Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contacts

  


 

 


 

 

 

 

Visiteurs curieux



23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 14:27

 

Mon père Louis Virden était sergent-chef à la Signal Corp., au Texas. En 1943, il fut muté à Hattiesburg, dans l'état du Mississipi. Lui et ma mère Maurine, mes frères Louis et George, et moi-même, âgés respectivement de 12, 6, et 9 ans, habitions dans un quartier réservé aux militaires et leurs familles. Nous menions donc, pendant les années de guerre, une vie considérée comme normale. Toutefois, il se produisit quelques mois plus tard un incident qui était tout sauf normal.
Au milieu d'une froide nuit de novembre, nous fûmes réveillés par les cris hystériques de Mère. Notre père étant de garde, nous, les trois garçons, nous efforçâmes de la calmer, mais elle n'arrêtait pas de dire en sanglotant : "Son visage était vert, vert, je vous assure !"
Nous étions sur le point de lui poser la question : "Le visage de qui ?", lorsque l'air fut ébranlé par la détonation d'un fusil de chasse de calibre 12. Nous sortîmes en courant dans la nuit glacée pour voir notre voisin d'à-côté, un homme chauve qui n'était autre que le sergent Thorne, tenant un fusil encore fumant à la main. Il avait tiré sur ce qu'il prenait pour un rôdeur et donc la cause des hurlements de ma mère. Il répétait : "Je l'ai touché. Je sais que je l'ai touché en plein dans le dos, mais il a continué à courir !"
Quelqu'un arriva muni d'une lampe de poche, et tous, nous marchâmes dans la direction prise par cet intrus, jusqu'à l'autoroute qui traverse Mc Lauren. Et là, sur l'asphalte, on pouvait voir de grandes éclaboussures de sang jaune !
Nous n'étions pas loin de croire que ce quelque chose qui avait affolé ma mère n'avait rien à voir avec un simple rôdeur, avec son visage vert et hideux. Bien qu'on eût vidé le chargeur d'un fusil de calibre 12 sur son dos, cela ne l'avait pas empêché de courir, et comme si ça ne suffisait pas, il y avait ce sang de couleur jaune ! Je crois que les adultes avaient tout aussi peur que nous, les enfants.
Le sergent Thorne demanda à ma mère, qui s'était quelque peu calmée, comment elle en était venue à voir l'intrus. Elle força ses trois garçons, qui ne cessaient de jacasser, à entrer dans la cabane, mais à travers les murs peu épais, nous pûmes l'entendre raconter ce qui s'était passé.
Elle avait été réveillée car on tambourinait très fort à la porte d'entrée. Elle se leva pour aller répondre, mais lorsqu'elle tira le rideau pour voir au dehors, il n'y avait personne. A ce moment-là, elle entendit frapper à la porte de derrière. Se dirigeant de ce côté-là, elle entendit de nouveau qu'on frappait fort, à la porte de devant ! Au comble de l'exaspération, et pensant que quelqu'un était en train de lui jouer des tours, elle revint sur ses pas et tira d'un coup sec le rideau.
Et là elle vit, à travers la fenêtre, non pas un être humain, mais une créature qui ressemblait à un homme, au visage vert et brillant ! Ce visage plein de haine, venu d'un autre monde, l'avait choquée au point qu'elle avait eu une crise de nerfs.
Plus jamais l'on ne revit cet "homme" effrayant venu d'ailleurs. Mais longtemps après la petite communauté avait toujours peur. Se basant sur la description de Mère et le témoignage de ceux qui avaient vu le sang jaune, tout le monde était convaincu qu'un être venu d'un autre monde avait rendu visite à notre communauté. Aujourd'hui encore, si on lui demande de parler de cette nuit, Mère dira avec effroi : "Son visage était vert, vert, je vous assure !"

J. Russel Virden, Arcadia, Californie, février 1970.

From the Files of Fate Magazine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lancelot 09/07/2014 23:12

Cela ce pourrait-il que ce soit un mi-homme mi-poisson car si il etait vert et il brillait cela ce pourrait que ce soit des ecaille verte et le sang jaune il faudrait voir avec des scientifique