurs d'Angéline et de l'impression qu'il avait de flotter au-dessus de son corps.

Il est ensuite extrait du cercueil, et après sa "résurrection", emmené dans les environs de Cap-Haïtien et contraint à travailler pendant deux ans comme ouvrier agricole dans une plantation avec d'autres zombis.

Bien qu'il se rende compte alors de sa situation, il ne peut pas réagir et vit comme dans un rêve avec l'impression que les événements se déroulent au ralenti.

Il mange normalement, mais le sel lui est totalement interdit.

Le décès de leur maître libère les zombis de la force qui les maintenait en quelque sorte prisonniers.

Narcisse ne songe cependant à revenir dans son village natal qu'à la mort de son frère, la crainte que lui inspire celui-ci étant toujours très forte.

Il ne veut d'ailleurs toujours pas nommer ceux qui l'ont extrait du cimetière et maintenu en esclavage.

L'affaire a un tel retentissement qu'en 1981 une équipe de la BBC est dépêchée sur les lieux pour y mener une enquête. 

Lamarque Douvon, directeur du centre de psychiatrie et de neurologie de Port-au-Prince, qui s'intéresse depuis les années 50 au vaudou, décide de vérifier les dires de Narcisse.

Il prépare avec les membres de la famille de celui-ci une série de questions dont les réponses ne peuvent être connues que d'eux-seuls.

elles sont destinées à confondre l'éventuel imposteur.

Or, Narcisse répond correctement à tout.

Douvon est alors convaincu de la réalité de ce phénomène.

Cependant, comme sa famille ni les habitants de son village ne veulent plus le revoir, Narcisse est admis dans la clinique de Douvon, puis dans une mission baptiste.

Le culte vaudou

Selon le culte vaudou, Dieu (le "Grand maître") est au-dessus de tout et a créé les esprits, les "loa", qui sont au service de l'homme.

Après le baptême catholique, l'adepte est placé sous la protection de son "loa racine", sorte d'esprit tutélaire de la famille.

Plus tard, il revêt une nouvelle personnalité au cours d'une inititaion et doit servir le "loa maître-tête", qui assume la direction de sa vie.

La prise de possession par ce maître se fait au cours d'une cérémonie où des animaux, des volailles le plus souvent, sont immolés.

Les officiants sont le "uga", prêtre vaudou, ou "mambo" s'il s'agit d'une femme, le "boko", magicien qui peut indifféremment faire le bien ou le mal, et le "loup-garou", le sorcier.

Ils sont inséparables.

 

Un pélerinage vaudou à la cascade du "Saut d'eau", à Ville-Bonheur, en Haïti

Les zombis

L'un des aspects les plus controversés du vaudou est naturellement l'existence de "zombis".

Bien des scientifiques traitent les personnes atteintes comme les malades mentaux.

Sur place, le zombi est un objet de crainte mais aussi de pitié, son calvaire est vécu comme une malédiction.

Il arrive d'ailleurs que des défunts aient  la tête tranchée pour qu'ils ne deviennent pas des zombis.

Il semble qu'il y ait trois sorte de zombis.

Le "zombi astral", élément de l'âme qui peut être transmuté selon la volonté de celui qui la possède ;

Le "zombi cadavre", un zombi de chair que l'on peut faire travailler, et

Le "zombi savane", ancien zombi qui est ensuite revenu à l'état de vivant.

Des études récentes, telle celle du Dr Wade Davis de l'université Harvard (auteur d'un ouvrage complet sur cette question, Vaudou ! 1985), ont démontré qu'il est possible à l'aide de certaines substances de ralentir presque totalement le rythme cardiaque d'un être vivant afin de donner l'apparence de la mort.

Il n,e reste plus alors au sorcier et à ses assistants qu'à attendre le départ de la famille après l'enterrement pour exhumer le corps du cercueil et s'emparer du défunt.

Davis a aussi remarqué que ceux qui deviennent des zombis sont des gens à qui certains comportements répréhensibles (affaires de terres, ambition excessive, enlèvement de la femme d'un autre homme, difffamation...) ont été reprochés et qui sont jugés par des sociétés secrètes haïtiennes, les Bizango.

Ainsi Narcisse était-il effectivement lié à un litige successoral, et son frère semble le lui avoir fait chèrement payer.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie 18/08/2008 01:49

Van fée!J'adore ton site!Mais j'envoie plusieurs commentaires car il m'en arrive des choses,mais tu les mets jamais.:( je voudrais que tu me réponde!

Fée 24/08/2008 08:58


Bonjour Marie,
Ecris-moi par mail pour que nous en discutions. A bientôt !


kali73 01/11/2006 14:43

c'est une question qui peut sembler bête , mais lorsque une personne est a l'état de zombie , est ce quelle vieilli ?

Fée 01/11/2006 15:12

>> C'est un corps humain après tout, et donc le corps vieillit. *Van